L’orthographe d’usage : comment aider les élèves ?

Depuis cinq ans [2013], j’utilisais dans ma classe un dispositif individualisé, inspiré de cet article de Bruce Demaugé. Chaque élève avait un carnet de mots et y recopiait ses propres mots, ceux dont il avait eu besoin, dans ses écrits à lui. J’aime beaucoup ce dispositif et je l’ai reconduit cette année [2017-2018], avec une amélioration : au lieu de recopier ses mots, l’élève les surligne dans un répertoire orthographique, publié par Retz. Je gagne un temps fou en correction, et le répertoire sert d’outil de référence, au quotidien, pour l’élève. Je vous explique :

Je fournis donc un répertoire à chaque élève. Il le garde au CM1 et CM2. Quand l’élève écrit et qu’il a besoin de l’orthographe d’un mot, au lieu de le chercher dans le dictionnaire, il utilise son répertoire personnel. Il y surligne le mot qu’il a trouvé. De même, quand je corrige les cahiers, à chaque fois que je rencontre un mot mal écrit ou mal copié (et que je pense que c’est un mot que l’élève devrait savoir écrire), je fais une petite croix sous le mot et, chaque matin, en arrivant, les élèves cherchent leurs mots, les surlignent, et corrigent leur cahier.

Ensuite, le « contrat » c’est que l’élève doit apprendre l’orthographe des mots surlignés. Et aucun élève n’a les mêmes mots surlignés, forcément.

Une fois par semaine, en atelier, ils font un « match » : ils travaillent par deux, révisent d’abord leurs mots, puis s’interrogent l’un l’autre. Quand un élève a su écrire un mot correctement, son partenaire dessine un petit rond vert à côté du mot. Ainsi, au premier coup d’oeil, en ouvrant le carnet, on voit les mots qui n’ont aucun rond vert et ceux qui en ont trois ou quatre… L’élève sait rapidement quels mots il doit revoir en priorité.

Quand l’élève revoit ses mots à la maison, c’est pareil : j’invite les parents à colorier un petit rond vert à côté des mots que l’élève a su écrire du premier coup.

Je suis ravie de ce système. Les élèves s’approprient vraiment l’outil.

Un point, cependant, ne me satisfaisait pas totalement : le sort réservé aux mots rencontrés dans les dictées. Tous les jours, je dicte une  phrase ou deux (dictée flash). Avant, mes élèves surlignaient dans leur répertoire les mots qu’ils n’avaient pas su écrire. Le jeudi, je dictais un texte plus long qui reprenait les difficultés et les mots des dictées flash. Là, il arrivait qu’un élève fasse des erreurs sur un mot qu’il n’avait pas surligné, donc pas revu, parce qu’il l’avait écrit correctement (sans doute un peu par hasard) dans la dictée flash.

Pour résoudre ce problème, j’ai trouvé une astuce dont je suis enchantée, et dont je découvre tout plein d’effets positifs collatéraux. La voilà :

Une fois par semaine, je leur fais présenter leur cahier de la manière suivante :

Puis, je leur dicte une dizaine de mots qui serviront dans les dictées de la semaine. Ils choisissent dans quelle colonne ils les copient. J’explique aux élèves que le but est de réaliser le meilleur score possible. Seuls les mots qui sont copiés dans la colonne « je suis sûr » seront comptabilisés : +1 pour chaque mot bien écrit et -1 pour chaque mot mal écrit.

Les élèves comprennent vite qu’ils ne doivent écrire à gauche que les mots dont ils sont surs…

Je dicte tous les mots, on les corrige, on compte les points et… les élèves surlignent dans leur répertoire tous les mots de la colonne de droite, même ceux qui étaient bien écrits (+ évidemment, les éventuels mots erronés de la colonne de gauche).

Je suis ravie de ce système. Les élèves sont obligés de prendre conscience de leur « degré de confiance » dans leur orthographe lexicale. Certains ont peu confiance en eux et cela se voit tout de suite : ils ont beaucoup de mots justes dans la colonne de droite. L’outil est un moyen très simple d’encourager ces élèves à se faire confiance, aussi.

J’ajoute un morceau du commentaire (#25) d’AnneSo : « Par rapport à ce travail sur l’orthographe, dans le but aussi de différencier pour chaque élève et de permettre à chacun de porter son attention sur ce sur quoi il « pêche », je demande aux élèves systématiquement d’entourer dans le mot ce qu’ils ont découvert. Ainsi Léon n’a pas les mêmes mots dans son carnet que Lucie, mais deux enfants ayant le même mot copié n’ont pas forcément découvert la même chose dans le mot. Ainsi Léon va peut-être entourer les 2 ff dans le mot différencier et Lucie va entourer le en. En plus, cette méthode permet à l’enfant d’avoir un vécu autour du mot, de  porter son attention sur celui-ci (condition nécessaire pour qu’il soit mémorisé). L’intérêt aussi est de valoriser la réussite et non l’erreur et de parler et donc de retenir ce qu’on a découvert et non de retenir l’erreur (très souvent c’est ce qu’on voit dans les classes : les enfants qui disent : « j’avais mis un t… » mais finalement le coup d’après ils ne se souviennent toujours pas de ce qu’a le mot finalement) ; Enfin, travaillant avec les intelligences multiples, certains vont plutôt réciter en écrivant, en chantant, en se déplaçant, en nommant ce qu’il a découvert …« 

Foire aux questions

Quand un élève écrit mal un mot, est-ce qu’il trace un rond rouge sur son carnet ?

Non, on écrit seulement les ronds verts. Si l’élève n’a pas réussi à écrire le mot, il n’y a pas de rond vert, c’est tout.

A une époque, tes élèves recopiaient leurs mots sur un carnet personnel. Sur quel support écrivaient-ils leurs mots : carnet ? Répertoire ? Cahier ?

J’ai essayé le répertoire. J’aimais beaucoup le principe de leur faire travailler l’ordre alphabétique à peu de frais. En revanche, les répertoires sont le plus souvent à petit carreaux, et les élèves avaient un mal fou à écrire correctement dedans. Les répertoires en réglure Seyes existent mais ils sont beaucoup plus chers, hors budget pour ma classe. En plus, c’était infernal à corriger pour moi : il fallait que je revoie toutes les pages de l’alphabet pour voir s’il y avait un mot nouveau !

J’ai aussi essayé le carnet « fabriqué maison » : l’objectif était que les élèves écrivent leurs mots par nature. Il y avait des pages pour les noms, des pages pour les verbes etc… Je ne suis pas très satisfaite du système car ces carnets sont peu durables, et que les mots mal « rangés » génèrent plein de ratures. Sans compter le fait que la correction restait fastidieuse et que je devais relire plus souvent leurs carnets pour m’assurer qu’ils avaient rangé correctement leurs mots.

Bref, les années suivantes, j’ai bêtement commandé des petits cahiers fins (48p). Les élèves y écrivaient leurs mots en colonne, tout simplement. Pour corriger, je n’avais qu’à relire les derniers mots de la colonne. C’est le système le plus « viable ».

C’est top, je partage :

21 Commentaires

  1. Elisa V

    Bonjour
    Maîtresse en CM1-CM2, je me suis effectivement posé des questions similaires aux tiennes. J’ai cherché des éléments de réponse dans Les erreurs d’orthographe, diagnostic et remédiation de B. et P. Pothier.
    J’ai essayé de mettre en place ton astuce pour cette dernière période, mais je bute sur un point : quand corriger les carnet de mots ? Comment être sûre que chacun a copié le bon nombre de mots « à apprendre », et correctement ?
    Pour l’instant, je me suis contenté de leur demander de les copier le matin, pour pouvoir les regarder sur le temps de midi et pouvoir les leur rendre avant le soir. Toi, comment fais-tu ?
    Merci en tout cas de nous faire partager tes réflexions, tes astuces, tes méthodes, tes outils !

    Répondre
    1. Charivari (Auteur de l'article)

      @Elisa : C’est sûr que c’est du boulot. J’essaie de corriger systématiquement au moins les élèves qui ont du mal à copier correctement. ET je sors mon costume de dragon fâché quand je vois des erreurs de copie.
      Je fonde beaucoup d’espoir sur une nouveauté à paraitre chez Retz, un »répertoire orthographique CLEO » pour les CM, sur le modèle de celui qui existe déjà au CE. J’en équiperai mes élèves, et, au lieu de recopier les mots, il les surligneront dans le répertoire. En attendant, j’essaie d’être rigoureuse sur la correction…

  2. Elisa V

    Merci pour ta réponse. J’avais pensé aussi distribuer la liste et la faire fluoter…dans le même cahier que celui qui sert aux collectes de la méthode Picot.
    Mais je crois que j’ai le même costume que toi ! ;-P

    Répondre
    1. Charivari (Auteur de l'article)

      Le tout c’est de trouver une liste de mots bien fichue. Celle de Retz sera triée par classe de mots, joliment mise ne page (et contient une vongtaine de pages, à vue de nez). Bref, j’ai hâte.

  3. Marianne

    Bonsoir !
    Je me questionne actuellement énormément sur l’orthographe de mes élèves (je suis PES et j’ai une classe de CE1-CE2). Toute mon expérience d’enseignement a été forgée en cycle 3 et je me rends compte cette année que mes petits bouts de chou rencontrent beaucoup de problèmes lorsqu’il s’agit d’écrire. Mes CE2 savent utiliser le dictionnaire alors c’est déjà plus simple, mais les CE1 se retrouvent totalement bloqués face à certains mots qu’ils ne savent pas orthographier. Je cherche donc des solutions à ce problème.
    Au cours de mes recherches dans ce vaste monde qu’est Internet, je suis tombée sur un dictionnaire à entrée phonologique, Eureka de Jacques Demeyère, peut-être en as-tu déjà entendu parler? Si par exemple, je souhaite écrire le mot « phare », je vais trouver ce mot à l’entre [fa]. Je dois recevoir mon exemplaire dans la semaine et j’ai hâte de voir comment il fonctionne concrètement et si je pourrais l’utiliser avec mes élèves en classe.
    Je continue cependant mes recherches et vais essayer de mettre en place ta méthode avec mes élèves dès la rentrée !
    En tout cas, merci beaucoup pour toutes ces ressources que tu proposes ! Ton site est une vraie mine d’informations !

    Répondre
  4. Amy

    Génial! Merci pour le partage! Une belle méthode de différenciation, ça me parle beaucoup!
    J’hésite à mettre en place cette méthode dans ma classe avant de connaître ton outil expérimental :-)!! Je suis super curieuse! J’espère que tu le postes bientôt ;-)!

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      😀 La sortie est imminente : c’est un répertoire orthographique pour le cycle 3, publié chez Retz. Si tu es curieuse, tu peux chercher celui de cycle 2, c’est un peu le même principe (outil pour écrire, mots classés par nature, entrée phonologique (phoque est rangé avec les « F »)

  5. vero22

    Pour répondre à Marianne, nous utilisons un répertoire à entrée phonétique car le répertoire de Cléo était trop complexe pour nos élèves. Ils utilisent le répertoire orthographique 3000 mots pour écrire et se corriger tout seul, CP,CE et au delà chez PEMF.

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Le répertoire de Retz cycle 3 (qui vient juste de sortir : j’en ai utilisé une version expérimentale cette année) est, justement, à entrée phonétique (pour la première syllable). Par exemple, on trouve dans la même colonne, l’un en-dessous de l’autre, quiche, kiwi et classe.
      Je sais que le répertoire cycle 2 a été modifié, lui aussi, pour entrer « par son » aussi.

  6. Ely

    Merci pour cet article et toutes ces astuces pour travailler l’orthographe des mots ! Je vais regarder plus en détail ce répertoire orthographique !

    Répondre
  7. Catoiso

    Je les ai commandés pour cette année, mais ça veut dire que tu les rachètes tous les ans si tu fais surligner par les enfants directement à l’intérieur ?
    ça fait une dépense chaque année qui n’est pas négligeable…

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Tous les deux ans parce qu’on les utilise au CM1 et au CM2, mais oui, c’est un budget. Comme je n’utilise ni manuels ni fichiers, je peux me le permettre.

  8. Nath calaumo

    Je connais le répertoire orthographique et viens de commander ceux du cycle 3 mais je découvre ton système et j’aime beaucoup…
    Décidément ce concours permet non seulement de rêver de gagner à 21:00 pile poil (j’étais à 68 places après le gagnant le jour 1 et seulement 2 places avant le gagnant hier) mais aussi de découvrir des méthodes de travail interessantes.

    Merci pour tout !!

    Nathalie

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Ca me fait plaisir !

  9. Pingback: Centre des mots (vocabulaire et orthographe) – Lala aime sa classe

  10. Christelle

    Bonjour charivari,
    Je suis une toute jeune enseignante en CM1-CM2 et j’applique ta méthode « je suis sûr(e) / j’hésite » depuis la rentrée.
    D’abord on fait la dictée de mots sur ardoise, puis la correction collective, puis la copie dans un cahier répertoire (1 page de liste de mots par semaine).
    Mes élèves (et leurs parents) sont ravis : le score les motive et met en avant leurs réussites. Le fait d’entourer la difficulté les aide à cibler leur effort.
    J’utilise ces mots dans les 3 dictées de la semaine + celle bilan qui est notée (cf. celles de la classe de Mallory). Je leur demande de recopier 5 fois chez eux uniquement les mots en erreur, et ils savent que ce lexique sera utilisé pour la dictée bilan notée, ce sont des points facilement gagnés. Par contre j’attends d’eux le quasi 0 faute sur ces mots en bilan.
    Pour la correction, ça me prend 10 mn pour corriger mes 22 cahiers. Bien souvent j’y arrive sur l’instant.
    Bref que du bonheur !
    J’en profite pour te remercier chaleureusement pour tes ceintures. Je travaille celles de conjugaison et de grammaire selon ton système et c’est très motivant pour tout le monde.
    MERCI

    Répondre
  11. Nannemiel

    Bonsoir Charivari,
    Je viens (enfin !) de recevoir le répertoire orthographique de chez Retz. Encore une fois, j’ai eu raison de te faire confiance. Après lecture du guide pédagogique sur le site de Retz, je suis définitivement convaincue. Mes élèves l’auront à la rentrée des vacances de Toussaint et je crois qu’il va faire un tabac ! En tout cas moi j’adore pour deux raisons principales : toutes celles que tu as décrites dans ton article + celles de l’auteur sur la prise en main de l’autonomie des élèves (combien de fois j’ai répondu comme Antoine Fétet le dit : écris comme tu peux et on verra plus tard ; quelle horreur, j’en prend conscience seulement ce soir grâce à lui et … à toi).
    Je profite de ce long commentaire pour te dire que j’en suis à 9 ceintures dans ma classe dont toutes les tiennes évidemment. Ma classe ne serait pas ce qu’elle est sans ton formidable blog.
    Merci, merci, merci !

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Tu es trop gentille (et tu sais que je sais que c’est un petit peu grâce à toi aussi que les ceintures sont là 😉 )

  12. Nannemiel

    Ah ben là tu m’en bouches un coin ! Je n’ai jamais pensé un seul instant être pour quelque chose dans tes formidables partages. Moi, je me sens seulement profiteuse, type maman coucou qui vole le nid des autres et tout leur travail. Je ne sais pas comment tu parviens à tout gérer : ta classe, la direction, la conception des documents et ce blog !
    Le seul effort que je produis, c’est prendre le temps de laisser des commentaires de temps en temps, et recommander ton blog partout tout le temps à tous les collègues que je rencontre… D’ailleurs j’ai découvert que la prof de latin de ma fille a mis cette année en place des ceintures pour les évaluer et elle m’a dit qu’elle utilisait tes ceintures d’homophones pour ses 6ème en français. Chapeau bas, Charivari, influenceuse de prof ! (je voulais rajouter une émoticône bisous mais je ne sais pas faire !)

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Roh ça me réjouit que les ceintures migrent un petit peu au collège. Il y a des collègues de maths qui me contactent pour les ceintures de mesure, par exemple, aussi.
      Sinon il ne me semble pas me tromper quad je dis que tu as participé à la rédaction ou à la relecture de certaines ceintures (conjugaison, grammaire ? Rah je ne sais plus). Et même si je me trompe, on s’en fiche, tes petits messages réguliers me touchent toujours beaucoup.

  13. Kayhau

    Super merci pour tous les conseils. Je viens de commander les répertoires sur Amazon. J’ai hâte d’appliquer cette méthode avec mes élèves de Bora-Bora. Ici, le français n’est pas la langue maternelle donc l’orthographe est un réel problème ici. Je suis confiante quant à cette nouvelle ligne de travail avec mes élèves de CM2. Merci pour tout

    Répondre

Répondre à Marianne Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial