• Si j'aime tant les Cartacharis, c'est qu'il n'y a qu'une seule règle, très simple, pour tous les jeux, lesquels jeux se déclinent à volonté dans de multiples domaines [et je les aime aussi parce que cela se joue en silence, ce qui est très adapté au jeu en autonomie, dans une classe à niveaux multiples etc]

    Ces derniers jours, je cherchais un moyen ludique de faire travailler les suites numériques à mes élèves (en particulier mes Segpas). Compter de 10 en 10, c'est très dur, par exemple (et quand on doit passer d'une centaine à l'autre, fouyouyou, je ne vous raconte pas...).

    Je viens donc de penser à un nouveau jeu de numération, que je pourrai décliner ensuite avec les nombres décimaux, les fractions, les heures, la monnaie... Comme je n'avais pas beaucoup d'imagination, je l'ai appelé : le jeu des Suitacharis.

    Les jeux de 24 cartes sont téléchargeables ci-dessous (comme pour les cartacharis, un jeu tient sur 1 feuille à imprimer en recto-verso. Ici, le dos des cartes permet d'indiquer le "saut" : il y a des suites de 2 en 2, de 10 en 10, de 20 en 20...)

    But du jeu : Être le premier à avoir posé toutes ses cartes sur la table.

    Nombre de joueurs : 2 à 4

    Déroulement : Au démarrage, on pose 3 cartes sur la table (en colonne, comme ci-dessous), puis on distribue 4 cartes par joueur. Le reste des cartes forme une pioche.

    Les Suitacharis, pour jouer avec les suites de nombres

     

    Le premier joueur cherche une carte de son jeu qui vienne juste avant ou juste après une des cartes qui sont sur la table. [Dans l'exemple ci-dessous, il s'agit d'un jeu où on compte de 2 en 2 : il pose la carte 85 juste avant la carte 87. Il aurait pu placer aussi la 89, la 93, la 97, la 111 ou la 115]. Si le joueur ne peut pas jouer, il pioche (il a le droit de poser la carte piochée, le cas échéant).

    Les Suitacharis, pour jouer avec les suites de nombres

    Chaque joueur pose une carte à son tour et les suites progressent, vers le haut ou vers le bas. Le petit marqueur rouge en haut des cartes permet d'éviter les erreurs les plus grossières (notamment au moment des sauts de dizaines ou centaines) : les triangles doivent être en vis-à-vis, quand on pose une carte à côté d'une autre.

    Les Suitacharis, pour jouer avec les suites de nombres

    Quand on pose une carte "étoilée" (= la première ou la dernière carte de la suite), on a le droit de rejouer.

    Le premier joueur à avoir posé toutes ses cartes remporte la partie.

    Voici les jeux que j'ai préparés :

    Si jamais il vous prenait l'envie d'en inventer d'autres, voici le fichier Powerpoint modifiable. Vous pouvez me les envoyer (au format powerpoint) si vous voulez bien que je les publie ici !

    Clic pour le Powerpoint modifiable des Suitacharis (Compères blogueurs, si vous utilisez ce fichier modifiable, merci de ne pas publier le résultat sur votre propre blog !)

     

     

    Pin It

    7 commentaires
  • Voilà un moment que je voulais retravailler mes ceintures de tables, pour revoir les dernières ceintures de "divisions" (plus progressives et accessibles), et pour les remettre en page. C'est chose faite.

    Ceintures de tables de multiplications (nouvelle version)

    Le principe : 

    Pour que chaque élève travaille ses tables de multiplication à son niveau, voici une proposition de progression par ceintures de couleurs. Je les ai testées dans deux classes de CE2 et CM et honnêtement, ça marche vraiment super bien. C'est très ludique, les élèves sont impliqués, même les plus faibles progressent. Au CM1, en une seule période (6 semaines) j'ai déjà des élèves à la ceinture bleu foncé (donc qui réussissent 20 calculs en 1 minute sur les tables 2 à 9) alors qu'ils étaient ultra, mais alors ultra nuls au début de l'année. 

    Comment ça marche ?

    Dans le document, vous trouverez une série de 4 petits tests différents pour chaque couleur de ceinture. Ce sont des tests prévus pour des élèves du CE1 au CM2 (il est très possible d'adopter le principe sur toute l'école et, en début d'année, de redémarrer là où l'élève en était resté l'année précédente). Le test est très court (1 minute !) donc très pratique, ça se case n'importe où dans l'emploi du temps. Je fais un test par semaine.

    En voici la programmation (en vert les légères modifications de la v2) :

    CE1 (on démarre vers janvier-février, quand on a commencé à aborder la multiplication)

    • Ceinture blanche : tables de 2 et de 10 (objectif : réussir 8 calculs en 1 minute)
    • Ceinture jaune : idem précédente + table de 5 (8 calculs en 1 minute)
    • Ceinture orange : idem précédente + table de 3 (8 calculs en 1 minute) 
    • Ceinture rose : idem précédente + table de 4 (8 calculs en 1 minute) 

    CE2 et CM

    • Ceinture vert clair : idem précédente + table de 6 (12 calculs en 1 minute) 
    • Ceinture vert foncé : idem précédente + table de 7 (15 calculs en 1 minute) 
    • Ceinture bleu clair : idem précédente + table de 8 (18 calculs en 1 minute) 
    • Ceinture bleu foncé : idem précédente + table de 9 (20 calculs en 1 minute) 
    • Ceintures mauve : tables inversées (36:6 =...) sans restes.
    • Ceinture violette : divisions (quotient et reste), du type 17 : 5 (6 calculs en 1 minute)
    • Ceinture marron : idem précédente mais les nombres à diviser sont plus grands.L'objectif est de réussir 10 calculs en 1 minute
    • Ceinture noire : Les calculs les plus difficiles des tables de 6 à 9 + tables de 11 et 12 (20 calculs en 1 minute)

    Ceintures de tables de multiplication


    Concrètement ?

    Chaque élève révise ses tables à son niveau. Une fois par semaine, je prépare le test. Cela me prend une dizaine de minutes : je prépare en fonction du besoin... par exemple 4 tests jaunes, 2 oranges, 3 roses... je les prends au hasard sans vérifier si l'élève a déjà passé ce test-là. Il n'y a qu'une chance sur 4, et ce n'est pas bien grave si cela arrive une fois qu'il passe deux fois le même test.

    Je pose chaque test moi-même à l'envers sur le bureau de chaque élève. Je prends mon chrono, les élèves préparent leur crayon... et je donne le top départ. Les élèves écrivent le plus de résultats possible sur leur test. Pas de risque pour qu'ils copient sur le voisin puisque personne n'a le même. Au signal, après une minute, tous les élèves lèvent leur crayon. Je ramasse les tests. Je corrige en classe pendant qu'ils font le tournoi décrit en bas d'article (ça va très vite). Quand je rends les tests, ils les collent dans leur cahier du jour. S'ils ont réussi, j'entoure "c'est gagné" sur le test. Dans ce cas, ils écrivent la date du jour sur leur kimono de suivi (ci-dessous). De mon côté, je me note sur mon cahier de bord les ceintures obtenues, pour préparer les bons tests pour chaque élève la semaine suivante.


     

    Le kimono de suivi

    Pour ne pas le perdre, les élèves le collent à l'intérieur de la couverture de leur cahier de maths. On colorie les ceintures à l'intérieur au fur et à mesure de leur obtention (en notant la date en dessous).

    Ceintures de compétences : les opérations du CE1 au CM2

    Mode d'emploi : chaque élève reçoit les deux feuilles, découpe sur les pointillés, colle l'un sur l'autre et plie en deux : voilà une carte-kimono.


    Foire aux questions

    Je démarre avec des CM, faut-il leur faire tous redémarrer à la ceinture blanche ?

    De mon côté, la première fois, je leur ai tous fait passer la ceinture rose (tables de x2 à x5 et x10) . Ce sont les tables "faciles" de CE1, et le rythme est lent (8 bonnes réponses en 1 minute, c'est "tranquille"). Ceux qui ont réussi la rose ont tenté la vert clair la semaine suivante. Les autres sont repartis à la blanche. J'ai préféré cette solution : ainsi même ces élèves faibles ont eu des réussites très vite (la blanche, c'est la table de 10 et de 2, ça va...) et se sont pris au jeu comme les autres. 

    Est-ce que tu affiches les résultats ?

    Moi non, mais pourquoi pas.

    Est-ce que tu distribues concrètement une ceinture ? Un bracelet ?

    Cette année je ne le fais pas. Ils colorient juste leur kimono. Mais il y a quelques années je distribuais un petit ruban de satin de la couleur obtenue. C'est sympa aussi (mais il faut payer les rubans)


    Le dispositif des ceintures vous intéresse ? 

    Allez voir aussi les ceintures de calcul posé, ici  ou celles de conjugaison CE2, ici.
    Les ceintures de conjugaison CM sont là et celles des tables de  multiplications sont ici. Pour les ceintures de grammaire CM, enfin, il faut aller voir .


    Pour travailler les tables, il y a aussi les "pistes des tables de multiplication" qui fonctionnent bien, ici.

    En classe, je fais aussi chaque semaine un "tournoi" de tables de multiplication.

    Je fais des "poules" par niveau, comme dans les clubs de sport. Et dans une poule, chaque élève rencontre tous les autres de la poule. Chaque semaine, le vainqueur de sa poule "monte" dans la catégorie supérieure et le perdant descend.

    Les matches sont très simples. On utilise des cartes recto-verso avec un calcul d'un côté et le résultat de l'autre. Les joueurs s'entendent sur les tables sur lesquelles ils jouent (c'est une phase de jeu intéressante : chaque joueur a tout intérêt à choisir des tables les plus "difficiles" possibles, mais faciles pour lui). L'arbitre montre une carte aux deux joueurs. Le premier joueur à annoncer le résultat gagne la carte. Celui qui a gagné le plus de cartes gagne le match.

    Pin It

    16 commentaires
  • ASSR1 : 15 questions pour savoir si tu es prêtJ'ai préparé un questionnaire de révision de l'ASSR1 pour mes 5èmes (Segpas).

    Il pointe sur les quelques éléments à mémoriser (le reste des questions relevant plus du bon sens).

    Vous pouvez vous en servir de révision, voire d'évaluation (les réponses sont fournies, mais en un coup de massicot, le problème est réglé...).

    C'est là :  Clic pour télécharger « ASSR 1 Quiz révisions v2 »

    Pour rappel : les traces écrites pour mes élèves de 5° (ASSR1) sont là : clic


    3 commentaires
  • 8/3/12 : Remise en page de l'article et ajout de 3 nouvelles séries
    1/9/11 : ajout d'un rituel de proverbes (morale)
    Cycle III


    1. Dans une jolie boite en fer, mettez une ou plusieurs séries de petits messages, préalablement découpés, pliés en deux  et fermés par un point de colle.
    2. Chaque matin, demandez à un élève de tirer un papier et de lire son contenu.

    Lire la suite...

    Pin It

    272 commentaires
  • Arts visuels : Clair de lune

    Voir ici (descendre au mois d'Avril) pour quelques explications sur ce projet "Clair de lune".

    Pin It

    1 commentaire
  • L'an dernier, grâce, je crois, à une collègue blogueuse de la CPB, j'étais tombée sur ce document (clic) destiné aux enseignants et concernant les enfants précoces.

    Je le trouve vraiment intéressant parce qu'il répond de manière concrète et directe à beaucoup de questions que se posent les enseignants qui ont des EIP dans leur classe.

    Un passage m'a attirée en particulier parce que j'avais dans ma classe de CE1-CE2 un élève précoce et j'envisageais de le faire glisser du CE1 vers le CE2. Or, autant cet élève était brillant, autant il semblait assez immature dans son comportement (notamment dans la gestion de ses émotions : colères, bouderies...).

    Ce passage m'a vraiment rendu service (page 21) :

    "Les EIP se caractérisent pas un fonctionnement spécifique (...)

    Les émotions interviennent toujours, dans chaque tâche, et sont exacerbées.
    D'où le fait, par exemple, qu'on les qualifie souvent d'immatures : or il n'est pas là question d'immaturité réelle mais du fait que l'enfant se trouve obligé de gérer une somme considérable d'émotions, d'informations sur l'état émotionnel de ceux qui l'entourent. Si son cerveau l'oblige à traiter ces informations, son affectif, qui est celui d'un enfant de son âge, ne peut les assimiler aussi facilement. On observe ainsi souvent des enfants qui ont un grand besoin de réassurance, avec par exemple des enfants qui sucent leur pouce plus tard, gardent leur doudou, recherchent le contact physique... Mais cela ne doit pas conduire à refuser une prise d'avance, sachant que cette hypersensibilité émotionnelle les caractérisera toute leur vie.

    Par ailleurs, s'ils ne se sentent pas en sécurité affective, ou appréciés, ou s'ils n'aiment pas la matière, ils n'arriveront pas à s'investir intellectuellement (d'où des résultats en dents de scie selon les années, les matières, les rapports avec les enseignants...)

    Pour nous enseignants, ce n'est pas facile de ne pas nous laisser "aveugler" par notre inquiétude liée à cette pseudo-immaturité de comportement (qui a des conséquences bien réelles et gênantes dans la classe) pour, au contraire, nous consacrer tout entiers à aider ces élèves à apprendre à gérer leur hypersensibilité et progresser dans leur relation aux autres.

    A nous d'essayer de faire en sorte que ces élèves se sentent un peu mieux compris, acceptés dans leur différence aussi, aimés tel qu'ils sont, sans que nous cherchions à tout prix à les faire entrer au chausse-pied dans un moule scolaire qui n'est pas bien fait pour eux.  


    35 commentaires
  • Découverte : PandacraftLa semaine dernière, j’ai découvert Pandacraft, un concept qui a l’air vraiment innovant et qui m’a intriguée, d'autant plus que j'ai lu que l’équipe travaille avec des écoles.

    Alors pour en savoir plus, j’ai posé quelques questions à Guillaume, l’un des trois fondateurs.

    Pandacraft, qu’est-ce que c’est ?

    Pandacraft est un éditeur jeunesse ludo-éducatif d’un nouveau genre. Notre idée est de moderniser la presse jeunesse traditionnelle en apportant de l’interactivité et de la créativité aux enfants.

    Pour nous, l’interactivité ne doit pas se limiter au numérique, elle doit aussi être manuelle. C’est pourquoi nous avons lancé il y a moins d’un an des kits créatifs et éducatifs avec un magazine moderne pour enfants et tout le matériel pour réaliser trois activités manuelles clé-en-main. Le tout sur un thème précis.

    Pourquoi est-ce que cela pourrait intéresser les profs des écoles ?

    Une partie importante de nos clients sont des enseignants. Et ce sont eux qui nous ont soufflé l’idée : « Travaillez avec des écoles ! Vous êtes une mine d’or pour animer les classes ! ». En effet, l’animation de la partie « découverte du monde » est souvent une galère pour les enseignants qui ont peu de moyens et peu de temps pour vraiment chercher des idées innovantes.

    Alors que ça pourrait être l’un des sujets les plus marrants et passionnants à traiter !

    Du coup, on a commencé à travailler avec ces enseignants, puis avec leur école. Aujourd’hui, on travaille avec une quinzaine d’écoles partenaires et nous avons reçu plus de 100 demandes d’écoles.

    Vous parlez d’écoles partenaires, c’est-à-dire ?

    Nous travaillons avec une quinzaine d’écoles partenaires qui participent au développement de nos activités et utilisent nos contenus en classe. Nous sommes convaincus que la mission éducative de Pandacraft doit se faire en collaboration avec les écoles.

    Ces écoles ont confiance en nous et croient en notre projet, elles nous aident donc à construire notre offre dans une logique gagnant-gagnant : Pandacraft fournit à prix « quasi-gratuit » des packs d’activités manuelles aux écoles et les écoles font découvrir Pandacraft aux familles !

    Cette base d’écoles partenaires ne cesse de grandir et nous serions ravis de continuer à construire notre collaboration avec tous !

    Si vous êtes intéressé(e)s n’hésitez pas à nous écrire à ecoles@pandacraft.fr

    Qu’est-ce que ça apporte aux profs ?

    Des activités modernes et créatives pour animer leurs classes !

    Par exemple, sur le thème des dinosaures, de nombreux enseignants se sont montrés très intéressés à l’idée de pouvoir faire des maquettes de tricératops, de tyrannosaure, de diplodocus et de ptérodactyle avec les enfants. Le tout accompagné d’une fiche pédagogique leur indiquant les thèmes du programme abordés, le temps que cela va prendre en fonction des niveaux, quels niveaux sont ciblés …

    Quels sont les niveaux intéressés ?

    Nos contenus ciblent les 3-7 ans.

    Globalement, nos contenus sont développés pour s’adresser aux enfants de la PS au CE1. Mais la créativité n’a pas d’âge ! Certaines classes de CM2 utilisent par exemple notre kit volcan car les enseignants savent très bien les adapter en fonction des niveaux des élèves.

    Pandacraft correspond à la partie « découverte du monde » du programme avec des thèmes comme le développement durable, les dinosaures, le vent, l'espace ou les volcans. Nous avons aussi la musique, le corps humain, les insectes ou Le Petit Prince en cours de développement. Et nous sommes preneurs de toutes les bonnes idées !

    Comment utiliser Pandacraft en classe ?

    Aujourd’hui ça se passe avec les kits en catalogue. Les écoles nous achètent des kits, font une partie des activités et les enfants repartent chez eux avec le reste de leur kit. Mais chaque enseignant est différent et a sa propre liberté pour aborder nos activités comme il l’entend.

    Par exemple, vendredi prochain, nous allons dans la classe de CP de l’une de vos visiteuses pour réaliser certaines activités de notre kit développement durable. C’est le vendredi juste avant les vacances et Pandacraft va occuper créativement les élèves pendant 1h30, tout en découvrant les gestes du développement durable.

    Nous avons aussi un magazine en ligne qui regorge d’idées créatives, de jeux éducatifs et de BD. C’est la cabane de Bamboo. Certains enseignants s’en servent de ressource ponctuelle également. En laissant leurs mails ils reçoivent chaque vendredi des idées créatives, des coloriages et des jeux éducatifs pour découvrir le monde.

    Combien ça coûte ?

    Aujourd’hui on offre 70% de réduction aux écoles. ce qui fait donc 5€ le kit. Mais nous avons conscience que c’est encore trop élevé pour les écoles et que ça ne correspond pas parfaitement à leurs besoins puisque nous leur fournissons TOUT le matériel (même le matériel créatif qu’elles ont déjà).

    C’est pourquoi nous développons notre offre avec nos écoles partenaires avec pour objectif d’arriver autour de 1€ / enfant / activité. Cette gamme école sera construite en fonction des points du programme à aborder, du temps que prend une activité et des compétences qu’elle s’attache à travailler.

    Cette offre se construit et nous sommes toujours preneurs de bonnes idées.

    Qui se cache derrière Pandacraft ? Qui créée vos activités ?

    C’est nous qui créons tous les contenus créatifs de Pandacraft avec une équipe composée d’enseignants du cycle 1, de psychologues et psychomotriciens, d’orthophonistes, de professionnels des loisirs créatifs et de binômes parents-enfants testeurs.

    Nous sommes trois jeunes de 24 ans à avoir créé Pandacraft. C’est le troisième projet autour de l’enfance et l’éducation que nous lançons. Les deux premiers étaient des associations accompagnant des lycéens en difficultés et finançant des projets autour de l’enfance et l’éducation dans le monde.

    Nous sommes trois (grands) enfants convaincus de l’importance de l’expérimentation et de la créativité dans l’éducation. C’est pour cela que Pandacraft simplifie la vie des parents et des enseignants pour leurs créateurs de demain.


    Pour en savoir plus sur Pandacraft ? Ben c'est là, y'a qu'à cliquer  www.pandacraft.fr. Vous pouvez aussi leur écrire à ecoles@pandacraft.fr.

    Pin It

    3 commentaires
  • Chèque classe de découverte

    (Avril 2014 : je remonte cet article pour qu'il vous serve cette année)

    La maitresse des CM2 de mon école part en classe de mer mardi. Je lui ai préparé des "chéquiers" pour ses élèves (en utilisant le chèque que j'avais créé pour mes élèves d'UPI l'an dernier : (clic pour apprendre à des élèves d'UPI à écrire un chèque)

    Au début du séjour, l'argent de poche est confié à la maitresse. Chaque élève reçoit  un chéquier de 6 chèques. Dans le magasin de cartes postales ou de souvenirs, l'élève "paye" le commerçant (préalablement averti) avec son chéquier. Quand toute la classe est servie, le commerçant fait le total, remet les chèques à la maitresse, et c'est la maitresse qui paye avec des "vrais euros".

    Avantages:

    • Les élèves écrivent les  nombres en lettres, apprennent à remplir des chèques "pour de vrai", et à tenir leurs comptes.
    • Le commerçant ne fait pas 30 rendus de monnaie mais un seul.
    • Les élèves ne manipulent pas leur véritable argent (pas d'embrouilles du type perte, vol...)
    • La maitresse a une trace "papier" de toutes les dépenses en cas de litige en fin de séjour.
    • Les parents ont une trace (la souche) de ce qui a été dépensé.


    Le fichier est là : clic

    Il contient une page "chèques" et une page "tableau de comptes"

    Astuce pour fabriquer les chéquiers (de 6 chèques chacun) :

    Pour 3 chéquiers :
    1. Faire 6 photocops de la page "chèques", et 1 de la page "comptes" (cette dernière, si possible, sur du bristol)
    2. Empiler (de haut en bas) : une page bristol, 6 pages "chèques", 1 page "comptes"
    3. Agrafer (avant de massicoter) les chéquiers sur la gauche, avec 2 agrafes à la hauteur  de chaque chèque (cela fait 6 agrafes sur la feuille, si vous avez bien suivi).
    4. Massicoter : on a trois chéquiers tout beaux.

    Pin It

    44 commentaires
  • Un article récent de Kilikili m'avait échappé : Plaidoyer pour la nouvelle orthographe.

    On y trouve notamment un lien vers un document très intéressant, le Guide pratique de l'orthographe rectifiée. Je croyais avoir déjà vu ce document, mais non : c'est un nouveau.

    Outre une nouvelle présentation synthétique des règles et des mots touchés par la nouvelle orthographe de 1990, on y trouve deux courts paragraphes introductifs que j'ai trouvés passionnants : "Pourquoi réformer l'orthographe" ? et "Comment expliquer les résistances qui bloquent les réformes actuelles ? ". C'est très court, facile à lire et très instructif.

    Extrait : "Dans sa lettre ouverte au Ministre de l’Instruction Publique il y a plus de 100 ans, Ferdinand Brunot précisait que « Quand on se décida à adopter une orthographe, le lundi 8 mai 1673, sous l'influence de Bossuet, et malgré Corneille, on voulut que cette orthographe distinguât ‘les gens de lettres d'avec les ignorants et les simples femmes’ … On la fit donc si étymologique et si pédante qu'elle eût suffi, à elle seule, à discréditer le Dictionnaire".

    C'est où ? C'est là (clic).


    31 commentaires
  • Tangram en maternelleSympa pour finir une séquence Tangram en GS :

    J'avais acheté un bloc de papier de scrapbooking avec plein de papiers différents (les rectos et versos sont différents aussi). Ce qui est sympa, en plus, c'est que le papier est carré.

    J'ai demandé à ma super Atsem de fabriquer un jeu de tangram par élève dans ce papier.

    Ensuite, nous avons mélangé les papiers, pour que chaque élève choisisse ses 7 pièces dans des papiers différents.

    Tangram en maternelleChaque élève a choisi son modèle (j'avais sélectionné des modèles personnages, pour obtenir une frise de type "cour de récré"), a positionné ses pièces sur une affiche noire, et les collées (avec un adulte pas trop loin sinon, gare aux catastrophes. On a quelques personnages un peu contorsionnistes, d'ailleurs). 

    Le rendu est très chouette !

     

     

     

    Pendant que j'y étais, j'ai aussi fait des Tangrams avec mes Segpas (là, c'est eux qui ont tracé et découpé les pièces, tant qu'à faire). Vu qu'en Segpa je paye tout le matériel avec mes sous, j'ai fait une version économique en réalisant des personnages sur une feuille de canson noir de taille ordinaire (et non une grande affiche) et en utilisant, à la place du papier de scrap, du papier d'Origami (carré aussi, 12x12cm). J'ai payé 2€ le paquet de 20 feuilles colorées. 

     

     

     

    Tangram en maternelle

    Pin It

    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires