• Je remonte cet article qui peut être utile à des maitres de CM.


    Evaluations nationales CM2 : les annalesOr, pour la première fois cette année (hors PE2), j'ai des CM2, un jour par semaine. Je fais conjugaison et géométrie, avec eux. J'ai donc entrepris de regarder les exercices des évaluations nationales précédentes (depuis 2007), dans l'intention de voir à quoi ressemblaient les exercices de conjugaison de CM2. Sur ma lancée, j'ai rédigé une sorte de document d'annales des exercices de grammaire, orthographe, vocabulaire et conjugaison, rangés par compétence évaluée. Je trouve que cela fait une banque d'exercices intéressante, que j'utiliserai d'ailleurs dès le CE2 (certains exercices sont très simples).

    Ensuite j'ai fait la même chose en n'extrayant que les exercices de géométrie, qui sont très intéressants, à mon avis.

    J'ai l'intention de faire la même chose pour le CE1 si j'ai le temps... En attendant, voici donc déjà :

     Etude de la langue CM2 :

    Cycle III : comment trier nos déchets ?

     

    Géométrie CM2 :

    Cycle III : comment trier nos déchets ?

     

    Remarque 1 : j'ai l'intention d'imprimer le document de français en mode livret, pour qu'il tienne sur 2 feuilles recto-verso pliées en deux. Pour la géométrie, je le laisserai en A4 pour que les élèves puissent faire les exercices sur le document (pour la plupart).

    Remarque 2 : Pas de bachotage... mais je ne veux pas non plus que les évaluations nationales conduisent à mettre les élèves devant des types d'exos qu'ils n'auraient jamais vus. D'habitude, dans mes évals, je fais en sorte de ne mettre que des exercices familiers, aux consignes très connues. Alors pour les évaluations nationales, c'est pareil : je trouve important que les élèves soient le moins possible stressés par des consignes inhabituelles ou des types d'exercices trop éloignés des habitudes de la classe. D'où ces "annales" : on en fera de temps en temps, pépère, et le jour J ils pourront se dire "ah, c'est comme d'habitude".

    Pin It

    61 commentaires
  • J'ai déjà parlé de ce jeu (clic) mais j'ai commencé la semaine dernière à l'utiliser en atelier en groupe classe pendant mes ateliers de maths (avant je ne l'utilisais qu'en aide perso) et cela se passe formidablement bien : il s'agit du Tam Tam multiplications

    Le principe

    Ceux d'entre vous qui connaissent le Dobble peuvent passer au paragraphe suivant. Ce jeu est un "Dobble" des tables de multiplication.

    Pour ceux qui ne connaissent pas, voici le jeu : sur chaque carte, il y a soit des calculs (8x7, 9x5...) soit des résultats. Toutes les paires de cartes ont un point commun. Cela parait incroyable, mais c'est vrai : il y a  toujours un lien entre deux cartes piochées au hasard. Le but du jeu est de trouver lequel.

    Ateliers maths : Tam tam multiplications

     

    A vous de trouver le point commun entre ces deux cartes (oui, il y a aussi un point commun entre deux cartes "calculs" ou entre eux cartes "résultats") :

    Ateliers maths : Tam tam multiplications

    La règle en classe

    A partir de ce principe de base, plusieurs règles sont possibles. J'en ai choisi une qui est calme :

    • 2 ou 3 joueurs (je fais 2 parties simultanées pour un atelier de 6)
    • Les cartes sont mélangées
    • Les élèves jouent avec une moitié de paquet.
    • Toutes les cartes sont distribuées, sauf 2, placées face cachée au centre de la table.
    • Chaque élève garde son paquet devant lui.
    • On retourne les cartes au centre de la table. Les élèves cherchent le point commun entre les deux cartes. Le premier qui le trouve l'énonce et place une des cartes de son paquet sur l'une des deux cartes du centre de la table.
    • Les élèves cherchent le nouveau point commun etc..
    • Le premier élève à n'avoir plus de cartes a gagné. 

    Pourquoi ce jeu est extra?

    C'est en jouant avec les élèves que j'ai réalisé à quel point ce jeu était intéressant d'un point de vue pédagogique. Il existe des tas de jeux pour travailler les tables mais celui-ci est, à mon avis, le meilleur, pour 3 raisons :

    1. D'abord parce qu'il fait réviser beaucoup de tables : sur une seule paire de carte on se récite 10 calculs pour trouver "la paire".

    2. Ensuite parce qu'il faut être rapide. Les élèves prennent conscience que bien savoir ses tables c'est être capable de restituer instantanément un résultat, sans avoir à réfléchir.

    3. Enfin parce que le jeu est très facile à mettre en place : peu encombrant, règle très simple, petit prix.

    Pin It

    15 commentaires

  • Chanter la galette...(Je fais remonter cet article d'actualité, surtout pour la chanson de Michel Briant).

    Besoin d'idées pour chanter la galette ? (cliquer sur les liens pour écouter les chansons)

    Les incontournables d'abord :

    J'aime la galette ( clic pour écouter)

    ****

    Qui fera la bonne galette (clic pour écouter)

    ****

    Moins connues :

     Un coup de coeur pour La galette de Michel Briant (adresse mise à jour en jan 2015). Cette chanson vient du site Chantecoles, qui vaut la visite (les chansons sont libres de droit et téléchargeables gratuitement) !

    Remarque : si vous avez Realplayer, un clic droit sur le lecteur vous permettra de télécharger gratuitement et facilement la chanson.

    ****

    Dans la galette des rois : clic (par les Versini)

    ****

    Pour finir je vous mets le lien vers le CD "La classe en fêtes" des Versinis, dans lequel on trouve la chanson de la galette, et une autre chanson par fête... bien pratique !

     

     

     

     

     

     


    Autour du thème de la galette, vous aimerez peut-être aussi ces articles :

    Couronnes pour les nul(le)s

    Recette illustrée de la galette

     

     

    Pin It

    35 commentaires
  • Marché de Noël : les pots SOS cookiesJe n'aime pas du tout la mode des marchés de Noël à l'école. Tout ce qu'on essaye d'apprendre à nos élèves sur l'esprit de Noël, "Noël n'est pas au magasin", "fabriquez des cadeaux de vos mains" etc... est balayé par un "Maman, il faut aller à l'école pour acheter le cadeau que je t'ai fait." Acheter mon cadeau... Horrible.

    Et malgré tout, me voilà à préparer notre marché de Noël qui est demain (beh oui, la tradition était bien ancrée dans l'école où je viens d'arriver, et... c'est une source de rentrées financières appréciable pour la Coop, donc j'ai signé). J'ai quand même décidé :

    1. de leur faire, en plus, fabriquer un petit cadeau à offrir (pas à vendre, donc)
    2. de ne rien vendre de personnalisé au marché de Noël : les élèves ne vendront que des réalisations collectives.

    Nous avons donc aujourd'hui préparé 38 pots "SOS cookies" de préparation pour "Cookies des rennes du Père Noël". Ce sont des pots de préparation pour cookies à renverser dans un saladier. Il ne reste qu'à ajouter 1 oeuf et du beurre, à cuire 10 minutes, et déguster.

    Voici comment tout cela s'est déroulé :

    • Depuis octobre, je demande aux élèves d'apporter en classe des gros bocaux d'un kilo. C'est finalement assez peu courant dans le commerce. Je n'en ai eu que 10. Les élèves m'ont, malgré tout, apporté 28  pots plus petits, de 750g, du type "grands pots de confiture". Ce matin, nous avions donc 38 pots.
    • En sciences, nous avons fait une séance de techno pour découvrir ce qu'est le travail à la chaine (avec un extrait des "temps Modernes" de Charlie Chaplin).
    • En classe, nous avons calculé la quantité d'ingrédients dont nous aurions besoin. Je leur ai fourni ma recette originale, correspondant à 1 gros pot, et soumis notre problème : nous allons remplir 10 pots entiers et 28 "demi" pots : de quelle quantité de farine, de sucre etc avons-nous besoin ?
    • Quelques jours avant, nous avons cherché le nom que nous inscririons sur nos pots. Nous avons voté et sélectionné 3 ou 4 possibilités. Les élèves ont préparé les étiquettes adhésives et les petits "modes d'emploi".
    • J'ai ensuite distribué les courses aux élèves : l'un devait apporter un kilo de farine, l'autre 5 sachets de sucre vanillé etc... J'ai gardé pour moi l'achat de la garniture : m&m's, chocolat (2.4kg que j'ai découpés en pépites ce week-end) et cacahuètes (pas d'allergiques dans la classe). 8 élèves devaient aussi apporter un verre doseur, d'autres des cuillères, des torchons etc

    • Aujourd'hui, confection des pots : nous avons organisé la chaine de production. 2 élèves par poste de travail, avec tout le matériel et les ingrédients à portée de main. Les premiers attrapaient un pot vide, le pot faisait le tour de la classe pour passer de poste en poste en se remplissant peu à peu, pour finir, chapeauté et étiqueté, sur une table proche de son point de départ. 2 élèves intérimaires complétaient les postes qui ralentissaient la chaine. Une élève "contremaitre" gérait les problèmes de production : c'était la seule à être debout, tous les autres étaient assis.

    • Nous avons mis moins de 50 minutes pour préparer les 38 pots, nettoyer et ranger la classe. 

    Les élèves étaient "à fond", impressionnés par la cadence de production dès que les premiers pots ont commencé à être produits. Ils étaient concentrés, tout heureux. le produit fini est plutôt sympa, et est rigoureusement collectif.

    Finalement, je suis contente d'avoir accepté l'idée du marché de Noël cette année.

    Pin It

    26 commentaires
  • Pour ma dernière semaine, avant Noël, j'ai essayé de faire une "semaine sans cahier".Je profite donc de la semaine pour faire tout plein de choses inhabituelles. Par exemple, un défi maths en équipe.

    J'ai bêtement utilisé un fichier photocopiable de chez Retz qui a le mérite d'être clef en main. J'avais l'intention d'utiliser les rallyes Maths Isère, mais  je les trouvais trop durs pour certains de mes élèves. J'ai eu peur que mes élèves faibles se désinvestissent trop vite.

    Le fichier Retz présente, lui, des petits problèmes vraiment accessibles (voire, pour certains, "trop fastoches", mais ce n'est pas plus mal). Il est tout prêt à être photocopié : énoncés, feuille réponse de l'équipe. Le rallye est présenté pour durer une heure, et il me semble que selon la taille des équipes, 30 à 45 minutes peuvent suffire (dans mon cas, j'avais des équipes de 4 à 6).

    Ce qui m'a plu, c'est que, du coup, le rallye est très simple à organiser, ne dure guère plus qu'une séance de maths ordinaire et fait travailler des compétences "sociales" (travail en équipe, notamment) très intéressantes. Pour ce premier opus dans ma classe, l'équipe gagnante ne contient personne de ma tête de classe en maths : eux ont su travailler ensemble pendant toute l'heure, en confrontant leurs réponses, en s'entraidant, alors que mes caïds l'ont joué perso, houspillant leurs coéquipiers... et ont perdu. Hé hé.

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires