• Ceux qui me suivent savent que j'ai ma classe pour la première fois cette année. Une de mes premières décisions a été de me choisir un outil pour préparer mes bulletins.

    Le marché des outils pour bulletins est assez fourni. J'ai déjà parlé de Bulleval qui est vraiment bien pour ceux qui cherchent un outil très simple, gratuit et en ligne. J'ai aussi parlé, il y a plus longtemps, de Lisco et one click.

    Mais j'ai choisi les bulletins d'Edumoov (anciennement Educlic). J'en suis ultra ravie parce que :

    • je gagne un temps fou : je saisis mes évals au fil de l'eau et, en fin de période, je n'ai plus qu'à écrire mes appréciations générales et clic, mes bulletins sont prêts.
    • tout est en ligne (rien à installer)
    • tout est très facile, très intuitif, très en phase avec ce que je faisais avant (c'est conçu par un instit, voilà pourquoi)
    • plusieurs maitres peuvent se partager une classe (décharge de direction ou d'IMF, temps partiels...) et saisir les bulletins depuis leur domicile.
    • Edumoov gère les classes multi-niveaux. On peut avoir de temps en temps des évals communes et de temps en temps des évals distinctes. Dans une même éval, certaines compétences peuvent ne concerner qu'un niveau et d'autres concerner les deux niveaux.
    • la saisie des compétences est vraiment facile : on peut sélectionner une compétence des IO, et/ou du LPC, du socle commun.... la modifier... ou saisir une compétence à soi. Pour chaque compétence, on peut indiquer le lien avec le socle et le système produira d'un simple clic le document de validation du socle.
    • la saisie des résultats est encore plus simple. L'interface est vraiment bien pensée, avec des raccourcis clavier qui accélèrent la saisie.
    • quand je saisis les résultats, Edumoov me propose aussitôt des groupes de besoin, par compétences.
    • il est possible de différencier un ou plusieurs bulletin, de ne pas afficher telle ou telle compétence sur le bulletin de tel ou tel élève, et même d'indiquer les aides ("compensations") qui ont été apportées à tel ou tel élève.
    • Tout est personnalisable. Nb de bulletins dans l'année, mise en page, le système de notation  : note chiffrées et/ou pas chiffrées (on peut même avoir les deux : une note chiffrée pour l'éval et une échelle par compétence). Les degrés de l'échelle d'acquisition sont entièrement personnalisables (nombre, libellés, couleurs...)
    • Je m'en sers même pour saisir les résultats ds ceintures. J'ai créé une éval "ceintures de conjugaison", dans laquelle il y a autant de compétences que de couleur de ceintures, et voilà. 
    • Le bulletin a une allure très pro. On peut même mettre des graphiques (optionnels). Clic pour voir à quoi peut ressembler un bulletin.
    • On peut saisir les appréciations générales (ou les laisser vierges et les remplir à la main si on préfère).
    • A la fin de l'année, Edumoov peut générer tous les docs obligatoires (genre Socle commun, APER, B2i...)

    Si vous adoptez Edumoov sur toute l'école, c'est le moyen d'avoir des bulletins qui ont la même allure, qui sont harmonisés, tout en respectant les pratiques de chaque enseignant.

    Autre chose : je n'ai pas essayé, mais il est possible de donner accès aux bulletins en ligne aux familles (chaque parent ne voit que le bulletin de son enfant, bien sûr).

    Dernière chose, c'est... presque gratuit (gratuit pour les écoles d'application, et, au pire, 9€ par classe et par an pour les autres avec des tarifs dégressifs).

    Je vous mets un lien vers une vidéo sympa :

    Pin It

    46 commentaires

  • Illustr : Martin Vidberg


    23/10/14 : Remontée de l'article

    10/9/11 : Ajout du projet "élections présidentielles"

    Cette année, je serai sur des remplacements très courts. Je vous mets donc en ligne des journées "types" préparées au cas où je débarquerais dans une classe sans trouver de consignes du titulaire de classe.  

    La seule contrainte que je me sois fixée, c'est de ne faire qu'une seule photocopie pour toute ma journée.

    Lire la suite...

    Pin It

    53 commentaires
  • Des ateliers en CM2 ? C'est possible !Depuis le début de l'année, je travaille en atelier au début de chaque demi-journée : le matin, ateliers de français (5 fois par semaine, donc). L'après-midi, ateliers de maths.

    J'ai attendu un peu avant de faire un article ici, histoire d'être sure que je continuerais ce dispositif toute l'année, que c'était "jouable", pas trop chronophage, et efficace.

    Après une période, je suis ravie du dispositif.

    Les 3 points clefs pour que ça marche :

    • Expliquer aux élèves qu'on ne joue que s'ils chuchotent (et revêtir son costume de dragon pour sortir un élève des ateliers dès qu'il fait entendre le timbre de sa voix. Ni préavis ni sursis).
    • Prévoir des activités simples à comprendre, simples à installer, simples à ranger.
    • Faire sonner un minuteur / un réveil / son téléphone à la fin de l'atelier (je le fais sonner 5 minutes avant une première fois = c'est l'heure de terminer la manche en cours, de compter les points, de ranger) puis en fin d'atelier = tout le monde est assis à sa place.

    Voici comment je m'y prends :

    1. J'ai choisi les domaines sur lesquels je voulais travailler. Je travaille des compétences à automatiser : il n'y a aucune découverte en ateliers.

    2. Il y a toujours une composante ludique. Tous les ateliers se déroulent sous forme de jeux ou "duels". Les élèves disent souvent : "on fait les jeux, maitresse ?".

    3. Mais les jeux sont très très simples. La plupart du temps, je n'ai même pas besoin de mettre les règles, ils comprennent "d'emblée" ce qu'il faut faire (c'est, à mon avis, un point clefs : des activités très simples à comprendre). Cf ci-dessous, description des ateliers.

    4. Les élèves jouent par deux ou trois, jamais plus.

    5. J'ai fait 5 groupes (de niveau) en français et 4 groupes en maths. Cela fait des groupes de 4 à 8 joueurs. A l'intérieur d'un groupe, les élèves jouent par deux ou trois avec qui ils veulent.

    6. J'ai fait un planning pour que les groupes tournent sur tous les ateliers sur la semaine.

    7. Dans la plupart des cas, les élèves ont le choix entre plusieurs niveaux de jeux. C'est eux qui se mettent d'accord sur le niveau 1, 2, 3 ou 4... (ou sur la couleur de ceinture sur laquelle ils s'entrainent)

    8. Les élèves ont un cahier dédié sur lequel ils écrivent la date du jour, le nom de l'atelier et sur lequel ils font le travail demandé quand il y a du travail écrit.

    9. A la fin de chaque atelier, le gagnant reçoit un tampon "Duel remporté" sur son cahier d'autonomie (ce tampon ne donne droit à rien, mais ils l'aiment quand même).

    10. Les ateliers durent 20 minutes, pas une de plus (et si on a trainé à rentrer en classe, ce temps est décompté de l'atelier vu que quoi qu'il arrive, mon portable est réglé pour sonner 20 minutes après l'heure de début de classe). Remarque : dans mon école, le matin, nous pratiquons l'accueil en classe. Du coup, l'atelier du matin fait vraiment 20 minutes.

    11. Deux règles absolues :

      1. il faut chuchoter. Dès que je surprends un élève à murmurer au lieu de chuchoter, il perd sa partie et va s'asseoir à sa place. Les deux premières semaines, ne j'ai pas pris de groupe, je n'ai fait que "la police" pour sortir immédiatement du groupe un élève qui ne chuchotait pas.

      2. On ne dérange jamais la maitresse (je m'occupe d'un groupe); Il faut se débrouiller quoi qu'il arrive (quand il manque une carte, quand Gudule triche etc.... je ne veux pas le savoir en cours d'atelier)

    En français voici mes 5 ateliers de P1 :

    1. Chercher des mots dans le dictionnaire (les élèves piochent un mot : le premier qui le trouve marque un point etc). En fin de période l'atelier a évolué avec des mots dont il fallait chercher l'orthographe dans le dictionnaire (ils piochaient des mots écrits en phonétique, comme [ipocampe] et ils devaient retrouver ce mot dans le dictionnaire)

    2. Conjugaison : entrainement aux ceintures (j'ai fait des fiches avec 3 phrases à transformer d'un côté, la réponse au dos : les élèves doivent transformer les phrases, vérifier et compter les points)

    3. Grammaire : entrainement aux ceintures (même chose avec des fiches rectoverso avec des phrases à analyser et la correction au verso)

    4. Orthographe lexicale : les élèves s'interrogent mutuellement sur la base de leur carnet personnel de mots. Chaque mot bien écrit rapporte un point.

    5. Les relations entre les mots (pour ne pas confondre les notions d'homonymie, synonymie, familles de mots, champs lexical : jeu de cartachari pour réviser cela). En P2, cet atelier va être transformé atelier réécriture (des fiches avec un petit texte à transformer, correction au dos)

    Voici mes ateliers de maths 

    1. Une figure à reproduire sur papier blanc (je fournis le calque de correction). En cours d'année, je mettrai aussi des  programmes de construction (avec la solution sur un calque dans une enveloppe, à n'ouvrir qu'en fin d'atelier).

    2. Un jeu de type "folix simplifié" pour réviser les tables de multiplication. Mes élèves sachant très bien leurs tables, en P2, je remplacerai cet atelier par un atelier "problème pour chercher" dont la résolution sera collective, par 2 ou 3 (pas de duel, donc, exceptionnellement).

    3. Entrainement au calcul posé (avec mes cahiers de ceintures de calcul) : les élèves choisissent une série de 3 calculs. Ils posent les 3 opérations, les vérifient, comptent leurs points et recommencent.

    4. Un jeu de cartachari ou suitachari de numération : j'ai beaucoup travaillé avec les cartacharis-fractions en P1 (associer une écriture chiffrée à sa représentation coloriée)
    Pin It

    22 commentaires
  • Ceintures d'Histoire (repères chronologiques)Cette année, j'ai des CM2 à plein temps et, dans mon école, on décloisonne l'Histoire (entre autres), si bien que je l'enseigne à tous les cycle III de l'école.

    J'ai décidé de m'atteler à l'acquisition des repères chronologiques. Un rapide sondage de début d'année m'a montré que pas un de mes CM2 , même parmi les excellents, n'était capable de me donner la date de la Révolution française ni de me dire pourquoi le 11 novembre et le 8 mai sont des jours fériés.

    Et pourtant, cela a été vu plusieurs fois les années précédentes, même au cycle II.

    Bref, vous me voyez venir : j'ai créé une petite feuille toute simple, collée à la fin du cahier d'Histoire,où nous écrirons les repères indispensables des IO, quand nous les rencontrerons dans nos leçons.

    Au CE2, je compte remplir jusqu'à la ceinture orange. Puis jusqu'à la verte au CM1 et jusqu'à la noire au CM2 (3 ou 4 dates par ceinture en fonction des couleurs).

    Remarque : A part pour la ceinture blanche, je n'ai pas pré-rempli les dates parce que nous avons une programmation spiralaire sur l'école donc selon les années nous n'étudierons pas les mêmes dates au même niveau. 

    Les tests

    Tous les 15 jours, je fais un test écrit de ceintures. J'interroge sur 4 dates au hasard dans les premières ceintures, 8 ensuite. Pour calculer le score, j'accorde 8 points sur 10 pour les dates et un "bonus" de 2 points pour l'orthographe (je fais souligner des mots dans les libellés, les noms propres par exemple, et j'attends que l'orthographe de ces mots soit correctement restituée). Il faut 8/10 pour obtenir une ceinture.

    Ceintures d'Histoire (repères chronologiques)

     

    Ceintures d'Histoire (repères chronologiques)Remarque 1 : pour aider les élèves à réviser, je leur fournis des petites cartes recto-verso que vous pouvez télécharger ici (clic)

    Remarque 2 : suite à une question reçue en commentaire, je précise que je ne donne jamais à apprendre une date qui n'est pas dans les IO. Sur une leçon donnée, cela peut sembler peu mais je trouve vraiment stupide de faire apprendre des dates qu'ils sauront, dans le meilleur des cas, le jour de l'interro et qu'ils oublieront aussitôt ensuite. 

    Par exemple, pour Napoléon, il n'y a qu'une seule date dans les IO : 1804. On laisse tomber les dates du Directoire, du Consulat, d’Austerlitz, ou de Waterloo. La 2ème guerre mondiale ? En plus des années de début et de fin, il n’y a qu’une seule date au programme (l’appel du 18 juin 40). Au panier les autres dates, Pearl Harbor, le débarquement, Hiroshima, qu’ils ne retiendront pas au-delà de l’interro (et qui seront abordés au collège et encore au lycée). Cela ne veut pas dire qu'en classe on s'interdira d'évoquer Hiroshima. Mais la date ne figurera pas dans la trace écrite.

    Voir ici pour un document qui récapitule les repères des IO : clic

    Pin It

    10 commentaires
  • Ceintures de conjugaison CM : on s'y met ensemble ?7/10/14 Version 3.eco (plus lisible)

    28/7/14 : version 2.0 et version 2.éco 

    4/5/14 Ajout de questions dans la FAQ
    et du lien vers les ceintures brillantes pour les CM1
    7/9/13 Ajout du test kimono

    [Mise à jour du 7/10/14 : la version "éco" était trop petite. J'en publie une, testée avec ma classe, beaucoup plus lisible.]

    Voilà plusieurs mois que je voulais toiletter nos ceintures de conjugaison (que nous sommes 30 à avoir concoctées, je le rappelle), pour qu'elles soient "aussi bien" que celles de grammaire.

    Ce que j'aime dans les ceintures de grammaire, comme dans celles de tables de multiplication, c'est que chaque ceinture "revalide" les ceintures précédentes. Quand on passe la ceinture sur les adjectifs, on doit reprouver qu'on n'a pas oublié ce que sont les noms et les verbes, par exemple. Les compétences s'empilent au lieu de se juxtaposer et on vérifie donc que l'élève n'a pas oublié pas la notion A quand il valide la B.

    Alet (blog : L'univers de ma classe) et moi avons donc revu les ceintures de conjugaison pour qu'elles respectent ce principe. Nous avons ajouté, dans chaque test, quelques verbes et quelques phrases pour revalider les temps des couleurs précédentes. Du coup, nous nous retrouvons avec 12 points possibles par test. Nous avons décidé qu'il fallait avoir au moins 9/12 pour obtenir sa ceinture.

    Les entrainements ne changent pas :

    Ceintures de conjugaison CM : vive la cyber coopération !

    Le test de remise du kimono n'a pas changé non plus :

    Ceintures de conjugaison CM : vive la cyber coopération !

    Les tests v2.0 en version classique (voir ci-dessous pour la version éco)

    Ceintures de conjugaison CM : vive la cyber coopération !


     

    Ceintures de conjugaison CM : la version 2 !

    Et, nouveau ! Voici une version éco pour tous ceux qui en ont assez de faire plein de photocopies : les élèves peuvent coller ce mini test sur leur cahier d'évaluation et répondre en dessous (on peut même les imprimer et les plastifier, si on veut). c'est exactement la même chose que les "grands tests" mais serré sur un sixième de page.

    New ! Les tests v3.éco : 

    Ceintures de conjugaison CM : vive la cyber coopération !

    Pour ceux d'entre vous qui ne voient pas du tout de quoi je parle avec mes "ceintures de judo", voici voilà :

    Les élèves s'entrainent, temps par temps, et passent un test de ceinture quand ils sont prêts.

    Nous avons imaginé 9 ceintures :

    Avant la ceinture blanche, un test de remise du kimono (optionnel) certifie que les élèves savent trouver le verbe dans la phrase, donner son infinitif et dire à quel groupe il appartient.

    • Ceinture blanche : présent du 1er et 2ème groupe 
    • Ceinture jaune : futur tous groupes 
    • Ceinture orange : imparfait tous groupes
    • Ceinture rose : Présent du troisième groupe + impératif 
    • Ceinture verte : Passé composé  (1er et 2eme groupe, pas d'accords tordus dans le test)
    • Ceinture bleue : Passé simple 
    • Ceinture violette : Conditionnel (et révision de l'imparfait : "si j'étais riche, j'aurais..." et du futur pour éviter la confusion "j'aurai/j'aurais") 
    • Ceinture marron : Plus que parfait et futur antérieur 
    • Ceinture noire : Passé composé, plus que parfait et futur antérieur, tous groupes (participes passés en -is, -it etc), accords de participes passés avec être. 

    Comment ça marche en classe ?

    Chacun fait comme il le souhaite, mais de mon côté, je veille à ce que le dispositif des ceintures ne conduise pas à laisser chaque élève se dépatouiller seul pour apprendre la conjugaison. Bref, dans ma classe, les ceintures ne servent qu'à différencier l'entrainement et l'évaluation, mais pas la phase d'apprentissage.

    Concrètement :

    • Ma programmation suit celle des ceintures
    • J'enseigne la conjugaison de manière classique, avec des leçons collectives et des exercices collectifs variés avant et après la leçon.
    • Je prévois une ou deux périodes de 15 minutes dans la semaine pour que chaque élève s'entraine à la ceinture qu'il est en train de préparer. Là, chaque élève travaille à son niveau en autonomie (les entrainements sont autocorrectifs) pendant que je prends un petit groupe avec moi.
    • Tous les 15 jours, les élèves peuvent passer un test de ceintures. Ils s'inscrivent s'ils  se sentent prêts.
    • S'ils réussissent (8/10 ou +) ils s'entrainent sur la ceinture suivante.
    • S'ils échouent, ils peuvent s'entrainer avec la fiche entrainement ET avec les exercices du test  qui viennent enrichir la base d'entrainement.

    Quels sont les avantages du dispositif des ceintures par rapport au dispositif classique ?

    - Les élèves ont une très bonne vision de "ce qu'ils vont apprendre", "ce qu'il faut savoir"...

    - On a le droit de ne pas réussir du premier coup, mais on ne reste pas sur un échec : on repasse la ceinture jusqu'à la réussite.

    -  Dans un système classique, il y a des élèves qui ont toujours des notes bof-bof. Là, ce n'est pas possible : on recommence tant que ce n'est pas "très bien". On n'a plus le droit de se contenter d'une leçon à peu près sue (oui, vous allez voir, le dispositif est exigeant, et il y a des élèves à qui cela fait "tout drôle" au début !)

    - ...corollaire : même les élèves faibles goutent à la réussite, au "bravo", au "champion" ! Le succès devient la norme. On avance forcément de succès en succès. Plus ou moins vite certes, mais toujours de succès en succès. Et vous verrez que quand Barnabé  obtient sa  ceinture blanche au troisième essai, il est super content... et vous aussi ! (et ce jour-là, on s'en fiche totalement de savoir que Gudule a obtenu sa ceinture orange le même jour).

    - C'est motivant aussi pour le prof : on voit vraiment progresser tout le monde (alors que dans un système classique, il y a parfois des élèves qui progressent mais qui restent "éloignés" des autres donc qui ont vraiment du mal à avoir des bonnes notes).

    Quel est l'intérêt de continuer les leçons collectives avec tous ? D'aborder une leçon sur le passé simple si certains élèves n'ont toujours pas eu la ceinture sur le futur ? C'est avant tout une question d'organisation pratique ?

    Non, ce n'est pas du tout une question pratique. C'est un choix auquel je tiens beaucoup. Je suis convaincue qu'il arrive que les élèves comprennent des notions par des chemins imprévus, et notamment comprennent parfois le futur en étudiant l'imparfait (par exemple). Il y a des sortes de "déclics" qui se produisent, sans que je sache pourquoi. Ils comprennent une notion A quand on est en train d'étudier la B, comme si un puzzle se mettait en place dans leur tête, et je trouve justement très important de continuer à tirer tout le monde vers le haut, en avançant dans la programmation, en faisant des exercices collectifs sur les temps "avancés" même si, au moment du travail individuel sur les ceintures, certains repartent en arrière pour travailler leur ceintures.

    D'autre part, pour la plupart des élèves, cela conduit à évaluer à distance de la leçon (longtemps après). Je trouve que cela donne beaucoup plus de valeur au résultat de l'évaluation. Quand on réussit son test de ceinture, le savoir n'est pas tout frais, il est vraiment ancré.

    Et autre question: acceptes-tu de donner une ceinture à un 7/10 si l'enfant est en difficulté ?

    Plutôt non. Il m'est arrivé de "fermer les yeux" sur une petite erreur, de faire comme si je ne l'avais pas vue ou comme si elle ne comptait pas, mais, si je l'ai fait, seul l'élève concerné s'en est rendu compte (ou pas), et c'était en toute fin d'année. Je ne l'ai jamais fait officiellement. Un enfant qui a 7/10 a les moyens d'avoir 8 à l'essai suivant.

    Comment faire dans une classe de CM1-CM2 ? Les CM2 débutent à quelle ceinture ?

    Dans ma classe de CM1-CM2, tout le monde débute à la ceinture blanche. Les CM2 ont largement le temps d'arriver à la ceinture noire (la 9ème ceinture) si on leur propose un test par semaine.

    Au CM1, tu vas jusqu'à le ceinture noire ?

    Non, je m'arrête à la bleue au CM1. Comme certains CM1 atteignent la bleue rapidement, je leur propose ensuite des ceintures de révision, les ceintures "brillantes". Elles sont en ligne sur cet article (clic)

     


    Allez voir aussi les ceintures de calcul posé, ici  ou celles de conjugaison CE2, ici.
    Les ceintures de conjugaison CM sont là et celles des tables de  multiplications sont ici. Pour les ceintures de grammaire CM, enfin, il faut aller voir .

    Pin It

    293 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires