Les Suitacharis, pour jouer avec les suites numériques

rp_XGYDznJAOaODrmZkpzrExMhdlNs@250x185.jpg

Si j’aime tant les Cartacharis, c’est qu’il n’y a qu’une seule règle, très simple, pour tous les jeux, lesquels jeux se déclinent à volonté dans de multiples domaines [et je les aime aussi parce que cela se joue en silence, ce qui est très adapté au jeu en autonomie, dans une classe à niveaux multiples etc]

Ces derniers jours, je cherchais un moyen ludique de faire travailler les suites numériques à mes élèves (en particulier mes Segpas). Compter de 10 en 10, c’est très dur, par exemple (et quand on doit passer d’une centaine à l’autre, fouyouyou, je ne vous raconte pas…).

Je viens donc de penser à un nouveau jeu de numération, que je pourrai décliner ensuite avec les nombres décimaux, les fractions, les heures, la monnaie… Comme je n’avais pas beaucoup d’imagination, je l’ai appelé : le jeu des Suitacharis.

Les jeux de 24 cartes sont téléchargeables ci-dessous (comme pour les cartacharis, un jeu tient sur 1 feuille à imprimer en recto-verso. Ici, le dos des cartes permet d’indiquer le « saut » : il y a des suites de 2 en 2, de 10 en 10, de 20 en 20…)

But du jeu : Être le premier à avoir posé toutes ses cartes sur la table.

Nombre de joueurs : 2 à 4

Déroulement : Au démarrage, on pose 3 cartes sur la table (en colonne, comme ci-dessous), puis on distribue 4 cartes par joueur. Le reste des cartes forme une pioche.

Les Suitacharis, pour jouer avec les suites de nombres

Le premier joueur cherche une carte de son jeu qui vienne juste avant ou juste après une des cartes qui sont sur la table. [Dans l’exemple ci-dessous, il s’agit d’un jeu où on compte de 2 en 2 : il pose la carte 85 juste avant la carte 87. Il aurait pu placer aussi la 89, la 93, la 97, la 111 ou la 115]. Si le joueur ne peut pas jouer, il pioche (il a le droit de poser la carte piochée, le cas échéant).

Les Suitacharis, pour jouer avec les suites de nombres

Chaque joueur pose une carte à son tour et les suites progressent, vers le haut ou vers le bas. Le petit marqueur rouge en haut des cartes permet d’éviter les erreurs les plus grossières (notamment au moment des sauts de dizaines ou centaines) : les triangles doivent être en vis-à-vis, quand on pose une carte à côté d’une autre.

Les Suitacharis, pour jouer avec les suites de nombres

Quand on pose une carte « étoilée » (= la première ou la dernière carte de la suite), on a le droit de rejouer.

Le premier joueur à avoir posé toutes ses cartes remporte la partie.

Voici les jeux que j’ai préparés ET ceux que vous m’avez envoyés (les nouveautés sont signal »es par un smiley) :

Si jamais il vous prenait l’envie d’en inventer d’autres, vous aussi, voici le fichier Powerpoint (ou libre office impress) modifiable. Vous pouvez me les envoyer (au format powerpoint) si vous voulez bien que je les publie ici !

Fichier modifiable des Suitacharis (Compères blogueurs, si vous utilisez ce fichier modifiable, merci de ne pas publier le résultat sur votre propre blog)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *