Les accords des participes passés, c’est si simple !

Cette année [2017], avec l’affaire du prédicat, l’utilisation du COD a fait la Une (pour accorder les participes), et, parmi les pédagogues de l’orthographe, de nombreuses voix ont rappelé la méthode Wilmet. Cette méthode permet d’accorder les participes passés sans s’occuper de l’auxiliaire ni du COD. Je me suis promis d’y jeter un oeil. En creusant un peu, j’ai repéré que le manuel Cléo (Editions Retz) s’en inspirait. Le bon vieil ORTH (Hatier) aussi, et pourtant, ce n’est pas « récent », comme bouquin ! L’illustration de cet article en est tirée.

J’ai présenté la méthode à mes CM2 et, en 2 semaines de rituels, ils ont acquis une aisance incroyable pour accorder les participes, même les plus tordus. Cela vous intéresse ? C’est très simple :

Prenons l’exemple du verbe préparer
Au moment où j’écris son participe passé, je me demande si j’ai déjà écrit ce qui EST préparé. Si oui, j’accorde le participe (avec ce qui est préparé), sinon, je n’accorde pas.

Démonstration :

Nous avons préparé des desserts.
Quand j’écris préparé_, je n’ai pas écrit ce qui est préparé (les desserts) => je n’accorde pas.

Les affaires sont préparées par des enfants.
Quand j’écris préparé_, j’ai déjà écrit ce qui est préparé (les affaires) => j’accorde.

Miracle numéro 1, cela fonctionne (évidemment), dans le cas où le COD est placé avant le verbe (sans jamais évoquer le fameux COD avec les élèves) :

J’aime beaucoup la tarte que tu as préparée.
Quand j’écris préparé_, j’ai déjà écrit ce qui est préparé (la tarte) => j’accorde.

Miracle numéro 2, cela fonctionne aussi bien avec les verbes pronominaux (qui sans Wilmet, sont particulièrement piégeux)

Les danseuses se sont préparées.
Quand j’écris préparé_, j’ai déjà écrit ce qui est préparé (les danseuses) => j’accorde.

Mes cousines se sont préparé deux énormes sandwiches.
Quand j’écris préparé_, je n’ai pas écrit ce qui est préparé (les sandwiches) => je n’accorde pas.

Vous avez remarqué : tous les cas d’accord (ou quasiment tous) sont couverts, sans jamais distinguer l’auxiliaire être de l’auxiliaire avoir, ni évoquer le COD.  Merci qui ? Merci Wilmet.

2 remarques :

  1. Un participe passé sans son auxiliaire, devient… un adjectif, et s’accorde donc comme tel.
  2. Pour en savoir plus, voir là : clic

18 Commentaires

  1. Emilie

    Wouah ! C’est trop simple comme technique ! Bref, je vais pouvoir expliquer très simplement les erreurs d’accord aux élèves. Merci beaucoup pour cette information !

  2. Humbert

    Génial !!!
    Dans quel livre as tu eu cela?
    Y’a t’il un éditeur qui procède ainsi?

  3. tehanu

    Bonjour !
    Sers-tu du manuel CLEO dans ta classe ? (pour compléter PICOT… Je me pose la question). Et si oui, dans quel(s) domaine(s) ?
    Merci d’avance

  4. Charivari (Auteur de l'article)

    Voir dans l’article, au début (Cléo, chez Retz,notamment)

  5. Charivari (Auteur de l'article)

    Bonjour,
    oui, je m’inspire beaucoup de Cléo dans tous les domaines, notamment pour ritualiser une révision que je juge nécessaire.

  6. Dominique

    J’ajoute (j’ai appris cela par une PEMF du Loiret) que cette règle vient des moines copistes du Moyen Âge : les pauvres n’avaient pas de blanco et étaient donc obligés d’accorder avec ce qui précédait, et non ce qui suivait ! Je raconte cette histoire aux élèves, et grâce à elle, mes CE2 savent même accorder leurs participes passés !

  7. alain l.

    Merci pour ce « truc » Charivari que je ne connaissais pas … et qui va m’être personnellement fort utile car je suis souvent obligé de vérifier mes accords de participe passé … et bien que j’aie passé l’heure de l’appliquer avec des élèves en classe … et pas que parce que les vacances approchent 😉 !!!

    @t
    alain

  8. Ayleen & Kyban

    Tellement bien, cette façon de faire ! Je trouve ça génial ! Au lieu de reposer sur une succession de test et de techniques, elle s’appuie sur le sens profond des choses et hop ! Tout de vient plus facile :P.

  9. Cecilez

    C’est marrant, c’est comme ça que je fais toujours pour trouver… peut-être que ce sont mes instits qui me l’ont appris (l’ avant = accord mais au masculin singulier 😉 dans les années 75-80 !

  10. Charivari (Auteur de l'article)

    J’ai lu cette histoire aussi : les moines c copistes à qui les textes étaient dictées devaient écrire à la volée et ne pouvaient accorder les participes qu’avec les compléments déjà entendus. Je ne suis pas sûre que l’histoire soit vraie (sinon les adjectifs antéposés ne seraient jamais accordés non plus !) mais elle est jolie et elle a fasciné mes élèves !

  11. Charlotte77

    Merci merci !

  12. Vasseur

    Merci pour cette leçon de grammaire. J’en profite également pour vous adresser toute ma reconnaissance pour l’ensemble et la richesse de vos ressources dans lesquelles je puise souvent et depuis fort longtemps sans jamais vous en avoir remercié.

  13. delchine

    Encore une fois génial! merci Charivari!

  14. Mathieu

    J’ai bien compris que ça fonctionne dans PRESQUE tous les cas… Ce qui signifie que l’exemple suivant doit faire partie des exceptions : « la glace a fondu ». Quand j’écris « fondu », je sais ce qui est fondu. Pourtant je n’accorde pas. Ou alors, où est l’astuce que j’ai ratée ? (Et quand j’écris « ratée », je sais déjà que c’est l’astuce, donc j’accorde !)

  15. Charivari (Auteur de l'article)

    Tu as raison. C’est la plus grosse exception, je crois, les verbes de « changement d’état » : la bombe a explosé, donc elle est explosée… la glace a fondu, donc elle est fondue…

  16. pri

    Il me semble qu’il n’y a pas que les changements d’états par exemple : j’ai dormi.
    ou il y a quelque chose que je n’ai pas compris ?

  17. Charivari (Auteur de l'article)

    Non, j’ai dormi fonctionne (comme toutes les V intransitifs). Qu’est-ce qui « est » dormi : rien du tout, donc pas d’accord.

  18. Sylvie

    Wahou!! Je ne connaissais pas cette méthode. C’est vraiment efficace, Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *