Publier sur internet des photos de ses élèves ?

Je viens d’écrire un commentaire sur l’article dans lequel je parle de Klassroom, le nouvel outil internet que nous utilisons à l’école pour remplacer le cahier de liaison. J’y expliquais que je ne faisais pas signer d’autorisations parentales pour la mise en ligne de photos des élèves, pour la simple raison que nous ne publions pas de photos d’élèves identifiables. Jamais. Et cela n’empêche pas les parents de consulter très souvent notre outil. Ils sont fans de Klassroom.

Franchement, les portraits, cela n’apporte pas grand chose à la relation pédagogique. Je mets des photos du groupe vu de dos, ou bien en vue plongeante pour photographier ce qu’ils font, et c’est parfaitement adapté pour montrer aux parents la vie de la classe.

Cela dépasse le débat « klassroom », mais je ne suis pas du tout à l’aise avec l’idée de mettre des photos d’enfants sur le net et ce, même avec des autorisations parentales signées, même sur un espace fermé, même 100% sécurisé.

Quand nous mettons en ligne des photos de nos élèves (reconnaissables) sommes-nous 100% certains que les jeunes « s’aiment » sur le cliché que l’on met en ligne ? Sommes-nous 100% surs que chaque élève est heureux que CETTE photo de lui soit diffusée à toute la classe, voire toute l’école, soit, à son échelle, « son » monde entier ?

Philippe Tassel a publié un article très complet sur le sujet, avec d’autres arguments très percutants : je vous le recommande (clic)

J’ajoute que cette prise de position assez tranchée de notre part nous amène beaucoup de questions d’élèves, au cycle 3 surtout, et que ces questions sont très productives : nous amenons ainsi nos élèves à réfléchir sur les réseaux sociaux, sur la mise en ligne des photos qu’ils ont prises, la durée de vie de leurs photos sur internet, et, plus généralement sur les règles de « vie » sur le web. Ces discussions sont de plus en plus nécessaires, et ce, de plus en plus tôt dans le scolarité. Il y a deux ans, peu de mes élèves avaient un ordinateur. Aujourd’hui, la majorité ont une tablette à disposition, tablette avec laquelle ils prennent des photos, des vidéos qu’ils mettent (parfois) en ligne. Il y a urgence à expliquer et cadrer tout cela auprès d’eux.

C’est top, je partage :

11 Commentaires

  1. Claire

    C’est pour ça que j’apprécie autant ton blog : en plus d’être une mine de ressources, il y a des vraies réflexions sur nos pratiques d’enseignement, j’ai l’impression que ça me fait beaucoup progresser. Aujourd’hui je voulais mettre des photos sur le blog de notre école, ainsi qu’un enregistrement de chants des élèves, mais je repoussais, comme si j’étais gênée par quelque chose …tu viens de mettre des mots dessus et je t’en remercie.
    Bonnes vacances à toi.

    Répondre
    1. Rd

      Je « plussoie »: ce que j’apprécie dans ce blog c’est certes la qualité des documents partagés, mais aussi toute cette partie réflexion sur les pratiques enseignantes et surtout le ton des articles qui est très bienveillant et enthousiaste. Belle continuation!

  2. Khaarolyn

    Merci pour ton article.

    J’utilise aussi Klassroom depuis la rentrée. Je trouve l’application très facile et utile !

    Etant moi même réfractaire à l’idée de mettre des photos de ma fille sur les réseaux sociaux, je me pose aussi beaucoup de questions sur les photos dans le cadre de l’école . Je n’en ai pas publié pour l’instant… je pense mettre des photos de nos rencontres USEP avec les élèves en action. Je suis partagée entre mon avis perso et l’envie aussi des parents qui (je pense peut être à tord), je sentirai encore plus impliquée dans l’application….

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Nous on publie pleeeeein de photos de ce type de rencontres (notamment) mais soit de très loin (on photographie la foule, comme pourraient le faire des journalistes), soit, de préférence, de dos.
      Si on photographie de trop près, on floute les visages (depuis 2017, Klassroom intègre un petit utilitaire de floutage intégré, ultra pratique)

  3. Christelle

    Merci pour cet article que j’ai lu avec attention. Je me pose toutefois une question : qu’en est-il des photos de nos élèves, prises en « portrait », qu’on imprime puis colle dans un cahier de vie PAPIER en maternelle ? Mon fils, en Petite Section cette année, est apparu plusieurs fois en photo dans ce cahier de vie… je n’ai pas le souvenir d’avoir signé une autorisation en début d’année ? Je comprends tout à fait votre raisonnement mais par exemple, en maternelle, il me semble difficile d’imaginer flouter le visage d’un élève qui fête son anniversaire ? Ou de flouter les visages de la photo du carnaval ?

    Répondre
  4. charivari (Auteur de l'article)

    Normalement, tu (je te tutoie en supposant que, si tu surfes ici, c’est que tu es une collègue (?)) as signé une autorisation en début d’année.
    Dans mon école, en début d’année, les parents signent un tableau présentant différents cas de diffusion possible de photos, dont un libellé ainsi :

    Je ne souhaite pas que des photos représentant mon enfant soient imprimées sur papier (sur une affiche dans l’école, dans le journal de l’école, sur un « livre souvenir » de l’année ou une photo souvenir distribuée aux enfants.)

    Ceci dit, je pense que le risque de diffusion incontrôlée est quand même infiniment moins grand sur un cahier papier que sur internet.

    Répondre
    1. Christelle

      Oui effectivement, je suis d’accord avec toi (oui oui, je suis bien une collègue, mais le tutoiement ne m’est pas toujours évident ^^). Je vois de nombreux avantages à utiliser Klassroom comme cahier de vie de ma future classe de maternelle :
      > gain de temps pour moi : je ne me vois pas m’occuper de 22 cahiers de vie individuels ;
      >gain d’argent : moins de feuilles à utiliser ;
      > gain esthétique : les photos seront en couleur ;
      > gain écologique : quelle aberration de coller des feuilles dans un cahier ! ;
      > meilleure communication : possibilité d’enregistrer une comptine…

      Mais cette histoire de photos me turlupine, je dois bien l’admettre (notamment à cause des photos à caractère « affectif » comme les anniversaires, etc. que je ne me vois pas flouter ou ne pas diffuser…). Et puis si je veux filmer par ex une ronde pour la diffuser, là aussi ça devient complexe…

    2. charivari (Auteur de l'article)

      Là, pour le coup, c’est à toi de voir. Beaucoup de collègues de maternelle font signer une autorisation pour Klassroom et y mettent des portraits d’élèves. Moi, j’aurais été la maman pénible qui aurait refusé (ce qui peut rendre les photos compliquées : il faut penser à exclure certains enfants du champ de la photo sans qu’ils sentent ton agacement) mais je ne suis pas sure qu’il y ait tant de parents pénibles que cela.
      Maintenant, il me semble que tu peux imaginer de faire un petit support spécial pour les grandes occasions, type anniversaire, qui peut d’ailleurs, être géré par l’atsem (dans les écoles où je suis passée, c’était l’atsem qui gérait le cahier de vie), et prendre pleeeein de photos à mettre dans Klassroom, de dos, de haut… Tu peux prendre en photo les albums que tu lis, les adultes de l’école, la chenille qui grossit dans la classe, la mascotte qui dort ou qui s’assoit à table… tu peux même enregistrer la classe qui chante, ou un élève qui raconte. Bref, Klassroom est infiniment plus riche qu’un cahier de vie et je n’imagine pas une seconde que ce ne soit pas un meilleur support de langage et de liaison école-maison, même sans portraits des enfants.

  5. Christelle

    « Bref, Klassroom est infiniment plus riche qu’un cahier de vie et je n’imagine pas une seconde que ce ne soit pas un meilleur support de langage et de liaison école-maison, même sans portraits des enfants. »

    Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Ne reste plus qu’à convaincre ma collègue et définir les modalités…! La dernière chose qui me turlupine (oui, j’aime ce mot !), c’est que mon fils a pris grand plaisir à nous montrer le contenu de son cahier de vie, à le feuilleter encore et encore – même seul. Or, là, ça ne sera plus vraiment possible, c’était l’avantage de la version papier. J’ai vu que Klassroom comptait a priori développer un partenariat avec un éditeur pour créer un « album souvenirs » de l’année scolaire passée, mais cette option sera payante j’imagine (et je ne sais pas à quelle hauteur !) ; ça m’embête un peu ! Ah là là, que de questions !

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Ca c’est vrai… L’objet papier, c’est sympa. Je suis en élémentaire, mais ici aussi on fait un « livre de l’année » en y collant des photos. Damned, je ne t’aide pas du tout, là !

  6. Christelle

    Mais si, au contraire, tu as « nourri » ma réflexion, c’est l’essentiel 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial