Harcèlement à l’école

harcelement

Je remonte l’article en vue de la journée contre le harcèlement à l’école (J 3/11/16).

En tant qu’enseignants, on est témoins de petites violences (parfois répétées), de sarcasmes, d’humiliations. Ce n’est pas simple de lutter. C’est vraiment un travail « de fond ».

Eduscol a publié un document à destination des enseignants. Il fait un peu froid dans le dos, il décortique bien les causes du phénomène mais donne aussi des pistes pour en sortir, et le prévenir. Il met en avant, notamment, l’intérêt des pédagogies coopératives à l’école.

Le voilà :

Harcèlement à l'école

Le film de la campagne 2015 est là : clic

A prendre avec un peu de distance, évidemment, car cette soi-disant-prof n’a, de toutes évidences, jamais enseigné en primaire (langage, posture, écriture, ton…). L’auteure a dû plaquer ses souvenirs de lycée sur ce film censé se dérouler dans une classe de primaire. Le résultat donne une instit qui fait froid dans le dos, elle aussi. Souhaitons que les parents qui verront le film ne s’imagineront pas que la classe de leur enfant ressemble à ça.

Ceci posé, nos élèves de primaire, eux, vont bien voir que la réalisatrice n’y connait rien et se concentreront surement sur la situation de la victime. En débriefant avec la classe, pour leur dire qu’un enfant harcelé se sent tout seul, a l’impression que tout le monde est contre lui, pourquoi pas ?… (voir aussi Com 60 pour mon avis sur la vidéo)


Pour ma part, j’utilise aussi le super dessin animé de Vinz et Lou :


Harcèlement à l'écolePour nos écoliers (plutôt cycle III), j’aime bien cette BD de Lulu, parue dans Astrapi  : « Les grands embêtent Lulu à la récré« . Je vous la mets ci-dessous*, accompagnée d’ un questionnaire pour faire réfléchir individuellement les élèves avant un débat sur : « Aller rapporter à la maitresse : quand est-ce que c’est bien ? ».

Harcèlement à l'école

Remarque : la BD donne le conseils d’ignorer les vilains « grands ». Ca va pour une chamaillerie ponctuelle, mais  dans le cas de harcèlement, le conseil donné aux harcelés est de ne pas ignorer, de ne pas se laisser faire. 

(*) Avec l’aimable autorisation de Bayard Presse.

 


Vient de sortir : un nouveau « Max et Lili » : Lili est harcelée à l’école.

amaz-2Avis Chari : je l’ai reçu et le trouve très décevant (aussi bien pour le type de « harcèlement » choisi, que dans les solutions suggérées. A vous de voir…)

Valentine et ses copines ont trouvé un nouveau  » jeu  » : casser Lili ! La ridiculiser, lui faire subir des brimades, dire du mal d’elle… Lili se retrouve seule, la peur au ventre. Elle ne voit même plus le regard préoccupé de Max… Va-t-elle s’en sortir ? Ce livre de Max et Lili parle du harcèlement à l’école, cette violence qui ne dit pas son nom, ces humiliations et moqueries à répétition. Cette souffrance, on peut s’en souvenir toute sa vie. Alors, il ne faut pas laisser faire, ni se laisser faire ! Ni complice, ni victime ! Faire souffrir, ça ne peut jamais être un jeu. En parler, ce n’est pas rapporter, c’est empêcher ce qui est interdit. C’est protéger, défendre ou se défendre…


Gandalf me signale qu’on trouve (au moins) 3 choses intéressantes sur le « centre de ressources » du site officiel Agir contre le harcèlement à l’école :


Sur le site 1jour1actu on trouve deux articles (CE ou CM) pour définir le harcèlement. Sur l’article CM, on donne aux élèves des conseils pour agir. Je trouve qu’ils sont bien faits.

Clic pour le doc CE et clic pour le doc CM.


Deux idées deromans sur la violence à l’école :

amaz-3Chouette : « Roy ne se plaît pas en Floride. C’est plat et les brutes de l’école, comme Dana Matherson, y sont aussi stupides qu’ailleurs. Mais si, dans le bus, Dana n’avait pas écrasé la tête de Roy contre la vitre, celui-ci n’aurait jamais aperçu cet étrange garçon qui courait pieds nus. Il n’aurait pas pris part à cette affaire bizarre et croisé alligators, serpents à sonnette et mignonnes petites chouettes menacées. La vie en Floride devient enfin excitante. »

Avis Chari : J’ai beaucoup aimé ce livre (pour des CM). Le début n’est pas extra, mais si on tient bon pendant les 10-20 premières pages, on n’est pas déçus. En revanche, le harcèlement est loin d’être le thème principal.

Papa et Maman sont dans un bateauamaz-4 : « Pauvres Doinel ! Ils s’aiment, mais n’ont pas le temps de se le dire. Ils ont chacun leurs angoisses, leurs soucis mais les gardent pour eux. Marc Doinel, le père, a des souci de boulot, Nadine, la maman maitresse d’école, n’en peut plus des  » fiches de suivi d’acquisition des compétences « , Charlie, la fille aînée, se demande bien pourquoi elle est amoureuse d’un héros de manga bisexuel plutôt que d’un garçon de sa classe. Quant au petit Esteban, lui, ne se plaint jamais, au point de se laisser maltraiter sans broncher par les grands de l’école. Pauvres Doinel ! S’ils savaient qu’ils partagent un rêve secret… En feuilletant un magazine, chacun d’entre eux est tombé en arrêt devant la même photo. Celle d’une yourte mongole plantée dans une clairière bretonne. »

Avis Chari : j’ai beaucoup aimé ce livre. Vraiment beaucoup. Mais il me semble un peu « compliqué » pour des élèves d’élémentaire. Il parle notamment beaucoup des déboires professionnels du papa, que j’ai trouvé passionnants mais qui ne me semblent pas captivants a priori pour des écoliers. Les passages qui décrivent la classe de la maman, prof en maternelle, sont particulièrement savoureux. Je le recommande chaudement à tous mes collègues.

2015-Novembre-4 18:05:00
Cycle III Autres

1 Commentaire

  1. Maya

    Merci et bienvenue à ce nouveau site!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *