A la manière de Giacometti

Je suis ravie de ma séquence sur Giacometti (ci-dessous, une production de deux élèves). 

A la manière de Giacometti

 

J’ai trouvé l’idée sur un site anglosaxon. J’avais vu beaucoup de solutions avec du papier d’aluminium, mais je trouvais que le rendu était vraiment trop « froissé » et ça ne me plaisait pas trop.

Pour cette version-ci, voici les étapes :

 

A la manière de Giacometti

Matériel : 1m par élève de fil de fer basique (diamètre 1mm), du ruban de masquage (compter env 1m par élève aussi), de la peinture cuivrée (compter une bouteille comme celle-ci pour 10 élèves), des chutes de bois ou de carton pour faire les socles, du papier journal pour protéger les tables.

Etape 0 : Présenter Giacometti, ses oeuvres etc…

Etape 1 : Réfléchir aux sujets. J’avais demandé à mes élèves de trouver des idées de scènes ou deux personnages interagissent. 2 amoureux, 1 parent et son enfant, 2 sportifs, 2 joueurs d’échecs, 2 acrobates, 2 danseurs…. Nous les avons écrites au tableau en les décrivant un peu. Puis les élèves se sont mis par 2 et ont choisi leur sujet.

Etape 2  : préparer les figurines en fil de fer. J’ai utilisé la technique décrite ici

A la manière de Giacometti

D’abord on plie le fil de fer en deux, on fait quelques tours en haut pour former la tête. Puis on forme les deux bras (on entortille à chaque fois, bien plus que sur le dessin)., puis enfin, on plie chaque morceau qui pendouille en deux pour former des jambes. Le fil de fer est entortillé sur le ventre pour terminer le personnage.

Etape 3 : c’est la « sculpture » de l’attitude des personnages. On donne au personnage en fil le mouvement, l’expression que l’on souhaite. Un élève du binôme peut mimer pendant que l’autre arrange le personnage en fil de fer pour lui trouver la bonne attitude. 

Etape 4 : on recouvre les personnages de ruban de masquage (clic). Cet adhésif a l’intérêt de ne pas être trop cher, de bien se découper, de se décoller à volonté et surtout de bien se peindre.

C’est une étape un peu délicate. Il faut essayer de ne pas faire trop de bourrelets, et bien serrer le ruban contre le fil de fer pour que le personnage soit vraiment filiforme, comme chez Giacometti. Le personnage doit être intégralement recouvert, y compris les mains. 

Etape 5 : On scotche les pieds des personnages sur le socle. Comme le personnage est très léger, cela tient très bien debout.

Etape 6 : Peinture à la peinture métallisée cuivrée (clic). 2 couches. Quand la première couche est sèche on peut très bien remettre le personnage dans la bonne position (position souvent malmenée par l’étape enrobage et  peinture). 

La deuxième couche permet de « boucher les trous » avec la peinture pour qu’on voie moins les imperfections du ruban de masquage (Le produit final est en haut de l’article.)


A la manière de GiacomettiEdition du 15/12/2013 :

je suis tombée ici sur ces réalisation d’élèves qui me plaisent beaucoup aussi. La maitresse explique comment elle s’y est prise : « Les élèves ont réalisé tout d’abord « le squelette » avec 3 cure-pipes : un pour le buste, un pour les bras et le dernier pour les jambes : les deux derniers sont entortillés autour du premier. Puis ils les ont enroulés de bandes de papier aluminium. Après avoir donné une posture à leur personnage, les élèves les ont ensuite peints avec un peu de peinture noire. »

 

2013-Novembre-29 22:19:00
Cycle III Autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *