Des petits cahiers au CM2 : retour d’expérience

Cette année [l’article date de 2014], dans ma classe de CM2, mes élèves n’avaient que des petits cahiers (17×22). Comment en suis-je arrivée là, comment cela s’est-il passé ? Retour d’expérience :

L’année dernière, nous déjeuné avec la graphothérapeute de notre secteur. Elle avait accepté de venir partager son sandwich avec nous un jour, à l’heure du déjeuner.

Nous avions échangé sur les difficultés d’écriture de nos élèves.

Elle nous avait recommandé, entre autres :
(1) de proscrire le stylo bille, sur lequel il faut appuyer pour écrire et qui crispe beaucoup de petites mains, au profit du stylo plume, du roller, du feutre fin… 
(2) de surveiller que les élèves ne prennent pas le mauvais pli d’écrire en cassant le poignet (même les gauchers) : le poignet doit rester en-dessous de la ligne d’écriture.  

Nous avions aussi parlé des difficultés de repérage de certains et elle nous avait rappelé que les écoliers se repèrent bien mieux dans un petit cahier que dans un grand. Elle nous avait parlé d’empan visuel : là où un adulte voit toute une page A4 dans sa globalité, un écolier ne peut en voir qu’un morceau, comme s’il regardait la feuille avec un cache de 15 cm sur 10… Difficile dans ces conditions de bien placer sa main, son texte, son document, d’aller rechercher une information au bon endroit…

Nous avons évoqué notre enfance… dans les années 70 (quand j’étais écolière), nous n’avions que des petits cahiers à l’école et bien souvent, encore, au collège. Les photocopies n’avaient pas encore envahi les écoles…

Cela a confirmé ce que j’avais en tête depuis longtemps. Pour moi, les inconvénients des grands cahiers sont multiples :

1. Les grands cahiers sont moins bien tenus que des petits. Je ne sais pas bien expliquer pourquoi (sans doute cette histoire d’empan visuel), mais la différence saute aux yeux, pour un même élève (mes élèves ont encore des grands cahiers en décloisonnement, et c’est tellement flagrant que ma collègue de CM1 a décidé de passer aux petits cahiers aussi l’an prochain).

2. Même les CM ne se tiennent pas bien quand ils doivent écrire sur les lignes du haut d’un grand cahier. Ils doivent écrire bras tendu (peu confortable !), ils ont le dos tout cassé. Les bas de page sont souvent cornés et ils sont couchés sur leur page.

3. Les grands cahiers ne sont pas faciles à manipuler. S’ils inclinent leur cahier comme ils sont censés le faire pour écrire correctement, ils se prennent une page dans le ventre, font tomber leur trousse ou gênent le voisin. Pour tourner une page, ils font un grand geste avec tout le bras. Même quand j’étais au lycée, je me faisais des fiches en petit format. Tous les « mémos » ou référentiels facile à consulter, vendus dans le commerce, sont toujours publiés en petit format, même souvent plus petit que des 17×22. Je souhaite que leur support de leçon soit vraiment un petit outil auquel ils se réfèrent facilement, rapidement.

Remarque :

un IMF m’avait fait remarquer qu’un grand cahier et, pire, un grand classeur, c’est immense, à l’échelle d’un élève. Pour réaliser ce que cela fait pour un écolier de manipuler un grand classeur, on peut imaginer comment on se repèrerait si nos cours d’adultes étaient écrits sur des feuilles A3 rangées dans un carton à dessin… (Il y a le même ratio entre A4 et A3 qu’entre un enfant d’1.20m et un adulte d’1,70m : +40%)

4. Les grands cahiers pèsent plus lourd dans le cartable, ils sont plus chers et prennent plus de place dans le casier.

5. Dans des grands cahiers, on est tenté de coller des grandes feuilles. Le résultat est souvent très laid et, quand les élèves doivent écrire sur des documents collés, l’ensemble est moins propre. Dans des petits cahiers, au contraire, on colle plus naturellement le document tout seul, sans « fiche » autour (au besoin, on écrit sur le cahier ensuite). Il n’est jamais nécessaire, comme je l’ai lu parfois, de plier un document pour le coller. La page fait quand même 20 17 cm de large : c’est suffisant pour TOUS les documents !

Des petits cahiers au CM2 : retour d'expérience

Voilà donc un an que j’expérimente le 100% petits-cahiers, et je re-signe pour l’an prochain.

J’ai utilisé environ un cahier du jour (60p) par mois (évidemment, c’est différent d’une classe à l’autre). Les élèves ont donc eu tout plein d’occasion de recevoir un beau cahier tout neuf…

En histoire, sciences (…) j’ai pris des cahiers de 60 pages et c’était suffisant. Une leçon prend rarement plus de deux pages (quand on copie tout, c’est forcément plus court !) et je fais environ 25 leçons par an.

En Anglais, 48 pages auraient suffi. J’ai des traces écrites « interactives » (façon lapbook) un peu comme chez Teacher Charlotte, et cela prend donc très peu de place.

Depuis toujours, j’ai un petit classeur aussi. Cela permet d’apprendre à gérer « l’objet » classeur (apprendre à tourner les pages sans tirer sur les feuilles, à ranger les feuilles au bon endroit, à prendre les feuilles dans le bon sens…). Cette année, j’y ai mis les poésies, ce qui m’a permis d’être plus exigeante sur la qualité de la calligraphie puisque c’est très facile de donner une nouvelle feuille à l’élève pour qu’il recommence… Dans leur petit classeur, les élèves ont aussi rangé les paroles de nos chansons, des fiches en Histoire de l’art, les fiches de lecture des livres lus pendant l’année…

Tuyau : grâce à ma collègue Steph, j’ai trouvé LA super perforeuse costaude, réglable et pas chère pour perforer des feuilles A5 à ranger dans un petit classeur. C’est un modèle vendu pour aller avec des agendas type « Filofax ». Comme c’est réglable, ça marche au poil pour les petits classeurs d’écoliers ! Elle est là : clic


Edit : commentaire n°6 de Delphes (site bouledencre.fr )

Merci pour cet article qui confirme ce que je transmets aux collègues qui viennent à mes séances conseil sur l’écriture. Je suis prof des écoles et rééducatrice de l’écriture sarcastic et j’explique souvent combien le grand, très grand, trop grand cahier nuit à l’écriture. De plus, sur des petites tables, on ne peut les pencher sans faire tomber trousses, règles, et gêner le voisin. Si on ne le penche pas, la main passe par-dessus la ligne, le poignet se tord, aïe! 

D’ailleurs les enfants qui viennent me voir et à qui je donne ces conseils me disent « ben, à l’école j’ai pas de place pour pencher mon « grand » cahier ». no

Alors oui aux petits cahiers! intello


Cahier du jour (CM2)

Des petits cahiers au CM2 : retour d'expérience

Histoire (CM2)

Des petits cahiers au CM2 : retour d'expérience

Je remonte ici les échanges en commentaire

« Pour le français et les maths (les leçons), je ne fais pas ou peu écrire donc je garde les grands cahiers ».

Je trouve que les grands cahiers se manipulent très mal. Tourner une page, pour un CM, c’est faire un grand geste avec tout le bras. Même quand j’étais au lycée, je me faisais des fiches en petit format. Tous les « mémos » ou référentiels facile à consulter, vendus dans le commerce, sont toujours publiés en petit format, même souvent plus petit que des 17×22. Je souhaite que leur support de leçon soit vraiment un petit outil auquel ils se réfèrent facilement, rapidement. Bref, non, décidément, le grand format ne me semble pas du tout adapté.

« Pour les sciences et l’histoire géographie, le grand format c’est tellement mieux pour les illustrations. Là mes élèves écrivent toutes les leçons ». 

Moi aussi, ils écrivent tout :

Voici la photo d’un de mes cahiers cette année. La frise, comme l’image, tiendra parfaitement sur un petit format. Même les cartes en géo tiennent très bien sur un demi-A4 donc iront très bien sur un petit cahier. Cela fait plusieurs mois que j’y réfléchis : vu que je colle très peu de choses dans le cahier, je n’ai absolument pas besoin d’un grand cahier.

« D’autre part, le petit format implique une multiplication de cahiers (ma collègue en est à son 4ème cahier du jour). »

Moi aussi, j’en suis au 4ème. Je ne vois pas le problème vu qu’il n’y a pas de leçons dans le cahier du jour. Au contraire, mes élèves adorent recevoir un cahier neuf (environ un par période). Ils prennent des résolutions de soin etc… Les cahiers du jour terminés sont empilés en fond de classe et restitués en fin d’année.

Pour les leçons, cela peut poser problème. L’élève saura t-il s’il doit aller dans le cahier 1, 2 ou 3 pour revoir une leçon ???

Ah non, là je n’ai absolument pas besoin de plusieurs cahiers de leçons. En français et en maths, un seul suffit amplement. En effet, deux cahiers de leçons dans la même matière, je trouverait ça nul, surtout pour le français et les maths où, encore une fois, c’est un outil qu’on doit feuilleter au quotidien.

Les documents à coller pour illustrer devront être pliés ou photocopiés en plus petit format (cahier moins joli, trace écrite moins lisible).

Je ne fais jamais plier. En revanche, le format reste tout à fait joli et lisible. J’imprime en « 4 par page » voire « 8 par page » pour certaines illustrations en couleur(comme celle qu’on voit ci-dessus) et c’est très joli.

Et puis attention, au collège il n’y a plus de petits cahiers.

Je ne pense pas que ce soit un problème. Les enfants n’ont aucun mal à changer de format. C’est moi que cela dérange de les voir mal assis avec le dos tordu, et de voir les bas des pages cornées, pas eux.

C’est bien de les préparer à l’utilisation d’un classeur en cycle 3.

Là j’imagine que les pratiques diffèrent d’un collège à l’autre. Dans celui de mes enfants, le classeur a disparu (sauf en musique où ils ont un « cahier classeur »). En tous cas, au collège, chaque prof a son support. Ils n’auront donc jamais l’histoire, les sciences et la rédaction dans un même unique classeur. C’est beaucoup plus simple de gérer une seule matière dans un classeur.

Dans ma classe nous avons un petit classeur de leçons en français et maths. J’aime beaucoup ce support. Cela leur permet d’apprendre à gérer « l’outil classeur » (où ranger la page, gérer les intercalaires, protéger les pages avec des œillets) et cela reste un outil très maniable, très « à leur échelle ».

0total visits,1visits today

14 Commentaires

  1. Ayleen & Kyban

    Je n’achète aussi que des petits cahiers depuis quelques temps. Les seules fois où j’en avais acheté des grands c’est pour servir de support à fiche avec des tous petits (et encore, j’aurais préféré éviter) dans le cadre de décloisonnement ou quand l’outil était un outil de cycle et que je n’allais pas tout révolutionner le jour de mon arrivée.

    Cela dit, quitte à faire des fiches, je préfère alors de loin le portevues ou le classeur (avec ou sans intercallaires). On pense souvent que les petits ne sont pas prêts mais mes collègues de maternelle ont des classeurs avec leurs élèves et s’en sortent (certes, avec ATSEM, mais aussi avec des p’tits bouts de moins de 6 ans !).

    Pour les cahiers, c’est du petit. Par contre, j’essaye d’évaluer à peu près le nombre de pages par jour et donc par année et de prendre au plus proche… et au moins cher. Avec les petits budgets, ça mène vite aux 96 pages qui permettent de gagner quelques euros. Cela dit, je ne sais pas si je ne me laisserais pas tenter par plus léger.

    Grâce à toi, la réflexion suit son cours. Merci pour le partage :).

  2. MichèleS

    Bonjour, suite à tes nombreux articles, j’ai sauté le pas cette année pour des petits formats, …le principal problème (qui est un problème d’adulte, on est d’accord…) c’est le « trouillotage » des documents qu’on propose aux élèves pour mettre dans les petits classeurs, j’ai donc commandé (et enfin reçu…après un certain temps !) la perforatrice que tu nous recommandes dans cet article… Ben je dois être particulièrement nouille, mais je n’arrive pas à la régler correctement… sur quelle graduation dois je la mettre ? Puis je espérer avoir une indication ? Merci d’avance et Bonne Année 2017 !

  3. Charivari (Auteur de l'article)

    Tu peux utiliser une feuille de petit classeur comme repère et placer les trous en face.

  4. MichèleS

    Merci !

  5. emater

    bonjour
    j’ai tenté cette année avec mes cm2 pour le cahier du jour et le cahier d’écrivain et pour le moment c’est une réussite! Merci pour tes précieux conseils, l’année prochaine je m’attaque au cahier de leçons (contenu , format et utilité)…
    Merci encore

  6. lys29

    Bonsoir,
    depuis que j’avais lu ton article, j’étais tentée d’essayer avec mes élèves de CE1. A la rentrée, je suis passée uniquement aux petits cahiers sauf pour la matière « questionner le monde » où c’est un grand cahier.
    Eh bien, au bout de six mois de test, je suis plus que ravie des petits cahiers. Je renouvellerai l’expérience l’année prochaine pour TOUTES les matières. Et pour toutes les raisons que tu as cité. Mais, en priorité pour les élèves qui ont beaucoup de mal à écrire, qui ne sont pas très soigneux… changer de cahiers régulièrement est un vrai bonheur. Et ils sont beaucoup plus soigneux et ont envie de garder un cahier propre. J’ai commencé avec 2 cahiers de 48 pages et là je suis à un de 60 pages…

    Alors, merci d’avoir écrit cet article. Merci de la part de mes petits élèves qui sont heureux de regarder leurs cahiers.

  7. lhorme

    Bonjour,
    Après avoir lu votre article (qui m’a permis de réfléchir à un aspect pratique auquel je n’avais jamais pensé), je suis également passée aux petits cahiers dans toutes les matières pour mes CE1 (ils se sont très rapidement repérés dans les différents cahiers) et mes CM2. Je trouve cet essai très concluant, je renouvellerai à la rentrée. Les élèves sont effectivement particulièrement contents de changer de cahier.
    Dans la même lignée, j’ai également fortement conseillé à la rentrée l’utilisation de stylo type Sabilo Easy Original, l’essai est également très concluant. L’écriture des élèves est plus « belle », leurs cahiers plus propres.
    Un grand merci pour le partage de toutes ces réflexions et tout le reste.

  8. Marielamarsue

    Moi j’ai juste une question : le budget. je trouve très intéressant tout ce que tu dis,l’apport des spécialistes, je suis quasi convaincue; mais 5 à 6 cahier par élèves, juste pour les cahier du jours… ça revient très chers au final non ?

  9. Charivari (Auteur de l'article)

    Etant directrice, je peux répondre précisément à ta question avec mes commandes sous les yeux.
    6 petits cahiers 60 pages (couverture polypro) = 6 x 0.39€ = 2.34€
    2 grands cahiers 96 pages = 2 x 1,02 = 2,04

    Je prends cette hypothèse que tu utilises 2 grands cahiers quand j’en utilise 6, ce qui me semble très optimiste. Cela revient donc, au pire, plus cher de 34 centimes par élève sur les cahiers du jour.

    D’abord, je peux me permettre de dépenser 34 centimes pour que les élèves aient des supports adaptés.
    Ensuite je suis certaine que ces 34 centimes sont économisés sur les autres cahiers, puisque tous mes cahiers sont petits et qu’un petit cahier coute bien moins cher qu’un grand.

  10. Mistral

    Ça me fait plaisir de lire ça !
    Je n’ai pris que des petits cahiers à mes CM1, convaincue que les élèves se tordent moins le dos.
    Eh bien, ma PEMF a critiqué mon choix ! Je suis PES, j’ai tort, fin de la discussion…
    Vivement la titularisation !

  11. Charivari (Auteur de l'article)

    Qu’est-ce que c’est saoulant, ça… Lors de ma première inspection, la jeune IEN qui sortait du secondaire et mettait pour la première fois les pieds dans une classe de CE1-CE2 m’a conseillé de leur faire copier toutes les leçons en français et maths dès le CE1 et, et, pour corriger le cahier de leçons, de leur faire échanger les cahiers (!).

    Mon coeur a loupé un battement, j’ai imaginé Kevin corrigeant le cahier de Gudule, la maman de Gudule découvrant le cahier bourré de fautes, j’ai pris ma respiration, j’ai fermé les yeux et j’ai dit : « ah, d’accord, merci beaucoup du conseil, je vais essayer ça alors », et je l’ai raccompagnée très civilement. Voiiiilà.

  12. Liya

    Bonjour !

    Cela fait un moment que je suis cet article, le transmettant dans presque toutes les écoles où je passe. Oui, je suis brigade… mais plus l’an prochain ! Youhou!!!
    Et a priori, je vais avoir des CM2, donc bien sûr, hop, un petit tour par ici car je vais avoir mes commandes à faire (les premières de ma vie, en 10 ans de « carrière »).
    Plus que convaincue, je vais choisir des petits cahiers. Mais concrètement, cela donne quoi dans votre classe?
    Si j’ai bien suivi, par élève on a :
    – cahier du jour: 10 cahiers 60 p
    – histoire: 1 x 60 p
    – géo: 1 x 60 p
    – sciences: 1 x 60 p
    – anglais: 1 x 48 p
    – leçons: 2 x 48 p ? Un pour français et un pour maths?
    – petit classeur pour poésies, chants, histoire de l’art, fiches de lectures

    Utilisez-vous d’autres supports, cahiers, porte-vues ou autres? L’EMC, vous avez aussi un cahier? Et pour les ceintures, les entrainements se font sur le cahier du jour c’est bien cela?

    Vous l’aurez compris, à force de tourner sur des classes et d’utiliser des fonctionnements qui ne me sont pas propres, si j’ai pu comprendre ce dont je ne voulais pas (interdiction des stylos 4 couleurs, ces cliquetis permanents me sont insupportables lol), je ne sais pour autant pas ce que je veux encore. Après quelques années dans une même école (voire niveau), je serai sûrement plus aguerrie, mais là j’avoue que je laisser guider m’aiderait beaucoup!

    Merci!

  13. Charivari (Auteur de l'article)

    Bonjour !

    – Supports de leçons : en maths nos élèves ont un livret A5 imprimé de leçons « à trous », fabriqué par nos soins. En français, jsusque-là, nous avions le Nathan école ( http://amzn.to/2qRW7z6 ) Il a beaucoup de qualités (attractif, solide, exos corrigés dans chaque leçon, répertoire de verbes à la fin), mais n’est vraiment pas du tout à jour pour la terminologie grammaticale (on y parle encore d’adjectifs possessifs !!). Bref, nous l’abandonnons, au profit d’un livret A5, fait-maison aussi, sur le modèle de ce que nous avons en maths. Nous le ferons imprimer chez Lulu.com pour qu’il soit bien solide. Les élèves pourrons écrire dedans (quelques mots clefs, les phrases exemples…)

    – EMC : un onglet dans le petit classeur (Historie des arts aussi, un autre onglet)

    – entrainements de ceintures : dans le cahier du jour, oui

    Pas de porte-vues (beurk beurk, super lourd, super dur à « ranger » quand il faut intercaler une feuille).

    Mes élèves ont aussi deux « cahiers classeur » (tu sais, ces classeurs tout fins).
    L’un sert à ma collègue qui les prend en décloisonnement en littérature de jeunesse.
    L’autre est un classeur (tout fin, donc) qui reste dans le cartable. Mes élèves y rangent leurs évals, des textes de lecture (fluence picot) que je donne à lire à la maison, et, d’une manière générale, les feuilles A4 qui doivent circuler entre l’école et la maison. Cela pèse beaucoup moins lourd qu’un porte-vue. Les élèves apprennent à gérer les feuilles dans un classeur sans chemise plastique et cela me semble indispensable.

  14. Liya

    Merci beaucoup pour cette réponse rapide qui m’éclaire! Je vois un peu plus ce que je vais commander

    Je vais m’intéresser de près à une fabrication de livrets de leçons (si tant est que je conserve ce niveau) ça me paraît bien, mais cette année ça sera des cahiers, je ne peux pas ouvrir tous les chantiers en même temps!

    Allez, hop, au boulot maintenant! Je vais feuilleter avec plaisir ce catalogue… A moi les cahiers de toutes les couleurs, les feuilles de couleurs pour les ceintures… wouhou!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *