Il y a quelques années, j’expliquais que j’aimais enseigner la poésie et que je trouvais que c’était important, au CM, de continuer à faire apprendre des poèmes à un rythme soutenu (Voir Des poésies au CM ? ici : clic)

Au CM, dans mon école, nous choisissons de commencer à aborder des textes classiques (Hugo, Baudelaire, Maupassant, Verlaine…). Les textes sont plus résistants que ceux des auteurs contemporains. Il y a plus de vocabulaire soutenu, on rencontre des tournures inusitées… donc il n’est plus question de laisser les élèves seuls devant ce type de texte. Il leur faut un certain temps d’explication… C’est pourquoi, au CM, nos élèves ne choisissent plus leurs textes : ces poèmes ne sont pas assez simples pour qu’ils puissent les apprécier (ni aller spontanément vers eux) sans un bon temps de familiarisation.

Nos élèves étudient 10 textes par an. Nous restons donc trois semaines sur un texte : le poème est appris en deux semaines et la troisième sert à travailler l’interprétation, pendant que nous découvrons le texte suivant.

Même en double niveau, je ne prends pas les mêmes textes (ou alors nous raccourcissons le texte des CM1). L’objectif c’est qu’au fil des mois les élèves soient capables d’apprendre des textes de plus en plus longs, donc les textes que je donne en CM2 sont souvent plus longs qu’au CM1.

Voici, à toutes fins utiles, quelques textes que nous choisissons souvent chez nous :

Au CM1
Année AAnnée B
Le moqueur moqué (Gamarra)La guenon, le singe et la noix (Florian)
Marine (Verlaine)Voici venu le froid [3 strophes] (Noailles)
Le dormeur du val (Rimbaud)Le Lion et le Rat (La Fontaine)
Automne / 3 strophes (Lamartine)Voici Noël (Gamarra)
Le givre (Maurice Carême)Après la bataille (Hugo)
La Biche brame (Maurice Rollinat)Nuit de neige [4 strophes] (Maupassant)
Le Laboureur et ses enfants (La Fontaine)Le Merle / raccourci d’une strophe (GAUTIER)
Le Petit Prince et le MarchandLe petit grenier (Anne Sylvestre)
Spectacle rassurant (Hugo)Querelle (Banville)
(Théâtre)Le cancre (Prévert)
Au CM2
Année AAnnée B
L’aveugle et le Paralytique (Florian)Le danseur de cordes et le balancier (Florian)
Les Conquérants (Hérédia)Voici venu le froid (Noailles)
l’Albatros (Baudelaire)Le Coq et le Renard (La Fontaine)
Elle avait pris ce pli (Hugo)Le matin des étrennes (Rimbaud)
Les moineaux (Fabié)Jeanne était au pain sec (Hugo)
Le soldat de MarsalaNuit de neige (Maupassant)
le Renard et la Cigogne (La Fontaine)Le Merle (Gautier)
Les Adieux du Petit PrinceNuit et Brouillard (Ferrat)
Demain (Desnos)Querelle (Banville)
Oural Ouralou (Ferrat)Page d’écriture (Prévert)

Remarque

Certes, certains de ces textes sont long mais tous les élèves de ma classe, même les plus faibles, arrivent à les mémoriser. Tous ne s’en sentent pas capables au début et c’est un grand progrès pour moi quand ils ont tous gagné cette confiance en eux : ils savent qu’ils savent apprendre. Là encore, c’est un des bénéfices d’imposer des textes et de ne pas les laisser choisir : d’abord on peut mieux travailler la méthodologie en apprenant le texte tous ensemble (au moins le début), et, en plus, on soutient mieux la mémorisation à force d’entendre tant de camarades réciter le même texte. Un certain nombre d’élèves n’auraient jamais choisi ces textes parce qu’ils pensaient que c’était au-dessus de leurs capacités. Ils sont d’autant plus fiers lorsqu’ils réalisent qu’ils y arrivent.

Et petit « scoop » ?

J’ai appris récemment que les mots poème et poésie n’étaient pas synonymes. Le poème est à la poésie ce que la pièce est au théâtre.

Le poème, c’est le texte. Autrement dit, dans leur cahier, nos élèves copient des poèmes (pas des poésies).

La poésie, c’est le genre littéraire. C’est l’art de manier la rime, le vers.


charivari

Professeur des écoles (directrice d'école) en Sologne

7 commentaires

Julie V · 21 août 2021 à 12 h 20 min

Bonjour Charivari,
Merci pour cet article ! Je laissais jusqu’à maintenant à mes élèves le choix de leurs POEMES 😉 mais n’étais pas satisfaite de ce fonctionnement. Je vais donc m’orienter vers le tien. Merci beaucoup !! Petite question : pour la récitation, imposes-tu à chaque élève (même les plus timides) de réciter devant leurs camarades ? Merci à toi pour toute l’aide précieuse que ton blog m’apporte :))

    charivari · 21 août 2021 à 21 h 13 min

    Oui. Au début je ne pensais pas, mais mes élèves passent beaucoup au tableau pour plein de choses. Je pense que si un élève était visiblement mort de trac, je lui proposerais de réciter pendant la récré, mais ça ne l’est jamais arrivé. En CM je fais plein d’exposés aussi. Il faut quand même qu’ils apprennent à parler devant le groupe. Les exposés, c’est plus dur…

Valerie S · 26 août 2021 à 14 h 26 min

J’approuve à cent pour cent tes choix. Je n’aurais pas oser leur proposer des poèmes si longs mais je vais me lancer
est-ce que leur fait copier ces poèmes ou leur donnes-tu des photocopies.
Merci beaucoup

    charivari · 26 août 2021 à 16 h 09 min

    AH non je ne donne jamais de photocopies au CM. Il faut qu’ils écrivent. Je fais copier. Toujours depuis au mois le CE2 (et même le CE1)

    Sinon, pour leur faire apprendre un poème long, tu peux le couper en 4 ou en 6 et le faire apprendre bout par bout, sur deux semaines en tout. ça marche très bien. Ils ont beaucoup de mémoire à cet âge là.

Papi · 8 septembre 2021 à 19 h 36 min

Désolé à l’avance pour la critique, mais là je tombe quand même de ma chaise…
Je m’interroge déjà sur les objectifs de l’enseignante : à la lecture de cet article, de toute évidence il s’agit quasiment exclusivement d’apprendre des textes par coeur (6 occurrences de « mémoriser » et « apprendre »).
La compréhension du texte, le sens : une seule allusion (dans le tout 1er paragraphe).

Le sens critique littéraire : zéro.
Le plaisir de lire et d’écrire : zéro.
Alors que pourtant ces deux objectifs sont il me semble parmi les plus importants dans le domaine de la langue à l’école primaire.

Sans sens critique littéraire on ne peut pas apprécier un texte à sa juste valeur, on ne peut pas écrire de beaux textes. Et lire des poèmes imposés par l’adulte ne suffit pas pour développer ce sens, loin de là.
Sans plaisir, on ne lit pas, tout simplement, car c’est une corvée, un travail scolaire imposé.

Et puis quelle méthode totalitaire, j’ai rarement vu ça depuis mon service militaire ! Les textes sont imposés, les mêmes pour tous en fonction de l’année de naissance (c’est le seul et unique critère de « différenciation » d’ailleurs), de même que leur nombre, leur longueur, le temps qui leur est consacré, les activités à réaliser (principalement apprentissage par coeur donc)…
Où est donc l’autonomie et la responsabilisation des élèves ? Où est la différenciation ?!!

J’imagine l’ambiance :
– Maîtresse, j’ai trouvé un joli poème dans un livre à la maison, j’aimerais…
– Non, tu apprendras par coeur Verlaine jusqu’à la ligne 19 comme tous les autres qui sont nés en 2011, on n’a pas le temps de faire autre chose, j’ai 10 textes à vous faire avaler cette année moi. Bon, où est passé mon entonnoir à gavage…?

N’y a-t-il pas eu quelques grandes avancées pédagogiques ces dernières décennies ?
A-t-on oublié ces « Invariants » de Freinet ?

– Invariant n° 7 Chacun aime choisir son travail, même si ce choix n’est pas avantageux.

– Invariant n° 8 Nul n’aime tourner à vide, agir en robot, c’est-à-dire faire des actes, se plier à des pensées qui sont inscrites dans des mécaniques auxquelles il ne participe pas.

– Invariant n° 9 Il nous faut motiver le travail.

– Invariant n° 12 La mémoire, dont l’Ecole fait tant de cas, n’est valable et précieuse que lorsqu’elle est vraiment au service de la vie.

– Invariant n° 16 L’enfant n’aime pas écouter une leçon ex cathedra.

– Invariant n° 21 L’enfant n’aime pas le travail de troupeau auquel l’individu doit se plier comme un robot. […]

    Humanolo · 8 septembre 2021 à 22 h 27 min

    J’avais compris au contraire que c’était justement pour pouvoir mieux travailler le sens des textes que Charivari défendait le principe de n’en avoir qu’un seul pour la classe. Mais vu le ton de votre réponse, et vos invariants assénés d’une manière si prétentieuse que ce pauvre Freinet doit se retourner dans sa tombe, je pense que vous n’êtes pas prêt pour ce blog. Changez de Toile.

    Papi · 8 septembre 2021 à 23 h 27 min

    @Humanolo
    Relisez mon commentaire, j’ai bien dit que le sens était évoqué dans le 1er paragraphe. Mais uniquement là, car tout le reste de l’article ne parle quasiment que d’apprentissage par coeur.
    Donc visiblement c’est bien ça l’objectif principal. Et c’est même clairement indiqué : « 𝘓’𝘰𝘣𝘫𝘦𝘤𝘵𝘪𝘧 𝘤’𝘦𝘴𝘵 𝘲𝘶’𝘢𝘶 𝘧𝘪𝘭 𝘥𝘦𝘴 𝘮𝘰𝘪𝘴 𝘭𝘦𝘴 é𝘭è𝘷𝘦𝘴 𝘴𝘰𝘪𝘦𝘯𝘵 𝘤𝘢𝘱𝘢𝘣𝘭𝘦𝘴 𝘥’𝘢𝘱𝘱𝘳𝘦𝘯𝘥𝘳𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘵𝘦𝘹𝘵𝘦𝘴 𝘥𝘦 𝘱𝘭𝘶𝘴 𝘦𝘯 𝘱𝘭𝘶𝘴 𝘭𝘰𝘯𝘨𝘴 ».

    Pour le reste de votre réponse, je ne vois pas du tout l’intérêt de l’attaque ad-hominem. Plutôt que d’attaquer ma personne, pourquoi n’avancez-vous pas des arguments rationnels sur lesquels on puisse discuter ? Ça ferait plus avancer le débat et ce serait plus intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *