• Résolution #5 : Evaluer les fondamentaux, en fin d'année

    Cette année, dans l'école où j'avais des CE2, on a fait un bilan de fin d'année (sur les trois classes qui avaient des CE2). Nous avons été défavorablement surprises des résultats. Certains de nos très bons élèves ne savaient plus entourer le sujet dans une phrase, ou ne savaient pas dire la nature d'un mot simple. D'où l'importance de ce bilan, qui nous a permis de réaliser cela, et d'ajuster notre programmation, notre démarche, l'année prochaine.

    Je n'arrive pas à me satisfaire d'un système où on enseigne le présent des verbes du 2° groupe, on s'exerce, on l'évalue, on coche "acquis" (dans le meilleur des cas), et on ne vérifie plus jamais qu'on a assez réinvesti ce savoir tout frais pour qu'il soit vraiment rentré dans la mémoire "à moyen terme" des élèves...

    Voici donc la suite de la résolution 4 : pour savoir quel part de mes élèves conjugue correctement les V du 2° groupe en fin d'année, il faudra bien que je le teste en fin d'année... Soit avec les évals nationales, soit avec un bilan annuel un peu équivalent.

    Ce serait extra si ces bilans étaient conçus par le Ministère et mis à disposition des enseignants, un peu comme les évaluations nationales de cette année : pas de remontée nationale, pas de comparaison inter-école qui n’a pas de valeur, mais un vrai bon outil de pilotage de mon enseignement, voire du projet d'école.  

    A défaut, je construirai ce bilan moi-même, un peu comme celui que j’ai fait au CE2. Je peux garder les mêmes exos d’une année sur l’autre, les résultats seront d’autant plus comparables. J'ai même envie de creuser une solution en ligne, où mes élèves répondraient juste à une sorte de QCM sur internet, et où le logiciel me sortirait automatiquement les % de réussites (j'ai déjà eu l'occasion de publier un sondage conçu avec l'outil Formulaire de Google, je me demande s'il n'y a pas une piste à étudier de ce côté-là).

    Ce bilan serait à l'ordre du jour y compris en Histoire-géo ou en Sciences : qu’ont-ils retenu en fin d’année ? Pour l’avoir déjà fait, ça peut « faire mal »... Les résultats peuvent être un peu déprimants si on n’a pas mis en place des choses qui permettent aux élèves de réactiver régulièrement leurs connaissances. D’où mes résolutions #6 à #20...

    Edit : j'ajoute un mot pour vous inviter à lire le commentaire 7  ("Depuis deux ans, j'utilise les évaluations du site inattendu.org : elles portent sur les compétences du LPC, en français et mathématiques, elles sont présentées comme les évaluations nationales et donnent un graphique qui permet de situer tous les élèves de la classe vis à vis de ces évaluations. Et pour quasiment tous les élèves, on voit un net progrès dans la situation du point !")

    (*) Des ceintures de compétences bien conçues, comme celles de grammaire ou de tables de multiplications, permettent sans doute d'économiser ce bilan annuel puisqu'à chaque nouvelle couleur on réévalue tout depuis le début. On en reparlera à la résolution #17.  


    Pour lire les résolutions précédentes : clic

    « Résolution #4 : Me fixer des objectifs chiffrésRésolution #6 : Faire des traces écrites courtes »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 08:54

    Eh oui, le mot "acquis" doit être utilisé avec des pincettes.

    "Acquis" ne signifie pas "réussi facilement", mais "réussi facilement, dans des configurations différentes, souvent, sur la durée"...

    Plutôt que de passer sa vie à "faire des évals", il y a la solution qui consiste à saisir au quotidien les petits résultats de la journée, et à les mettre en perspective, facilement, en utilisant par exemple le petit tableur Tilékol, ou autre... Cela permet d'agir par petites touches, d'individualiser les interventions, de voir les progrès, et finalement de déterminer si une compétence a pu être progressivement acquiseau fil du temps.

    Parce que passer sa vie à faire des évals diagnostiques, sommatives, mensuelles, trimestrielles, annuelles, c'est quand même assez usant, et pas forcément révélateur, comme tu le fais si bien remarquer. Ce n'est qu'une photo, alors qu'un petit film, c'est bien plus intéressant...

    Mais bien entendu, ce n'est que mon avis...

     

    2
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 09:11

    C'est compliqué.

    Ce qui est sûr c'est que quand j'évalue juste après la séquence, et que le résultat est bon pour un élève, je peux en déduire qu'il a compris et qu'aujourd'hui il se souvient. Maintenant, ça n'a pas grande valeur en termes d'échelle "d'acquisition" parce que si je ne réactive pas ces connaissances, il ne sdaura plus rien en fin d'année (ça a beaucoup de valeur, en revanche, si le résultat n'est pas bon, on est d'accord).

    Donc il faudrait tout réévaluer une deuxième fois, quelques mois plus tard, grâce aux "petits résultats de la journée". Mais ça je trouve ça dur à gérer. Même avec un outil informatique. Parce qu'il faut quand même reprogrammer ces petites évals formatives pour rebalayer les compétences fondamentales.

    En plus, dans les "petites évals du quotidien", c'est à dire le travail sur le cahier du jour, j'ai parfois un gros décalage avec une éval un peu plus formelle, parce que, sur le cahier du jour, les élèves s'entraident plus ou moins officiellement (ou copient sur le voisin) et il m'est arrivé de ne pas me rendre compte que tel groupe d'élève n'avait pas bien compris ou retenu telle ou telle chose.

    Je trouve moins difficile, finalement, de réévaluer en une seule fois les fondamentaux en fin d'année avec une grande éval bilan, qui me prendra deux ou trois grandes séances en juin et basta.

    3
    sevkinder
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 09:30

    Bonjour, je suis bien d'accord avec vos remarques! J'ai pris la même résolution pour l'an prochain car cette année, j'ai vécu une étrange situation avec une élève de CE1 qui avit de très bons résultats dans ses évaluations régulières, celles que l'on fait, seul, à la fin d'une notion. Mais aux évaluations nationales, CATASTROPHE!!! Elle n'avait que 37% de réussite générale!!! Je me suis alors beaucoup interrogée sur mes pratiques d'évaluation et de réactivation des connaissances. Maintenant, il faut trouver un moyen efficace pour cette fameuse réactivation à long terme...

    4
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 09:53

    Il est certes moins difficile de faire une grande éval de fin d'année, mais quelle sera son utilité réelle ?

    Maintenant, il est vrai que l'entr'aide et la copie, ça peut fausser les résultats, que ce soit en cours d'année ou en fin, d'ailleurs... je suis en maternelle, donc c'est différente, je suppose, j'évalue de manière totalement informelle, pendant le dirigé ou en regroupement, c'est différent...

    Le problème n'est pas simple, il il faut quand même se poser la question de savoir pourquoi évaluer.

    5
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 10:17

    Son utilité réelle ? C'est de savoir, en fin d'année, ce qui est resté du travail de l'année.

    Par exemple, de savoir, en fin d'année, combien d'élèves savent toujours repérer le sujet et le verbe dans une phrase même si la leçon a été faite en octobre. On a fait ce bilan, pour mon école, pour des CE2, sur des phrases aussi simples que "Le troisième petit cochon rencontra un homme qui portait des briques". Consigne : "Entoure le sujet du verbe souligné"...

    Eh bien, on n'a pas eu les résultats escomptés. On peut mettre ça sur la fatigue de fin d'année, mais, en fin de CE2, si on a plein d'élèves qui ne repèrent pas le sujet du verbe, il y a des mesures à prendre. Outre le fait que les résultats étaient faibles, le plus embêtant, c'est  qu'on était surprises. Même des bons, voire excellents élèves (à nos yeux) n'ont pas su faire des exercices assez basiques. On s'est dit "c'est pas possible, ils le savaient, ça...".

    La preuve que non. 

    Donc ce bilan a été très utile, pour nous, maitres, pour remettre en question nos pratiques et essayer de faire mieux l'an prochain.

    6
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 10:37

    Moi aussi le principe même de l'évaluation (surtout sommative) me questionne! Je pense la même chose que toi Chari, on évalue à un instant T, celui qui réussit tant mieux (et effectivement qu'est ce qu'il en restera quelques mois voire quelques semaines après!) et celui qui échoue à l'instant T, il ne peut plus se rattraper par la suite?? bah nan l'évaluation de cette compétence est passée , tant pis pour toi!! 

    Il faut réactiviter les connaissances tout au long de l'année, faire des retours en arrière au besoin : faire des rituels de conjugaison, des défis conjugaison (ou autre) toute l'année... les plans de travail permettent aussi de mettre des choses déjà vus les mois précédent , et puis si l'exo est raté hop on en remet une petite couche! 

    Pour ton idée d'évaluation en ligne, ça m'a fait pensé que tu pourrais faire un didapage ou alors utiliser ceux déjà en ligne, comme par exemple sur le site de l'école Henri Challand!

    Voilà ma petite pierre à l'édifice. 

    7
    Nannemiel
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 10:44

    Bonjour,

    Pour ma part j'évalue de deux façons : quotidiennement comme Tilekol (toute leçon qui est à apprendre à la maison donne lieu à un travail évalué dans le cahier du jour) et en fin de période comme tu le prévois, où je les interroge sur toutes les leçons de la période.

    Depuis deux ans, j'utilise les évaluations du site inattendu.org : elles portent sur les compétences du LPC, en français et mathématiques, elles sont présentées comme les évaluations nationales et donnent un graphique qui permet de situer tous les élèves de la classe vis à vis de ces évaluations. Et pour quasiment tous les élèves, on voit un net progrès dans la situation du point !

    Du point de vue pratique, la dernière semaine avant chaque vacances est consacrée à ces évaluations, soit personnelles (automne, février, printemps) soit de ce site (tout début d'année, décembre et juin).

    Ce qui peut être vu comme un inconvénient, c'est qu'ils ont choisi d'évaluer toutes les compétences de fin de palier. Mes CM1 se retrouvent donc à travailler sur des choses qu'ils n'ont pas encore apprises. Je leur propose de réaliser ces exercices s'ils s'en sentent capables, sinon je leur prévois une activité "ocupationnelle" le temps que les CM2 les effectuent. Pour que ce soit compréhensible pour les familles, je leur fais griser dans les arbres de compétences les feuilles qui correspondent à ces notions pas encore vues. En plus, on voit en fin de CM1 que presque toutes les notions essentielles ont déjà été vues et du coup on démarre le CM2 un peu plus détendu et avec une vision plus claire de ce qu'il reste à apprendre.

    J'espère avoit été claire dans ma description ?

    En tout cas, merci pour tout ton travail et tes remarques qui nous font nous aussi progresser !

    Bonne réflexion

    8
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 10:56

    Oui, c'est clair et très séduisant. Merci !!

    9
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 11:00

    Personnellement je vois l'évaluation comme une observation active, un instrument de pilotage de ma classe tout au long de l'année.

    Ce qui m'intéresse, ce n'est pas l'instant figé T, mais l'intéraction maître-élèves ponctuée d'observations qui vont permettre de savoir où chacun se situe, et qui aider en priorité pour tel domaine, telle compétence.

    Plutôt que de faire un constat portant sur la classe en fin d'année, je préfère avoir une vision en continu des résultats de chacun des élèves tout au long de l'année, pour pouvoir intervenir sur les points sensibles. Ce n'est pas utopique. Ce n'est pas non plus évident. C'est un "concept", un état d'esprit...

    10
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 11:03

    Coucou Fofy : ce ne sont pas des évals, les didapages, si ?

    11
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 11:08

    Tilekol : oui, c'est toute l'interaction entre le formatif et le sommatif.

    Le formatif est indispensable, mais, selon moi, le sommatif est important également parce que je constate qur les évals formatives ne me donnent pas toujours une image fidèle des compétences de mes élèves. En formatif, j'ai tendance à voir ce que je veux bien voir. C'est flagrant notamment pour les bons élèves : cette année, je ne m'étais pas rendu compte de leurs lacunes, qui étaient un peu masquées par les grosses difficultés des élèves plus faibles. 

    12
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 11:27

    tu peux en faire des évals si tu veux, ou en créer toi même, on peut compter les scores de chaque page et même faire un score total si on veut! c'est vraiment un super outil!

    13
    coconuts2009 Profil de coconuts2009
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 11:51

    Cela fait deux ans que j'utilise en CE2, ta super évaluation de fin d'année.

    Nous les avons faites passer à tous les CE2 de l'école sur 3 niveaux cette année. Il est vrai que parfois, c'est décevant pour certains exos car on s'attend à mieux parfois; toutefois, je trouve que les résultats (en %) reflètent assez le niveau des élèves. Pas de surprise.

    Par contre, je n'évalue pas à l'écrit à chaque fin de séquence ou notion, seulement un peu avant chaque vacance pour remplir quelques A/EA...dans le livret. Trop d'éval me font perdre du temps et effectivement je ne suis pas certaine que cela reflète le niveau réel des élèves. Ce n'est pas facile...bon débat en tous cas!

    14
    sisoua
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 11:58

    Jusqu'à présent au cycle 2, j'entretenais régulièrement les fondamentaux par des rituels quotidiens et j'évaluais donc les mêmes compétences trois fois dans l'année. Je passe au cycle 3 et je suis en train d'essayer de construire des rituels, mais les fondamentaux sont plus difficiles à faire émerger... je verrai certainement plus clair après une année de CM2.

    15
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 12:12

    Coconut, je me rapproche de ta pratique, je crois. Moins d'evals en cours d'année, se reposer  sur le cahier du jour... Mais faire le point une (ou deux) fois dans l'année.

    16
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 12:47

    @charivari: 

    Qu'est-ce qui va te donner la meilleure image des compétences de tes élèves : un "flash" de temps en temps, ou bien une vision en continu ?

    Si tu ne vois pas les lacunes de tes "bons élèves", c'est simplement qu'ils n'ont pas été évalués sur les points précis de leurs lacunes tout au long de l'année. 

    Et si tu vois qu'un élève a eu des mauvais résultats sur des points précis lors de ton éval sommative, tu ne peux pas t'empêcher de dire que si tu avais pu l'aider sur ces points précis pendant l'année, il aurait eu des meilleurs résultats...

    Comme dant tout pilotage, l'important c'est d'avoir les bons cadrans...

    Pour prendre une image : j'ai de meilleures indications sur la vitesse de mon véhicule en jetant régulièrement un oeil sur le compteur kilométrique qu'en attendant de recevoir un flash du radar...

     

    17
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 13:23

    "ils n'ont pas été évalués sur les points précis de leurs lacunes tout au long de l'année. "

    Absolument. Mais je ne peux pas passer mon année à faire des évals. Comme tu le dis toi-même : "passer sa vie à faire des évals diagnostiques, sommatives, mensuelles, trimestrielles, annuelles, c'est quand même assez usant".

    Ton exemple de la vitesse de la voiture est bon. Comme je ne suis pas contente de la fiabilité de mes cadrans*, donc je préfère mettre un ou deux radars par an, pour ne pas passer à côté de gros dérapages. 

    Le radar me sert pour aider les élèves et aussi pour faire mieux, pour tous les élèves, l'année suivante.

    * en fait dans tout ce que tu dis, ça me fait penser à certains de mes cours d'IUFM. Je suis 100% d'accord avec la théorie, mais je n'ai pas réussi à la mettre en pratique. Est-ce que tu peux détailler ta pratique ? Concrètement, comment fais tu au quotidien, sans évals sommative, pour t'assurer que, quelques mois après une séquence, chacun de tes élèves sait toujours tracer deux droites parallèles + identifier le sujet du verbe + conjuguer les verbes au présent + citer les grandes périodes de l'Histoire et placer les Alpes sur une carte ? Comment identifies-tu, pour chacune des compétences fondamentales, les élèves qui ont finalement besoin de remédiation ? Quel dispositif mets-tu en place ?

    18
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 13:58

    Comme je te l'ai dit, je suis en maternelle. C'est quand même différent du cycle 3, surtout au niveau de l'organisation.

    Comment je fais ? Je ne fais pas une séance d'évaluation, avec un cérémonial d'évaluation, avec des exercices d'évaluation. Je note en deux secondes, sur le petit formulaire de mon iPhone, si l'élève a réussi ou pas, puis je reporte les résultats sur Tilékol, plus tard (copier-coller de ligne, 5 secondes). Tu me diras, "réussi ou pas, mais quoi ?" Bonne question :-)

    Pour reprendre ton exemple, identifier le sujet, conjuguer les verbes au présent. Est-ce que tu as forcément besoin de mettre tout un cérémonial en place pour évaluer ça ? Ou peux-tu le vérifier (de manière rigoureuse, pour chaque élève, même les bons) en étant au milieu d'un petit groupe, même de manière orale, au milieu d'un dirigé qui traite de tout autre chose ?

    En fait, des observations comme celle-là, tu en fais déjà à longueur de journée, la différence étant souvent qu'elles ne sont ni voulues, ni enregistrées, ni exploitées individuellement.

    Lorsque je me suis sérieusement posé la question, il y a deux ans, je me suis dit comme toi : "comment faire, concrètement ?". Je cherchais un outil simple et utile. J'ai bossé sur la problématique pendant les vacances de juillet (exactement comme tu le fais en ce moment), j'ai mis au point ma petite feuille Excel, et depuis ça va mieux. Mais une feuille Excel n'est pas une baguette magique.

    Je te souhaite de faire avancer ta réflexion et de trouver un système qui te convienne. Simplement, je trouve que le terme "évaluation" englobe des concepts trop différents, et que pendant qu'on essaye de faire fonctionner un des aspects, on oublie les autres...

    C'est vrai dans les deux sens, d'ailleurs : je suis certain que tes décisions, partagées ici, vont à mon tour m'inspirer pour la prochaine année scolaire. Les bonnes idées sont des denrées appréciées !

     

     

    19
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 16:14
    Magali31

    C'est un sujet qui m'interesse beaucoup en tant que maman et maîtresse. J'ai un garçon qui était en 4eme cette année. Son prof de math fonctionne en compétence. Il est assez décrié par les parents car il évalue les compétences avec des petits exercices d'application en fin de chapitre. Chaque compétence acquise donne des points (parce qu"il est "obligé" de donner une note pour le bulletin). Mon fils est bon en math, a eu des très très bonnes notes, entre 18 et 20 car il a pige vite. Seulement voilà, en fin d'année, ils ont eu une répétition générale du brevet et là cata ... les exercices correspondants pourtant au compétences "acquises" ont tous été faux. A vouloir lui faire croire que tout était acquis, mon fils a révisé le minimum du minimum. "Ben ouais quoi , j'ai 20/20 j'ai pas besoin de réviser".  Ca montre que les automatismes ne sont pas installés même si la compréhension globale est acquise.

    Est ce que ce ne serait pas des entrainement régulier qu'il faudrait faire plutot que des évaluations si on manque de temps pour les faire ?

    20
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 16:27

    Sujet très intéressant ! Perso, j'essaie de réinvestir régulièrement les notions et au lieu de faire un bilan général en fin d'année, je coupe en deux : un bilan en décembre et la 2e partie en juin.
    Le fait de déjà leur proposer un bilan en décembre me permet de rectifier le tir pour les élèves en difficulté.

    21
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 16:37

    Magali : tu touches du doigt le problème.

    Réfléchissons. Ton fils avait les compétences considérées comme acquises et à la répétition du brevet il a eu des mauvais résultats. Que s'est-il passé ?

    Plusieurs possibilités : 

    • Soit les exercices d'application n'étaient pas adaptés, et évaluaient autre chose que la compétence précise.
    • Soit les exercices du brevet concernaient des compétences qui n'avaient pas été évaluées.
    • Soit ton fils n'avait pas été entraîné à travailler dans des conditions d'examen et il a eu un coup de stress.

    Nous touchons dans les trois cas les limites du concept d'évaluation et de la mention "acquis", qui ne veut rien dire dans le cas de la réussite d'UN exercice en fin de chapitre.

    Notons que dans le troisième cas des "contrôles" auraient effectivement préparé ton fils à passer un examen.

     

    22
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 16:53

    Ailleurs : oui, j'aimerais bien faire deux ou trois bilans dans l'année, mais en ciblant vraiment les compétences essentielles, pas celles dont je sais qu'elles seront de toutes façons archi-reprises les années suivantes. Par exemple, au CE1, je veux que le présent des V du preimer groupe soit en place. Je sais que le futur et le passé composé sont aussi au programme, mais je mets le paquet sur le présent. Ce ciblage permet quand même d'alléger l'éval, parce qui si on évalue tout trois fois on n'en sort plus !

    Tilekol, pour moi, il y a une quatrième option pour Magali, et c'est la plus probable : Les exercices d'éval étaient peut-ête tout à fait adaptés, les conditions conformes à celles de l'examen, mais le fils de Magali a, ensuite, travaillé autre chose, d'autres compétences, d'autres chapitres, et il a oublié. C'est bête comme chou.

    C'est une des résolutions suivantes (la #7, notamment, dans deux jours) : Etaler l'apprentissage des notions clef sur des longues périodes et les revoir, même quand on croit que c'est bouclé/évalué/acquis.

    Pour la résolution d'aujourd'hui, c'est justement, "se donner les moyens de vérifier, en fin d'année, que ce qu'on a cru réviser, étaler, ritualiser a fonctionné et que les fondamentaux sont  vraiment acquis" (pour une bonne part des élèves).

    23
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 17:30

    Charivari : on est bien d'accord.

    Réussir un exercice, ce n'est pas acquérir une notion. La solution : 

    "les revoir, même quand on croit que c'est bouclé/évalué/acquis."

    Les revoir, et faire des évaluations systématiques et successives, mais  qui ne paralysent pas le fonctionnement de la classe en bloquant tous les autres apprentissages...

    24
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 21:43

    quel intéressant débat !
    puis-je ?^^
    D'abord, je suis la première à m'arracher les cheveux (si ! si ! la première ^^) quand je vois les réponses données par mes élèves en fin d'année (j'avais des CM2 cette année) sur des trucs genre conjugaison, accors, pluriels, géométrie simple, leçons d'histoire...
    Chaque année, je me demande à quoi je sers...
    Mais cela a-t-il un rapport avec moi ?
    Avec ma façon d'enseigner ? Pas sûr !

    On est dans une société de l'instant, du "on prend on jette", et j'ai de plus en plus l'impression que les élèves fonctionnent comme ça en classe (en cycle 3 en tous cas). On prend, on apprend, mais après on oublie, après l'éval qui donne les résultats du bulletin... à quoi ça sert de toute façon ? on reverra ça l'an prochain.

    C'est peut-être aussi le système, justement, qui veut ça. A force de voir et de revoir, c'est comme une béquille pour les élèves : "bah, on va le revoir"...
    J'ai passé 4 ans en Belgique et là-bas, si je ne m'abuse (parce que je n'y ai pas enseigné), on avance beaucoup moins vite en conjugaison par exemple. Ou en maths. On assied bien une notion avant de passer à la suivante. Et y'a des examens de fin d'année pour vérifier les acquisitions.

    Je me demande si les petits élèves français ne gagneraient pas à aller moins vite, à ne voir le passé composé qu'au CM1, mais à ne pas devoir retravailler le présent chaque année... Mais bon, les programmes sont ce qu'ils sont...
    Donc, je pense que la répétition, c'est la clé. C'est en prenant plusieurs heures de conduite qu'on apprend, puis que ça devient un automatisme, parce qu'on pratique régulièrement... (et aussi parce qu'on a envie de savoir...mais ça c'est encore un autre problème). Du coup, je suis a fond pour les rituels divers et variés, pour que justement, les choses apprises deviennent des automatismes : conjuguer un verbe sur l'ardoise, analyser une phrase, faire une opération posée, associer date, événement et personnages... autant de choses qui peuvent aller vite, sans forcément interroger tout le monde, mais où tout le monde en profite.

    Autre chose que je compte mettre en place, c'est la façon d'évaluer qu'avait mon intervenante en allemand cette année. Elle avait une fiche vierge sur laquelle les élèves notaient au fur et à mesure les choses étudiées sous forme de compétence : "je sais me présenter en 4 phrases", "je sais compter jusqu'à 30", "je sais dire 4 critères du temps qu'il fait"... Quelques jours d'entrainement et elle commençait à noter. A chaque séance, on commençait par la présentation ; les élèves étaient volontaires pour passer, les meilleurs d'abord, les autres ne profitaient pour réviser... et en 5 minutes, elle pouvait évaluer oralement 4/5 élèves. Ils notaient la note obtenue et la fois suivante, c'était d'autres.
    J'ai envie de faire ça pour pas mal de choses, justement, les choses qui doivent devenir automatiques : je commencerai par les tables de multiplications (j'aurai des CM1 à la rentrée prochaine), les conjugaisons, les accords. On peut faire tout oral ou faire écrire sur l'ardoise, bref, ça peut aller très vite et être répété souvent pour réactiver les choses...

    Enfin, je me demande dans quelle mesure le côté "concours" ou "examen" motiverait plus les élèves. Les miens, en tous cas, ont besoin d'une carotte, sinon ils ne font pas franchement d'efforts. Du coup, j'avais fait ç 3 années consécutives, y'a quelques temps, un concours de fin d'année.
    Je notais des questions au fur et à mesure de l'année, suite aux leçons, pour arriver à un examen type bac (une matière par demie-journée la dernière semaine) sur tout ce qu'ils avaient vu durant l'année. Et diplôme à la clé, récompenses etc...
    Je trouve queça marchait bien ! Je vais refaire aussi

    Waow  ! Vous qui m'avez lue jusque là, félicitations et remerciements !
    Moi, j'suis claquée, j'vais me coucher... ^^

    25
    CécileB
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 23:21

    Bonsoir,

    Cette dernière résolution rejoint totalement la réflexion que je suis en train de mener concernant les évaluations. J'ai moi aussi constaté que des notions que je croyais acquises ne le sont pas du tout en fin de CE1, même pour de très bons élèves.

    Comme Mims67, j'ai vraiment l'impression que les élèves apprennent pour l'évaluation et qu'ensuite ils oublient comme s'ils ne voyaient pas l'utilité de ce qu'ils ont appris.

    J'envisagepour le moment la manière suivante d'évaluer: évaluation en fin de notion, évaluation bilan quelques semaines plus tard, et nouveau bilan dans l'année (ma réflexion pourra évaluer au cours de l'été en fonction des idées que j'aurai trouvées ça et là).

    Qu'en pensez - vous ?

     

    26
    Céline marseille
    Samedi 20 Juillet 2013 à 05:13
    Une amie cpc en lycée français a Madrid ( ils sont tjs pilote pour ce qui est de la peda et des pratiques professionnelles) ils mettent au point un livret avec des sous compétences ( car certaines sont trop larges bien sur) et partent du principe que tout le monde est valide. Ensuit, au quotidien, a travers ton cahier du jour ou autre, tu pointes en rouge seulement les élèves qui ont échoué. Ils disent qu'on évalue trop, tout le temps et personne j'arrive a ce même constat et je me dit qu'on vole ainsi beaucoup d'heures d'apprentissages aux élèves. Je préfère 1000 fois faire du spiralaires, prévoir des jeux en atelier par 4/5 pour réviser l'ensemble des notions en conj/gramm que de les évaluer pour quoi en faire au final? Pour déjà au moins 10 élèves de chaque classe, on sait que tout sera acquis...ne vaut il pas mieux les pouss a faire plus complet , plus difficile plutôt que de les re évaluer sur qq chose que je sais qu'ils maitrisent? Seul hic: quid pour les compétences en sciences/ histoire/ geo? Comment s'organiser? Comment le vendre aux parents ss passer pour des glandus ? Bon, ça encore, j'ai mon idée Je pense bien essayer de passer a un tel système cette année. A cogiter et vos réflexions vont m'y aider
    27
    Samedi 20 Juillet 2013 à 09:30

    Céline, ton commentaire est très instructif.

    Je retiens les phrases suivantes : 

    "Ils disent qu'on évalue trop"

    "on vole ainsi beaucoup d'heures d'apprentissages aux élèves"

    "les évaluer pour quoi en faire au final?"

    Je partage totalement cette approche. L'évaluation, ou plutôt l'observation dynamique, que tu décris, correspond parfaitement à ma vision des choses. Cette observation a un but : piloter la classe, au quotidien, et non pas aligner des petites croix en perdant des journées et des semaines à faire des évaluations qui ne donnent qu'une image tronquée. Repérer les élèves précis qui ont des difficultés précises, et les aider, eux, pour ces difficultés-là, jour après jour.

    J'émettrais juste une petite réserve, celle qui consiste à pointer uniquement ceux qui n'y arrivent pas. Parce que certains sont très forts pour se rendre "invisibles" et donner le change. 

    Je te suggère de tester ma petite feuille Tilékol : c'est un outil que je partage avec un grand plaisir et qui rend quand même pas mal de services à ceux qui sont "entrés dans le concept".

     

    28
    Samedi 20 Juillet 2013 à 13:36

    Tu vois Céline, ce qui m'a frappée cette année, c'est que justement, on croyait que pour au moins 10 élèves de la classe tout serait acquis (comme tu l'écris). C'était d'ailleurs ce qu'il y a dans leur livret, puisque, quand ils avaient été avalués, tout était acquis.

    Or, même pour ces excellents-là, il y avait justement plein de choses qui n'étaient "plus" acquises, alors qu'elles l'avaient été. Et je ne parle pas de compétences de détail, je parle bien de fondamentaux. 

    Nous étions 3 classes, 3 maitresses différentes. On avait toutes l'impression d'avoir  répété ces choses-là souvent...

    Donc, pour ne pas faire trop d'évals et trop "perdre de temps" comme tu le remarques justement, je prends la résolution d'évaluer moins souvent, et peut-être aussi moins de choses, mais d'évaluer les fondamentaux deux ou trois fois dans l'année, y compris une fois en toute fin d'année.

    29
    Mardi 23 Juillet 2013 à 13:48

    Oui, c'est clair et très séduisant. Merci !!

    30
    gotta
    Dimanche 28 Juillet 2013 à 20:29

    un prof de fac nous disait: pour passer en année N+1, il faut maitriser l'année N-1. Je l'ai gardé en tête et ça me semble juste, par exemple, un élève de CE2 peut aller en CM1 'tranquillement' si il maitrise parfaitement toutes les compétences de CE1.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :