• Parler des attentats aux 3-10 ans : questions-réponses

    Les évènements à Bruxelles me poussent à remonter cet article de novembre, enrichi d’un extrait d’entretien avec Marcel Rufo, publié par Milan Presse.

    Parler des attentats : Bayard PresseLe MEN a publié un document pour nous aider à parler à nos élèves des terrifiants attentats de Paris. D’autres documents ont été publiés à l’initiative d’éditeurs, Bayard  par exemple. Il me semble que la meilleure source d’information vient des Cahiers Pédagogiques, qui ont publié dès hier, samedi, un article qui recense les ressources pour nous aider à en parler aux élèves. Ils enrichissent l’article en temps réel. Je ne ferai pas mieux. C’est là : Clic pour l’article des Cahiers Pédagogiques.   

    J’ai, de mon côté, cherché des réponses à certaines questions que je me posais. Je vous livre ces questions, et les réponses trouvées (avec leur source).

    Faut-il devancer les questions des enfants ? En parler en classe même si aucun élève n’aborde le sujet spontanément ?

    Là, il semble que les psychologues soient unanimes : oui, il faut aborder le sujet même si les élèves n’en parlent pas. Selon eux, cette parole contrôlée, paisible, factuelle, constructive, fera du bien aux enfants en évitant de les laisser seuls avec des bribes de conversation attrapées à la récré, interceptées entre adultes ou, pire, avec les images de la télé.

    MAIS ils disent aussi : "Évitons de parler à leur place, de leur donner des explications ou des descriptions."

    Conclusion : Amener le sujet en classe même si les élèves n’en parlent pas, écouter leurs réactions, leurs questions, mais ne pas les devancer. Démarrer par un moment d’écoute (bien encadré dans la prise de parole) est indispensable.


    Que faut-il éviter de dire ?

    1. Éviter d’utiliser le mot "fous" : "pour que les plus petits ne fassent pas d’amalgame avec le monsieur un peu borderline qui chante été comme hiver à son balcon. Inutile de les pousser à se méfier de tous." 

    2. Éviter tous les détails sanglants : "dire la vérité qui est terrible, sans paniquer, parler le plus sobrement possible (...) Pas de détails sur la violence des assauts, l’aveuglement des tireurs, ni les mouvements de panique, ni les attaques suicide. » « S’ils posent des questions sur le sang, les morts, on leur dit que c’est suffisamment grave, qu’on n’a pas envie d’aborder ces aspects-là ».


    Comment rassurer les enfants ?

    1. En PS-MS (3-4 ans), il n’est pas forcément nécessaire de parler de l’attentat lui même. Il faut juste dire que les grands sont inquiets parce qu’il s’est passé quelque chose de grave, mais maintenant c’est terminé, et ce n’est pas de leur faute (cf. Vidéo de Serge Tisseron, ci-dessous)

    2. Situer, borner l’évènement dans l’espace et le temps. Dire aux enfants que, certes, la télé continue à en parler, mais que l’attentat lui-même est terminé. Montrer une carte pour situer les faits. Montrer le calendrier.

    3. Dire qu’en France, il y a des militaires, des pompiers et des policiers, qui sont là pour nous protéger, des médecins qui nous soignent Ils sont en train de s’organiser pour que nous soyons tous en sécurité. Dire que tous les gens qui étaient blessés ont été amenés très vite à l’hôpital et sont soignés parce que les pompiers et les médecins sont bien organisés en France.

    4. Montrer les mobilisations de réprobation et les gens qui s’entraident (médecins volontaires, gens qui donnent leur sang, Parisiens qui ouvrent leur maison, bougies allumées un peu partout) et les pays du monde qui réagissent (photos des monuments du monde en bleu-blanc-rouge).

    5. "Rendre les élèves actifs (dessiner, écouter/lire une histoire, dialoguer, débattre, écrire...) pour libérer la parole, tout en acceptant l’attitude d’un élève qui ne souhaite pas s’impliquer".

    6. ... Et surtout, reprendre très vite le cours normal de l’école. Agnès Florin dit : "Il faut bien garder en tête que l’école en soi soigne. Il faut retourner à l’école et que la vie normale reprenne. Que l’école reprenne le cours normal de son fonctionnement est important pour la sécurité psychologique des enfants."

      (Voir aussi, en bas de cet article, l’avis de Michel Rufo : leur dire qu’eux et leurs proches ne risquent rien, prendre le risque de l’optimisme)

    Faut-il utiliser le mot "guerre" quand on parlera des attentats aux enfants ?

    Oui, selon une psychothérapeute. Selon elle, "l’expression « acte de guerre » permet de comprendre pourquoi il y a tant de militaires en arme dans la rue."
    "Les termes "mort" et "guerre" peuvent être utilisés car, même s’ils sont violents, ils permettent de délimiter le drame et de le circonscrire à des choses que les enfants comprennent. Si l’adulte évite ces mots et tourne autour du pot, l’enfant risque encore plus de fantasmer des choses qu’il pense  innommables.

    Personnellement, je pense que cela dépend de la localisation de l’école et de l’âge des enfants. Pour moi, qui suis à la campagne (où on ne voit pas de militaires), je crois que j’éviterai quand même ce terme. 


    Faut-il parler de Daech, de la Syrie ?

    Aux cycles 1 et 2, inutile de parler de Daech, des exactions des jihadistes en Irak et en Syrie, de religions ou de la diplomatie de la France, une leçon de géopolitique n’ajoutera qu’à la confusion d’enfants trop jeunes pour comprendre.

    Pour les plus grands, qui vont demander ou se demander pourquoi des terroristes s’en prennent à la France, on peut leur répondre très simplement : "pour faire peur et imposer leurs idées". 


     Combien de temps consacrer à cet échange ?

    Là, les recommandations divergent. Dans le même document, sur Eduscol, le ministère se contredit. Il impose "un échange d’au moins une heure" au début du document, puis dit quelques lignes plus tard, dans le paragraphe dédié au primaire : "s’inscrire dans des moments brefs et de ne pas interroger les élèves au-delà de leur propre disponibilité et volonté d’expression."

    Le statut du premier paragraphe ("Comment organiser le dialogue") n’est pas bien clair. Il cite l’école élémentaire, mais semble avoir été rédigé pour le secondaire. Bref. Personnellement, je vais faire comme si je n’avais pas vu cette injonction "d’une heure minimum" qui ne me semble pas adaptée à mes élèves. Je prendrai... le temps qu’il faudra.


     À partir de quel âge faut-il faire une minute de silence ?

    Cette minute de silence, c’est notre manière d’exprimer notre réprobation de manière unie. C’est aussi un moment de recueillement. J’ai trouvé peu d’informations sur l’âge auquel elle est appropriée. Le MEN laisse entendre dans son document qu’elle n’est pas adaptée aux plus jeunes élèves. Dans le paragraphe qui évoque ce dispositif, l’école maternelle n’est même pas citée : "Une même démarche de minute de silence ne peut avoir de sens de la même manière à l’école élémentaire, au collège ou au lycée."

    Personnellement, j’interprète cette dernière phrase comme une invitation à mettre en place cette minute de silence principalement à partir du cycle 3, à l’âge où les élèves peuvent commencer à se sentir membres d’une nation, et pas seulement d’une famille ou d’une école. C’est à cette condition que ce silence, s’il a été préparé, peut faire sens dans le cadre d’une grande action nationale. Avant 7 ans, il me semble que le silence est plus anxiogène que rassurant (mais cet avis n’engage que moi, et rien ne dit que je n’en changerai pas). 


     Que répondre à "qu’est-ce qu’on peut faire" ?

    "La fraternité et la solidarité sont les seules réponses possibles."


    Extrait d’un entretien avec Marcel Rufo publié par Milan Presse ici 

    Que répond-on à un enfant qui pose la question : « Est-ce que ma famille peut être touchée ? »

    Il faut lui dire : « Non, je suis là pour te protéger, et personne ne nous fera de mal. » Quand on est adulte, on a le droit d’avoir des craintes, c’est normal. Mais nous n’avons pas à transmettre nos craintes à nos enfants. Surtout que, souvent, ces craintes sont irrationnelles. Il faut savoir quelle est la part de risque à prendre. Et le risque d’être optimiste est certainement moins dangereux pour l’enfant que le risque d’être pessimiste.

    Peut-on regarder les actualités à la télévision, le soir, avec ses enfants ?

    Je pense que le moment est venu pour les parents d’éteindre la télévision et de parler vraiment. Comme pour la minute de silence, faisons quelques jours de silence télévisuel.

    Et la radio ?

    La radio est plus intimiste, on peut écouter la radio en pensant. Je crois que la radio est moins menaçante que l’aspect hypnotique de la télévision. Les images peuvent hanter les enfants.

    En tant que clinicien, vous voyez souvent des enfants choqués par l’actualité ?

    J’ai vu des parents qui m’ont amené leurs enfants car ils n’avaient pas dormi. Les enfants avaient peur de méchants qui viennent avec des fusils chez eux. Mais ça fait partie des phobies de l’enfance, de croire ça. On pense toujours qu’il y a un méchant qui se cache de l’autre côté de la porte. Ça fait partie du développement normal de l’enfant. J’ai beaucoup rassuré ces parents en disant que les évènements avaient un peu accentué une dimension de peur naturelle chez l’enfant.

    Ces attentats ont touché toutes les notions de plaisir de l’enfant : aller à une manifestation sportive avec ses parents ; aller écouter de la musique ; aller au restaurant, manger dehors, être festif, ça renvoie aux enfants tués dans l’école à Toulouse et au meurtre des dessinateurs qui sont les vedettes des enfants. On ne peut pas dire que les enfants ne sont pas au courant. Les enfants participent avec le reste de la nation à l’émotion, à l’effroi, à la peine. Ils sont avec nous et non pas en dehors de nous. Il faut donc les accompagner en tant que parents responsables.

    En savoir plus : http://www.milanpresse.com/famille/comment-parler-des-attentats-aux-enfants

    Pour commander le CD des Enfantastiques, disponible dès maintenant : clic pour le bon de commande (en passant par le site des Enfantastiques, on reçoit aussi les partitions et paroles en format A4, par mail)


    Sources :

    Psychologue Serge Tisseron

    Catherine Jousselme, Pédopsychiatre (Bayard)

    Psychologue Claude Halmos, sur France Info

    Le Parisien, qui cite la psychothérapeute Hélène Romano, spécialistes de la gestion des traumatismes, sur BFM TV

    « Apprendre à faire un chèquePlein d'idées de poissons d'avril à l'école »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    tcat
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 14:58

    Merci beaucoup pour cette synthèse,

    ces réponses aux questions que nous nous posons tous sont très utiles. Je te rejoins, l'article des Cahiers Pédagogiques est formidable.

    2
    cathy
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:00

    merci pour ces réponses. Aborder le sujet même si les enfants n'en parlent pas... de toutes façons comme en janvier dernier, il est certain que des enfants auront eu accès aux images en continu et sans filtre... et que d'autres ne seront au courant de rien. Il va falloir écouter et expliquer. Les éléments dont tu nous fais part sont d'une grande aide. Merci

      • Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:02

        En janvier, il n'y a que les CM2 qui avaient évoqué le sujet. Les autres, quand ils arrivent dans la cour de l'école, pensent billes, corde à sauter et contrôle de grammaire...

    3
    amy
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:12

    merci

    4
    Nathalie:o)
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:16

    Merci pour toutes ces pistes. J'avais déjà été voir l'avis de Claude Halmos et de Serge Tisseron. Toutes les pistes que tu nous indiques viennent enrichir ma réflexion. J'aime particulièrement la phrase de Philippe Meirieux : "Prendre soin de la vie et de l'humain. Un seul sourire échangé, un seul geste d'apaisement, peut contribuer à nous sauver de la barbarie".

    5
    max.garden
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:34

    Merci pour ta contribution Charivari.

    Je suis un jeune PES et je ne pensais pas que j'aurais à me confronter si tôt à ce moment d'échanges que vous avez vécu en janvier dernier.

    Bon courage pour demain.

    6
    Val
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:47
    Merci pour cette contribution éclairante. @ tous : bon courage pour demain
    7
    stephanie
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 15:53

    Merci pour toutes ces réponses, elles sont très utiles, les ressources des cahiers pédagogiques sont vraiment riches .Cela va m'être très précieux pour ma journée de demain.

    8
    caroline
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:16

    Merci beaucoup pour toutes ces pistes.

    9
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:16

    Merci pour ton article.

    Bon courage pour demain.

    10
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:30

    Un grand merci pour cette synthèse! En janvier j'ai fait le choix de n'en parler que si le sujet venait des élèves, aucun élève n'en a parlé donc je n'ai pas du tout abordé les événements mais j'avoue ne pas avoir été satisfaite de la situation.

    Cette fois je vais donc proposer un temps de dessin libre en parlant du weekend à l'accueil pour aborder le sujet en groupes restreints. Je prévois ensuite un coloriage dirigé sur le thème de la paix en écoutant de la musique  (l'hymne européen ou la chanson "imagine") pour avoir un temps de recueillement à la place de la minute de silence que ne parait pas adaptée en maternelle.

    11
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:35

    Merci beaucoup. Tu vas aux devants de nos interrogations, c'est super.

    J'ai mis un lien vers ton site à ce propos.

    12
    IEN
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:40

    Je suis toujours impressionné par la qualité de vos contributions. Merci d'avoir été sur le pont tout le week-end (je vous suis sur Twitter). Avec d'autres, vous avez vraiment fait avancer la réflexion et impulsé la création de plusieurs documents très précieux.

    Merci encore, pour les collègues, et pour les élèves.

    Un IEN du Nord.

    13
    Pat
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:44

    Merci beaucoup : les questions que tu te poses sont les miennes.

    Ton aide me sera précieuse demain avec mes CP.

    Bon courage à tous pour la difficile journée qui nous attend tous demain ...

    14
    Charlotte77
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:51

    Excellent article : merci.

    Pour ma part je vais également travailler sur le poème de Làabi : "J'atteste " qu'il a écrit le 10/01/2015

     

    15
    lillired
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 16:55

    Merci pour ces pistes.

    J'appréhende d'en parler à mes CP. A la maison, je n'ai encore rien dit à ma 7ans mais je sais qu'il va falloir que je le fasse avant l'école. 

    Bon courage pour demain

      • celine
        Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:07

        Pareil pour moi ... 

        Je n'ai pas réussi à lui en parler... Et demain il va le falloir ! 

        il n'a rien vu des évènements ( a part des dessins animés ce week-end.. )

    16
    Pauko
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:05

    Merci pour ce récap, il est bien utile et bien fourni par rapport aux ressources trouvées. 

    J'ai suivi vos tweets et me suis posée les mêmes questions. 

    On ne peut pas anticiper toutes les réactions des élèves mais au moins essayer...de les anticiper. 

    Bon courage à tous, et une penser particulière aux PE parisiens.

     

    17
    DMC
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:05

    Merci beaucoup ! Je savais que tu allais publier quelque chose de clair et d'utile à nous tous.

    C'est très rassurant.

    18
    Soph94
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:06

    Merci beaucoup pour ce partage et courage pour demain.

    Sophie

    19
    melejo
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:19

    Merci pour cette synthèse, qui m'aidera à trouver les mots demain, et à ouvrir le débat, notamment en abordant les mobilisations et le soutien international.

    20
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:22

    Merci Charivari pour tout ce travail!!!

    21
    clairon
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:29

    Merci pour cette synthèse qui est très claire et rassurante.

    Je me pose une question à laquelle je n'ai pas de réponse. Mardi, nous avions deux sorties la semaine prochaine dans Paris. D'un coté, je vais rassurer les enfants en disant que les assaillants sont morts et que nous devons reprendre une vie normale et d'un autre côté je leur annonce que les sorties est annulées. Je pense qu'ils vont me demander pourquoi annuler la sortie?

    Que leur répondre? Que c'est une décision ministérielle? Ce la ne me convient pas...

      • Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:32

        Si j'étais toi, je noierais le poisson. Je dirais sans m'étendre que les gens à Paris ne seront pas disponibles pour nous accueillir, ou quelque chose comme ça.

    22
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:36

    Merci Charivari, ton article est une pierre à l'édifice pour nous aider à faire face demain. Je mets de ce pas un lien vers ton article dans le mien.

    23
    Eric
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 17:50

    Merci de ton aide

    24
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:10

    Merci pour tes recherches et ton partage.

    25
    phaniste81
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:29

    Merci énormément !

    Choquée des évènements, il me fallait vraiment un outils précis pour en parler avec les élèves !

    merci encore !

    26
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:29

    Super article, je retweete.

    Sur Europe 1, j'ai entendu une psy qui donnait de très bons conseils (pour compléter) :

    • Dire que tous les gens qui étaient blessés ont été amenés très vite à l'hôpital et sont soignés parce que les pompiers et les médecins sont bien organisés en France.
    • Les termes "mort" et "guerre" peuvent être utilisés car, même s'ils sont violents, ils permettent de délimiter le drame et de le circonscrire à des choses que les enfants comprennent. Si l'adulte évite ces mots et tourne autour du pot, l'enfant risque encore plus de fantasmer des choses qu'il pense  innommables. 

    Bon courage pour demain.

    Gwenolé

    27
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:45

    Je remonte. Merci !

    28
    polluxine
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:46

    Merci pour toutes ces réflexions et ces documents qui vont beaucoup m'aider demain... même si je ne sais pas si je réussirais à maitriser les émotions...

    Bonne soirée

     

    Polluxine

      • Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:52

        Il faut, hein. C'est terriblement anxiogène de voir sa maitresse trop émue arf. Courage !

    29
    Sandmar
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:50

    Un grand merci pour ton article et pour tous tes partages en général. Je m'empresse d'inviter mes collègues à se connecter sur ton site.

    30
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:53

    Merci pour ces pistes. Je ne savais pas comment en parler.

    Bon courage à tous et surtout à vous  parisiens

     

    31
    Virginie
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 18:57

    Je te remercie beaucoup pour cet article qui synthétise bien tout ce qu'on trouve sur le net. J'ai une classe de CM2 dans un quartier et une ville tranquille. En janvier, au moment des attentats de Charlie Hebdo, 2 élèves étaient ouvertement pour les terroristes. Comment faire ? Que dire ? J'ai voulu créer un espace de parole pour la classe et ça s'est finalement retourné contre moi: ils avaient une tribune. un des deux avançait même les thèses nauséeuses du complot trouvées sur internet. Evidement j'ai coupé court mais pour les autres? Cet élève avait beaucoup d'influence sur les autres et propageait ses idées dans la cour. Convocation des parents mais qu'attendre d'eux? Un enfant peut-il avoir ce genre d'idées de son propre chef ou n'est-il pas sous l'influence de ses parents? Dans le cas des attentas de Paris, la situation est différente dans la mesure où il n'y a pas eu de "blasphème". Mais j'appréhende quand même un peu. Bref, bon courage à tous pour demain.

      • Dimanche 15 Novembre 2015 à 19:07

        J'ai l'impression que notre hiérarchie est plus consciente de notre besoin de support, de soutien, qu'en janvier. Tu peux peut-être solliciter ton IEN ?

    32
    Chagall35
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 19:02

    Merci beaucoup pour ton travail. et tes réflexions qui vont m'être d'une grande aide pour demain, moment que j'appréhende car je n'ai pas vécu ceux de janvier avec des élèves.

    Bonne soirée et bon courage pour demain

    33
    Malola
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 19:24

    Merci Charivari pour ton article et pour ta réactivité. J'ai parcouru aujourd'hui les différents documents mis en ligne sur Eduscol et sur le site des cahiers pédagogiques pour être prête demain à affronter les questions éventuelles des élèves. Ta synthèse est très efficace.

    Il est clair que les élèves et PE Parisiens auront une charge émotionnelle plus lourde à gérer. Néanmoins ces événements me bouleversent et je vais être très attentive aux mots que j'utiliserai demain afin de ne pas générer plus d'anxiété. Lors des attentats de Charlie j'avais fait le choix d'aborder le sujet avec mes CE1 mais ce n'était pas au coeur de leurs préoccupations et ils n'avaient pas manifesté l'envie d'en débattre longuement. La discussion avait glissé sur le thème de la liberté d'expression et sur les moyens d'exprimer ses idées sans violence.

    Encore merci pour ces partages qui permettent de mettre de l'ordre dans nos idées et d'aborder la journée de demain plus sereinement.

     

    34
    Virginie
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 19:36

    Oui, notre hiérarchie est plus réactive qu'en janvier, il y a déjà des supports disponibles. Le profil de ma classe est très différent cette année, ça se passera peut-être mieux. Merci encore pour ton aide.

    35
    Philau94
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 19:47

    Un très grand merci pour cette synthèse. Bon courage pour demain.

    36
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 19:59

    Merci beaucoup Charivari.

    37
    Brianne
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 20:02

    merci pour cette synthèse. je me suis permis d'ne partager le lien sur FB. j'avoue que déjà en janvier j'avais eu beaucoup de mal à maitriser mes émotions en en discutant avec les élèves. je dois dire que si la directrice propose d'expliquer à nos 2 classes ensemble, ça me facilitera les choses ;/

    38
    Lynda
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 20:30

    J'ai parcouru avec attention les documents conseillés sur Eduscol et encore une fois tu nous facilites grandement la tâche difficile qui nous attend demain...

    Merci infiniment pour ton aide...

    Bon courage à tous

    39
    Céline56
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 20:39

    Merci pour cet article ; il va  beaucoup m'aider pour parler avec mes petits élèves de GS demain...

    40
    Laurent
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 20:56

    Bonjour. Merci pour cette réflexion que je partage en grande partie, je vais aborder le sujet dans le même esprit avec mes élèves de cycle3.

    J'ai une objection sur un point: Tu dis: " Pour les plus grands, qui vont demander ou se demander pourquoi des terroristes s'en prennent à la France, on peut leur répondre très simplement : "pour faire peur et imposer leurs idées". Je ne pense pas que cette réponse corresponde à la réalité. François Hollande l'a dit "c'est un acte de guerre".  La France participe en ce moment à une guerre en Syrie, elle a effectué des frappes... Il a été clairement dit que ces actes terroristes sont aujourd'hui une réponse à l'implication militaire de la France. Dire à nos élèves de cycle 3 que nos militaires font actuellement la guerre en Syrie me semble plus proche de la vérité, sans oublier de rappeler que ces actes terroristes sont inacceptables, condamnés par la plupart des nations, et que malheureusement la France n'est pas la seule à les subir.

    Bon courage à tous

    41
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:13

    Merci beaucoup pour cet article... C'est sûr ça va m'aider car ce n'est franchement pas évident de parler de ces événements avec ses élèves alors qu'on a soi-même beaucoup de mal à les  digérer...

    42
    marion
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:18

    Merci +++ pour tous ces conseils...

    classe de TPS à GS... je pense donner un temps d'expression pour les laisser parler sur ce qu'ils ont ressenti + un " débat philo" qui se terminera par un dessin et ensuite nous rejoindrons la deuxième classe de l'école (cycle 2) pour afficher nos dessins sur un panneau et allumer des bougies sur les fenêtres

    Ma question se porte sur le débat philo... j'hésite entre celui sur la peur ou celui sur la colère... qu'en pensez vous ?

    43
    Bné
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:32

    MERCI BEAUCOUP pour ton article qui est très clair. Il me rassure et va m'aider pour demain... Bon courage à tous et une GRANDE pensée à nos collègues parisiens.

    44
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:33
    melanite

    Merci pour ces conseils...j'avais trouvé des liens aussi mais ce que tu mets me semble bien clair. 

    J'ai prévu un temps d'échange demain matin avec mes élèves de MS GS... On verra ce que ça donne. Mais la journée se passera mieux si on évacue les émotions ressenties pendant le weekend. 

    45
    dibvai
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:34

    Merci beaucoup pour ton travail admirable comme d'habitude.

    Bon courage à tous pour demain

    46
    Isa56
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 21:42

    Merci pour ces conseils.

    Nous voilà plus aptes à faire face à la journée de demain.

    47
    kmeeyu
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:06

    Merci

    48
    abby
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:11

    merci beaucoup pour cet article - je n'arrive pas à ouvrir la page des cahiers pedagogiques quelqu'un pourrait-il me l'envoyer? svp

    49
    Michette
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:21

    merci pour cet article

    Bon courage pour demain

    50
    agnès
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:23

    Un énorme merci tout est clair et réfléchi comme d'habitude. 

    51
    flo
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:25

    Merci, je ne savais pas comment aborder le sujet avec mes propres enfants, je sais que ma fille va entendre beaucoup de choses demain à l'école (MS), en janvier elle était revenue paniquée de l'école à cause de la minute de silence et des "méchants"....Cela m'aide en tant qu'enseignante mais aussi en tant que maman.... Encore merci

    52
    Céline
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:35

    merci pour cette synthèse. Perso, avec mes CE2 je vais leur laisser un temps d'expression écrite libre après l'échange à l'oral. Ca peut permettre à ceux qui n'ont rien exprimé lors  de l'échange de le faire et/ou pour les autres de poser à l'écrit des mots qui le sont soit marqués soit pas voulus  dire... Cet écrit sera pour eux sauf s'ils veulent en faire qqch de collectif (un affichage, un message...) tout va dépendre de leur état d'esprit.   bon courage à tou-te-s.

    53
    Coralie
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:47
    Merci beaucoup pour cet article
    54
    Gwen
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 22:57

    Merci  !!

    55
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 23:10

    MERCI.

    56
    steph
    Dimanche 15 Novembre 2015 à 23:49
    Merci!
    57
    Lundi 16 Novembre 2015 à 07:41

    Merci beaucoup pour tout ce bon sens!

    58
    mathilde
    Lundi 16 Novembre 2015 à 17:57

    votre site m'a beaucoup aidé avec mes élèves ce matin et il m'a même permis de convaincre des collègues de parler des attentats dans leurs classes.

    merci pour votre travail toujours précieux et professionnel

    bonne continuation

    59
    sambis
    Lundi 16 Novembre 2015 à 18:47

    Voilà, c'est fait... 1 heure de discussion à partir de documents, astrapi et la classe de monsieur Mathieu (il me semble) + les vidéos 1jour1actu sur la laicité, le terrorisme et le djihad. cela a permis de cadrer le débat avec mes CM ! Sinon ça part dans tous les sens...

    La minute de silence s'est faite dans la cour tous niveaux confondus. D'autres journées pleines d"interrogations nous attendent...

     

    60
    Emilie
    Lundi 16 Novembre 2015 à 19:34

    Bonsoir Charivari,

    Je rejoins les collègues pour te remercier pour tout ton travail personnel et de mutualisation qui permet d'échanger et d'avoir des idées, des pistes.

    Hier ton article m'a beaucoup aidée à aborder  le sujet douloureux des attentats de ce weekend avec les élèves ce matin. Ca a été difficile et plein d'émotions mais plus facile grâce à ces documents partagés.

    Merci !!!

    61
    c pas moi
    Mardi 17 Novembre 2015 à 19:18

    Bonsoir, 

    Merci, pour ce partage. 

    Des pistes et réflexions importantes qui ont permis de poser un peu les choses hier matin avant la minute de silence. 

     

    62
    Tine
    Mardi 17 Novembre 2015 à 20:11

    Que tu as eu raison d'ajouter la vidéo des Enfantastiques ! " Des larmes sur la joue de Marianne" est une chanson ô combien d'actualité . Les paroles en donnent des frissons tellement elles collent à la réalité ...

    63
    Mardi 17 Novembre 2015 à 20:34

    Nous avons commencé à l'apprendre aujourd'hui, et nous sommes dit la même chose...

    64
    sambis
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 19:09

    comment faites-vous puisque le cd ne sort qu'en décembre ???

      • Mercredi 18 Novembre 2015 à 19:58

        En décembre ??

        Je l'avais précommandé et l'ai reçu au retour des vacances de la Toussaint à l'école. 

    65
    Salima
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 19:47

    Vous êtes toujours une bonne journaliste...

      • Mercredi 18 Novembre 2015 à 19:59

        Peux-tu préciser le fond de ta pensée ?

      • Safia
        Mercredi 23 Mars à 12:21

        C'est le fond de ta pensée qui l' intéresse...le fond ?

    66
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 01:46

    Bonsoir, 

    Merci, pour ce partage. 

    Julien

    67
    Estelle
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 15:59

    Bonjour,

    Je viens de tomber par hasard sur un article '1jour1actu" de Milan sur les attentats: http://www.1jour1actu.com/grand-dossier/dossier-special-apres-les-attentats-de-paris

    Bon weekend.

    Estelle

    68
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 21:02
    alain l.

    Bonsoir Charivari...

    Je vais te faire un aveu ...

    J'ai lâchement été soulagé lundi matin de ne pas avoir à monter à l'Eveil  et de ne pas être obligé d'aborder avec mes élèves le sujet des attentats de vendredi ... 

    Mais cette fois un hommage aux victimes a été organisé par les collègues pour les élèves réunis dans le réfectoire du personnel  à l'heure de la minute de silence  ...  

    Oui, la prise de conscience que ces évènements peuvent se reproduire est cette fois , je pense , bien acquise ... de même que la conscience que la réponse ne pourra être que collective ...

    En ce 26° anniversaire de la CIDE , merci donc pour cet article particulièrement bien pensé et mesuré ...

    C@t

     

    alain

    69
    manon
    Dimanche 22 Novembre 2015 à 10:23

    les poèmes et les livres de jeunesse sont d'un grand recours: je pense notamment à "il faudra" de thierry Lenain. mais peut-être en avez vous d'autres? 

     

    70
    Constance Aimée
    Mardi 22 Mars à 18:26

    bonjour, ... Que dire à des enfants dont l'avenir est tellement incertain ? voila mon après-midi : sortez vos cahiers de correspondance, notre voyage scolaire est annulé... Triste... Evidemment, je suis une enseignante pleine de ressources et je ne vais pas les laisser sur cette frustration terrible... Mais quand même. ... Quand on voit le temps qu'il nous faut à monter des projets, à travailler en équipe, en réseau... et finalement en quelques secondes, tout cela est réduit à néant. Eh bien, je trouve notre travail bien difficile. Hauts les cœurs...  

    71
    Mardi 22 Mars à 20:29

    Je me demande ce que les enfants vont raconter demain. Je les ai quittés sans rien dire. Ils ne savaient rien et j'avais peur de les inquiéter s'ils connaissent quelqu'un qui travaille à Bruxelles...

    72
    Mardi 22 Mars à 23:37

    Merci d'avoir remis ton article en avant.

    Petite précision : il s'agit de Marcel Rufo (bien qu'il y ait de fortes chances qu'il y ait un Michel dans sa famille... ). wink2

      • Mercredi 23 Mars à 08:00

        Beh oui, c'est Marcel. J'ai écrit Michel, moi ? Roh... quelle nouille. Merci de me l'avoir signalé !! 

        ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :