3 idées concrètes pour améliorer l’oral au cycle 3

L’expression orale est, à mon avis, un des domaines les plus difficiles à travailler au cycle 3. Parler assez fort pour être entendu de tous, articuler pour être bien compris, soigner sa syntaxe, vaincre sa timidité… autant de difficultés majeures pour la majorité de mes élèves.

Je me suis attelée à cette compétence depuis plusieurs années et partage ici avec vous deux dispositifs que j’ai mis en place (+ 1 affichage)

  1. Dynamiser les exposés

je suppose que beaucoup d’entre vous font faire des exposés à leurs élèves. La pratique est courante et permet de travailler plusieurs compétences. Toutefois, je trouve que ces exposés ont un faible « rapport qualité/prix ». Trop souvent :

  • Les exposés sont longs et prennent beaucoup de temps de classe. Du coup, on les relègue en fin d’année et les élèves n’en font guère plus d’un par an.
  • Les exposés sont ennuyeux, avec des élèves qui lisent un extrait de Wikipédia, le nez collé sur leur feuille, leur powerpoint ou leur affiche. Les auditeurs s’endorment et personne n’en retire grand chose.

J’ai donc choisi de secouer mes habitudes pour :

  • imposer aux élèves de parler sans lire de papier (ni texte sur powerpoint). Concrètement, il ont toujours le droit d’avoir en main un aide-mémoire, sur lequel ils peuvent noter leur plan, des mots clés, les noms, les dates… mais aucune phrase. Les phrases sont interdites sur le papier qu’on a sous les yeux ou sur le document que l’on affiche/projette. Ainsi, on est certains que l’orateur peut s’adresser vraiment à la classe.
  • prévoir des exposés très courts (1 ou 2 minutes), le plus souvent individuels (ou par deux, en fin d’année). Attention, cela semble très simple aux élèves quand je leur annonce cette durée, mais ils s’aperçoivent très vite que parler sans notes pendant deux minutes, (1) c’est vraiment très long et (2) cela requiert une vraie préparation.
  • faire faire 4 interventions orales par an et par élève.
  • si des affiches sont prévues (pour certains exposés sur des personnages), elles ne doivent pas contenir de paragraphe de texte : seulement un ou plusieurs slogans (toujours pour éviter que l’élève lise son affiche pendant l’exposé).
  • Je fais varier les thèmes : en début d’année, ce sont des petites choses toutes simples : raconter une histoire drôle, présenter une citation ou un proverbe, enseigner un virelangue à la classe… mais tout le monde doit passer. Plus tard et selon les années, tous les élèves présentent un personnage, un pays, un livre, une question scientifique (pourquoi le ciel est-il bleu), un point d’actualité (avec le journal 1 jour 1 actu), un sport olympique, une oeuvre d’art…
  • C’est toujours moi qui fournis les documents aux élèves (même s’ils peuvent en trouver d’autres). Je me suis fait des classeurs dans lesquels je stocke les « Histoires Vraies (Fleurus) », les reportages d’Astrapi (Bayard), de Julie (Milan), d’Images&Docs etc…
  • Très concrètement, je leur fais tirer leur sujet dans un chapeau. Ils tirent un papier sur lequel sont inscrits la date de l’exposé et son sujet. Ainsi, mon planning est fait (pour faire passer 4 élèves par semaine, il faut un peu d’organisation) et je suis sure que tout le monde passe. Ils collent le papier dans leur agenda et je distribue quelques documents.
  • En fin d’année, le « défi suprême », c’est l’exposé chronométré. Chaque élève présente un personnage qu’il tire au sort parmi ma sélection (cette année, j’ai choisi seulement des femmes célèbres) et il/elle doit parler un temps minimum pour que son exposé soit validé (1’30 » pour les CM1 et 2 minutes pour les CM2). Essayez, vous verrez que c’est loin d’être facile de parler 2 minutes de Marie Curie ou de Lucie Aubrac sans lire son texte.
  • Chaque exposé est évalué : les élèves auditeurs commencent par dire ce qui était bien, puis ce qu’il faudrait améliorer. Je formalise le tout sur une feuille que l’élève range avec ses évaluations :Calcul mental CM1 : programmation et générateur

2. Corriger les expressions

Illustration : Emy Bill Pourmieuxtecroquer.blogspot.fr

Je m’est fait mal… Si j’aurais un petit frère… Ceux qui zont fini… Donne-moi celui-là qui est sur la table… C’est moi qui a gagné… C’est qui qui a pris la gomme à Léa ?

Si, comme moi, vous avez des frissons d’horreur en lisant ces deux lignes, voici un outil qui, sans être magique, me semble quand même efficace.

Il s’inspire de deux vieux manuels (Exercices structuraux, CP-CE, et l’équivalent CM)  dénichés dans le grenier de mes beaux-parents instits et qui permettent un entrainement oral un peu systématique. Le problème, c’est que toutes les structures « qui m’intéressent » n’y sont pas forcément, alors j’ai ajouté de nouvelles pages.

Je vous propose donc aujourd’hui ce document, à imprimer en mode livret (Gné ? voir 3.2). J’ai déjà utilisé les premières pages dès la Grande Section. Les dernières pages sont adaptées aux plus grands, jusqu’au CM.Travailler l'oral

Je l’utilise quand j’ai 5 minutes, en dialogue maitre-classe (l’interroge les volontaires au début, les plus timides ensuite).

3. Soutenir la mémorisation avec l’affichage

En fond de classe, j’affiche des phrases, de celles que je répète toute la journée : « C’est la trousse de Julie » (pas [à] Julie), « Si j’étais riche », « Qui est-ce qui… »
Je vous mets cet affichage à disposition ci-dessous. J’affiche en très gros (avec la fonction affiche de mon imprimante, j’affiche en 232% sur 3 feuilles A3).Travailler l'oral


Enfin, au-delà de ces deux dispositifs et de cet affichage :

  1. j’insiste énormément, en récitation, sur la diction (parler bien fort, articuler, respecter le nombre de syllabes des vers – synérèses et diérèses incluses).
  2. Tous les ans, nous travaillons des virelangues (clic) et,
  3. Tous les ans, nous faisons du théâtre (clic), avec ou sans représentation finale.
  4. J’aime aussi utiliser cette version-maison du jeu Taboo (clic), où il s’agit de faire deviner, à l’oral, des mots à ses coéquipiers, sans utiliser certains mots-tabous.
C’est top, je partage :

12 Commentaires

  1. Lolotte

    Merci pour cet article très intéressant! Cela donne des pistes.

    Répondre
  2. LauV

    « Trop génial » les exercices structuraux… J’ai plusieurs élèves qui disent « la » au lieu de « il y a ».
    Je m’en vais de ce pas utiliser ce superbe outil.
    Merci !

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Chez moi aussi.
      Pire, ils l’écrivent dans leurs rédactions : « La un chien dans la cour »…

  3. hamon

    bonjour, j’utilise beaucoup tes ressources. Tes affiches sont très utiles pour moi. Mes petits élèves normands (je crois que ça a un lien avec l’erreur) font souvent la faute « faut qu’on voye ». Crois tu que tu pourrais m’envoyer ta trame pour que je puisse la faire ou m’indiquer avec quel logiciel tu fais tes belles affiches…ou si tu préfères la faire mais j’imagine que tu es très occupée !

    Répondre
  4. Isa17

    Super ces idées pour améliorer l’oral au cycle 3 ! Personnellement, j’aime beaucoup le dispositif que tu proposes pour les exposés ! (Mes élèves n’en réalisent qu’un par an … Et, il est vrai que, même le 25ème élève …, lit son diaporama ! 🙁 ) Je vais donc utiliser tes idées et tes outils sur le sujet ! 😉
    En relisant ton article, je me suis souvenue que la classe des farfadets avait créé un jeu absolument GE-NIAL (comme tout ce qu’elle publiait d’ailleurs …) Ce jeu s’appelait « Au secours des tudibiens ». Il devait être édité mais … Je n’ai jamais réussi à me le procurer … Je suis d’ailleurs preneuse de toutes informations à ce sujet …
    Dernière petite remarque … Je vais essayer de rajouter une phrase à ton affichage … : « Et, eux qui ont fini leur travail ? » parce que je t’avoue qu’elle fait partie des phrases qui me font vraiment mal aux oreilles … Encore un immense MERCI pour cet article !

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Ah oui, les miens aussi ont du mal avec les pronoms démonstratifs…

  5. Samantha CARAYON

    Merci, après une animation péda inutile l’an passé, c’est la première fois que je trouve un outil concret. Bravo pour les idées.

    Répondre
  6. L@dySophzen

    Merci beaucoup !

    Répondre
  7. F.Legoup

    J’utilise les exercices structuraux toutes les semaines. J’ai présenté une séance de langue orale basée sur les exercices structuraux utilisés en binôme à ma dernière inspection. L’IEN a beaucoup apprécié. Merci

    Répondre
  8. Mayleb

    Comme Samantha j’ai assisté à une animation inutile sur l’oral l’an dernier. Tu es notre conseillère pédagogique. Merci !

    Répondre
  9. Sylvie01

    Ce livret va faire partie de ma panoplie de rentrée. Je viens de tester quelques erreurs avec mes enfants (plus de 17 ans…) ; ma fille me fait part d’une remarque de sa professeure de français l’an dernier, la redondance du nom et du pronom dans une phrase du style : « la maitresse, elle a dit de ne pas copier » (souvent à l’oral, et comme les élèves écrivent spontanément comme ils parlent…). Du coté de Lyon, les personnes (enfants et adultes) mettent des « y » partout : « je peux y aller aux toilettes » est donc courant pour la plupart des gens !
    Merci Charivari, tu es ma lecture préférée des vacances !

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      « La maitresse, elle a dit », ce n’est pas incorrect, à l’oral. Bon, évidemment, à l’écrit, c’est un peu lourdingue…
      Ici aussi, on a le verbe yaller !

Répondre à hamon Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial