27 fois moins d’adultes à l’école qu’au collège…

eIxCh6XfffRMpPHibiadPc5NfqQ.jpg

(Cette article a été rédigé en 2011)

Cette année, pour faire des économies, le gouvernement a supprimé les EVS  (Les « Emploi de Vie Scolaire », ce sont ces personnes qui aidaient les directeurs d’école dans leurs tâches administratives).

Or, de mon côté, je suis professeur d’école nommée en collège, je peux donc observer le fonctionnement de mon établissement, paisible collège de campagne.

… et je compare avec l’école, forcément. Je regarde, en plus du personnel enseignant, qui fait quoi dans le collège. Voilà ce que donne ma comparaison avec l’école où j’enseignais l’année dernière :

27 fois plus d'adultes au collège qu'à l'école...

 A effectif égal, il y a donc 27 fois plus d’adultes « support » (hors personnel enseignant) dans un collège ordinaire que dans une école élémentaire.

Entendons nous bien. Je ne suis pas en train de dire que cela devrait être « pareil ». Je comprendrais bien qu’on m’explique que les collèges ont, par exemple, besoin de 2 fois plus de « fonctions support » que les écoles. Ou 3 fois plus.

Mais… 27 fois plus ? Vraiment ?

Est-ce qu’un collégien a 27 fois plus besoin qu’un écolier de se faire soigner ? Est-ce qu’un parent de collégien a 27 fois plus besoin d’être reçu ? A effectif égal, un collège aurait-il 27 fois plus besoin de secrétariat ou de gestion ? 27 fois plus de commandes de manuels ou de fournitures à passer, à réceptionner, à comptabiliser ? Les collèges rencontreraient-ils 27 fois plus leur inspecteur, le maire, les associations de parents d’élèves, les autres établissements, les prestataires de spectacles ou d’animations sportives ? Organiseraient-ils 27 fois plus de sorties ou de kermesses ? Les livres de la bibliothèque auraient-ils 27 fois plus besoin d’être couverts, réparés, rangés ? Les problèmes sociaux, les handicaps surgiraient soudainement au collège et seraient 27 moins susceptibles d’être pris en charge à l’école ? …

Dites, Messieurs-qui-décident-qu’il-faut-supprimer la seule et unique aide administrative dont disposaient les directeurs d’école, est-ce que vous ne croyez pas qu’il faudrait envisager d’aller les chercher ailleurs, vos économies ?
Vous aviez vraiment l’impression que cette aide administrative était… luxueuse pour les directeurs d’école ?

Je veux croire que cette petite comparaison vous aidera à reconsidérer la question.

Amis lecteurs… faites passer. « Tweetez, facebookez, mailez », faites suivre à votre député…
Les directeurs d’école ont besoin de leur EVS*.

(*) Si en plus les EVS avaient un emploi pérenne et les directeurs un vrai statut, ce serait… byzance ? Non, ce serait normal. Mais pour l’instant, on est très loin du « normal ».

Mise à jour 2016 : Sous le gouvernement Hollande, la situation s’est un peu améliorée. Nous avons retrouvé ces EVS de direction dans certaines écoles. Les directeurs ont un peu plus de décharge d’enseignement, et, par ci par là, des jeunes en service civique donnent un coup de main, un peu comme peuvent le faire les assistants d’éducation dans les collèges.
A suivre… notamment dans les résultats des urnes au printemps 2017.

2011-Septembre-12 20:25:00
Accueil

3 Commentaires

  1. AF

    J’adore ton travail vraiment, et je te remercie de publier içi aussi des billets qui parlent de nos conditions de travail ! Peut-être pourrais-tu le partager sur le groupe (et blog maintenant je crois) des 800 000 feignasses…
    Mille mercis !

    Répondre
    1. Charivari

      C’est un vieil article que j’ai remonté parce qu’on m’en a parlé récemment. C’est en le relisant que j’ai réalisé à quel point c’était « la cata » avant 2012. ALors on ronchonne parce qu’on trouve que les améliorations espérées ne vont pas assez vite, mais quand je me souviens des PE qui se retrouvaient à plein temps dans leur classe au mois de septembre qui suivant leur concours, de ces postes d’EVS supprimés, du gel du point d’indice, des programmes où toute la lecture est censée être acquise au CP… Ca fait d’autant plus peur pour les élections qui se profilent.

      Répondre
  2. Nath&lo

    J’ai eu la chance d’avoir une EVS en 2015/2016.
    Les écoles de 5 classes de ma circo (et les voisines) en ont été « nanties » pour la rentrée 2015. Avant cela, seules les écoles d’au moins 6 classes en bénéficiaient.
    Mon EVS était une perle. Et oui… « était ». En effet, pour « redéploiement budgétaire en faveur des AESH », les postes d’EVS ont été retirés aux école de 5 classes en juin 2016.
    Alors pour ce qui est de l’amélioration…Comment dire ?…
    Fort heureusement, « ma perle » a pu être « recasée » dans une « grosse école »(14 classes).
    Quant à moi, je fais comme je peux…
    Je m’étais habituée « au luxe » , puisque cela en était un !!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *