Figaro contre Figaro : tous les épisodes

Je réorganise ce post pour présenter les épisodes dans l’ordre. Ce sera plus rigolo pour raconter plus tard l’histoire à nos petits enfants…

Episode 1 : Dimanche 24 juin, en fin de journée


Depuis plusieurs semaines, Mme Figaro était en contact avec ses collègues profs-blogueurs : elle leur racontait à quel point elle se faisait asticoter par le groupe de Presse homonyme. Ce jour-là elle nous apprend que le journal est passé à la vitesse supérieure et a fait envoyer une lettre recommandée par un avocat. Elle nous révèle qu’elle a l’intention de céder. Comme d’autres collègues, je décide d’écrire un article :

J’ai une bonne copine-collègue internaute qui tient son blog, comme moi, pour partager des ressources pour les profs des écoles. Elle enseigne en cycle II. Son blog n’est pas encore bien gros (il a un an, et une cinquantaine de visiteurs par jour en moyenne sur l’année écoulée).

Il se trouve que son nom de famille, c’est Figaro. Elle s’appelle donc Madame Figaro. Pour de vrai. Ses supérieurs, les élèves, les parents, l’appellent Madame Figaro. Et son blog, c’est « La Classe de Madame Figaro ». Jusque là, tout le monde suit.

Figaro contre Figaro

Seulement voilà, le groupe de Presse du Figaro a écrit à Mme Figaro : cela ne leur plait pas qu’il y ait un blog qui utilise le nom de leur revue féminine. Alors ils lui demandent de changer de nom de pseudo et de blog : « L’usage non autorisé et répété de MADAME FIGARO constitue une atteinte aux droits de propriété intellectuelle », qu’ils ont dit.

En gros, elle n’a plus le droit de dire comment elle s’appelle.

Son blog commence tout juste à avoir un petit peu de notoriété. Ce sont des heures des heures de boulot pour se faire connaitre, et il faut qu’elle le ferme et qu’elle reparte à zéro.

Ma copine s’est quand même étonnée : la loi protège l’utilisation du « nom patronymique« . Oui, même si moi, Charivari, je dépose la marque de lessive « Jean Dupont », je ne pourrai pas aller interdire à tous les Jean Dupont de France d’aller dire leur nom sur internet. Sans blague.

Elle s’est aussi défendue : elle ne fait aucune utilisation commerciale de ce nom. Et puis le design ou la couleur de son blog n’ont vraiment rien à voir avec l’identité visuelle du groupe de Presse. Sans compter que le titre du blog « La classe de… » signe bien le blog pédagogique… Mais rien n’y a fait : elle vient de recevoir la lettre recommandée d’un avocat du groupe de Presse.

Si elle allait au procès, elle gagnerait surement. Je suis même sure que le groupe de Presse n’irait pas jusque-là et que le coup de la lettre recommandée de l’avocat est leur dernière cartouche. Mais ma copine-prof va céder, et je la comprends. Forcément. Ce n’est pas avec notre salaire de prof qu’on va s’opposer à un énorme machin de Presse comme le Figaro, hein.

Dites, messieurs-dame du journal, vous ne saviez pas qu’il y avait des centaines de gens qui s’appellaient Figaro, quand vous avez déposé votre marque ? Ce n’est pas eux qui vous ont volé votre nom, c’est vous qui avez pris le leur.

Moi je trouve ça dégueulasse que Mme Figaro, la prof, soit obligée de fermer ou renommer son blog… J’ai envie de le dire, et j’ai envie que ça se sache. Faites passer.

 

Episode 1 bis : Dimanche 24 juin, lundi 25, Mardi 26


Au moins 32 autres collègues en parlent aussi sur leur blog (j’ai arrêté de compter mercredi 27)  :

Alexalecole, Lorien, Mysticlolly, L‘univers de ma classe, Pépins et Citron, Les bons plans de Gandalf, La classe de Mathalie ,  La maternelle de Chocolatine, Chez Maliluno, Le cartable de Séverine, La classe de Corinne , Le livre de Sapienta, L’âge de classe, Teacher Charlotte, Un petit coin de partage, La classe d’Ameline, Fofy à l’école, Le CP de Gentiane, Dix mois, La classe des gnômes, L‘école de Julie, La grande maikresse, La classe de zazou, L’école de Crevette, Dame Dubois, Cahiers et livres, le petit carnet l’Amélise, Chabadou, Mélimélune, Locazil, Par ici et là, L’école d’Ailleurs
 

Episode 2 : Dimanche 24 juin au soir


Mme Figaro craque : l’adresse http://laclassedemmefigaro.eklablog.com/ ne fonctionne plus. Désormais, pour lire le blog de Madame Figaro, il faut aller là : http://leschantiersdelapprentissage.eklablog.com/.

Sur twitter et facebook, la communauté enseignante s’émeut.

 

Episode 3 : mercredi 27 juin, 17h30


Avertie (par moi, entre autres ?) Rue 89 rend l’affaire publique : clic pour l’article de Rue89.

Ils révèlent notamment l’avis de l’INPI :

A l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), on confirme que dans ce cas précis, la menace du groupe Figaro ne semble pas fondée en droit :

– le blog utilise un nom patronymique (« elle ne va pas l’appeler La Classe de madame Tartempion »),

 – il n’a pas de but commercial,

 – il a des activités bien différentes du site « mode, beauté, société ».

C’est grâce à Rue89 que tout bascule.

En quelques minutes les commentaires pleuvent, puis les tweets, et les commentaires sur les pages Facebook du groupe de Presse :

  • « alors on s’ennuie chez Madame Figaro? on préfère perdre son temps à aller surfer sur le web et chercher les blogs du même nom et les attaquer plutot que de faire son métier de journaliste, cela dit ça doit faire depuis la création du journal que vous faites ça … »
  • « vous devriez porter plainte contre Beaumarchais pour avoir donné le nom « les noces de figaro » à sa pièce en 1778. 
    Faites attention dans ce cas là ce sera peut être lui qui gagnera car c’est lui qui a donné le nom figaro à une » propriété intellectuelle » avant vous. »
  • « Un informateur vient de me préciser qu’un dénommé Mozart s’était également emparé de votre nom pour un de ses opéras ! Réagissez vite avant que votre nom ne soit terni ! »
  •  » Cette même source affirme que votre nom est aussi celui d’un requin, d’un chat de dessin animé ainsi que d’un barbier, prenez garde ! »

 

Episode 4 : mercredi 27 juin, fin d’après-midi 


D’autres médias annoncent l’affaire :

A 20h37, le sujet est « A la Une » de Twitter ; https://twitter.com/i/discover

Episode 5 : vers 19h30, mercerdi 27 juin 


Enseveli sous une avalanche de réactions scandalisées, le groupe de Presse Le Figaro est obligé de répondre sur sa page facebook : « Engrenage quand tu nous tiens… Comme tout un chacun, nous sommes très attentifs à la protection de notre marque. Dont acte. Nous prenons contact directement avec Mme Figaro pour trouver, nous en sommes sûrs, le moyen de vivre notre homonymie dans la bonne humeur ! »

Les internautes continuent à commenter, en particulier sur la page facebook du journal. Le groupe de presse censure, supprime, publie au compte-goutte puis repsupprime, ce qui agace encore plus les internautes :

Florilège des commentaires :

  • « On m’informe que Larousse va supprimer les mots cigare et figue de son dictionnaire, bien trop proche de figaro selon eux. Dorénavant et sous peine de représailles, il faudra dire gompile et burderie pour utiliser ces memes mots. »
     
  • « Quand Madame Figaro (le magazine qui vit en vendant des pages de pub à Chanel, Vuitton et autres YSL ) veut faire « dans la BONNE HUMEUR », elle menace Madame Figaro (l’être humain qui vit en éduquant des enfants de manière suffisamment investie pour en faire un blog) de « sanctions pouvant atteindre trois ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende ». Une vision de « la bonne humeur » qu’on s’autorise à ne pas partager. »
     
  •  » L’engrenage que vous évoquez est celui que vous avez enclenché »
     
  • « Vous pouvez bien planquer votre étiquette dans votre pull jacquard. Le mal est fait »
     
  • « Traduction : «  Comme tout un chacun, nous sommes très attentifs à la protection de notre marque. » = Comme tout un chacun, nous menaçons d’un procès une enseignante qui ne fait de mal à personne parce qu’on a les moyens. Et comme on n’a pas d’argument, on dit que tout le monde ferais pareil.  « Nous prenons contact directement avec Mme Figaro pour trouver, nous en sommes sûrs, le moyen de vivre notre homonymie dans la bonne humeur !  »  On insulte l’enseignante devant la machine à café, mais comme on a trop peur du buzz qui monte, on va essayer de faire comme si les tentatives d’intimidation sont le fruit d’un stagiaire. Et comme on prend nos lecteurs/trices pour des cons, on va essayer de faire les gens cool. »
     
  • « On attend les excuses publiques … »
     
    Curieusement, le nombre de commentaires décroit parfois sur la page facebook, quand ils suppriment plein de commentaires d’un coup, ce qui amène des coms du type :
     
  • « On vient de passer de 123 messages à 74… ils nous prennent pour des cons ? ‘men fiche, je me suis levé tard, j’ai toute la nuit devant moi… »
     
  • « Passage au stand… Changement de pilote.. J’espère que vous êtes préparés car c’est le 24h du mans qui vous attends »

Episode 6 : les grands medias nationaux, jeudi 28


Tout le monde en parle, dès les journaux du matin :

 

Episode 7, jeudi 28 juin : Le journal répond plus longuement


 

Ici, le groupe de Presse publie sa réponse.

« La Direction de Madame Figaro regrette le malentendu survenu entre le groupe et Madame Figaro.

La Direction juridique du Groupe a pour mission de protéger la marque Figaro dans toutes ses utilisations ainsi que les contenus de ses publications.

Dans le cas présent, elle n’a fait qu’appliquer une procédure systématique visant à empêcher qu’une confusion ne s’installe dans l’esprit du public, via un ultime courrier d’avocat, qui dans ses termes a pu paraître trop directif.

En aucun cas il n’a été demandé à Madame Elise Figaro de modifier le contenu de son blog. Le Groupe Figaro a seulement souhaité que son prénom soit ajouté.

Nous sommes navrés de cet incident et comprenons que la mise en demeure dont son blog a fait l’objet ait pu la heurter.

Nous avons pris contact dès hier avec Madame Figaro pour trouver une solution qui permette aux deux marques homonymes de cohabiter sereinement.

Si Madame Elise Figaro le souhaite, nous serons heureux de lui ouvrir une tribune libre sur notre site.« 

« Malentendu » ? Beh nous on avait bien entendu. L’avocat, les menaces, les centaines de milliers d’euros d’amende, la prison, tout ça…

« Procédure systématique » ? Ils ont droit d’avoir un cerveau, au service juridique, ou alors il faut les remplacer par des logiciels informatiques qui enverront des mises en demeure automatiquement. Cela vous coutera moins cher.

« Modifier le contenu du blog » Où avez-vous vu que Mme Figaro avait dit ça ?

« a seulement souhaité que le prénom soit ajouté » …Et elle vous a bien expliqué que si elle avait choisi de ne pas donner son prénom à ses élèves ou aux parents, ce n’était pas pour aller l’afficher dans son pseudo ou dans le nom de son blog. Si vous aviez été un tout petit peu élégants aujourd’hui, vous auriez évité de révéler ce prénom trois fois dans votre article. Mais l’élégance, dans cette affaire, ce n’est pas votre fort.

« tribune libre » : Mme Figaro (la prof) s’exprime peu. Ce que je comprends, moi, c’est qu’elle souhaite surtout que vous la laissiez tranquille. 

 

Episode 8 : Victoire ! le 10 juillet 2012


 Madame Figaro publie ce mot : « A la suite de discussions constructives, nous avons trouvé avec le groupe Figaro une solution d’apaisement me permettant de poursuivre mon blog sous le titre « la classe de Mme Figaro ». »

Mme Figaro contre Figaro

2012-6-24 16:47:00
Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *