Pourquoi je n’utilise pas les Plans de Travail

Je remonte ce vieil article de 2014…

Cette année, je vais avoir des CM2, avec des niveaux… variés (rien d’inhabituel) et pour ma première classe-rien-qu’à-moi, j’avais envisagé de proposer des Plans de Travail à mes élèves.

[Qu’est-ce qu’un Plan de travail (PdT) ? C’est un document que l’on donne aux élèves présentant les travaux qu’ils auront à faire sur 1, 2 ou 3 semaines. L’élève fait les exercices qu’il souhaite dans l’ordre qu’il souhaite, avec parfois des contraintes et souvent des objectifs personnalisés, du type « réussir tant d’exercices dans telle catégorie ». Les PdT peuvent être différenciés.]

J’ai un peu étudié la question, et rencontré dans l’été des copains dont le fils travaille ainsi en CM. J’ai vu son cahier, écouté ses difficultés, pesé les avantages et inconvénients du dispositif… et décidé de ne pas utiliser les PdT. Je vous livre les avantages et inconvénients que j’ai identifiés, et qui expliquent ma décision :

Avantages :

  • L’apprentissage de l’autonomie
    Avec les PdT, ce sont les élèves qui choisissent les exercices qu’ils vont faire (au moins leur ordre). Ils lisent seuls la consigne, et font leur exercice seuls. 
  • La différenciation
    L’idée du plan de travail, c’est d’adapter les objectifs de chacun à ses besoins et ses possibilités. C’est donc un outil de différenciation. Dans certaines classes, les enseignants donnent le même PdT à chacun avec des objectifs différents (Gudule devra réussir 4 exercices « soleil » quand Barnabé aura pour objectif de réussir 7 « fleurs »). Dans d’autres, l’enseignant prépare 3 ou 4 PdT différents en fonction des besoins de ses élèves et deux voisins peuvent donc avoir des PdT complètement différents.
  • Visibilité de ce qui va être travaillé.
    Avec les PdT, les élèves ont sous les yeux les compétences qui vont être travaillées pendant la période du plan. Ils se rendent mieux compte de ce qu’ils apprennent.
  • Disponibilité de l’enseignant.
    Grâce à ce dispositif, pendant que les élèves travaillent sur leur plan, l’enseignant est disponible pour, par exemple, s’occuper en priorité d’un petit groupe d’élèves. Il peut passer plus de temps « personnalisé » avec les élèves qui en ont plus besoin, au plus près de leurs difficultés.

Inconvénients :

  • Ce dispositif conduit à différer ou même supprimer la correction collective. Or, parfois, cette correction collective, toute proche du moment où les élèves ont travaillé,  me semble nécessaire. C’est le moment où les élèves confrontent leurs difficultés, passent au tableau, écoutent les questions des autres, et les réponses apportées. Je trouve que beaucoup de choses se jouent là et cela m’ennuie que cette correction n’ait pas lieu juste après que l’élève ait travaillé sur l’exercice (voire qu’elle n’aie pas lieu du tout).
  • Avec les PdT, les bons élèves (et même parfois, les moyens) sont beaucoup « tout seuls » et j’aurais l’impression de les abandonner.
  • Avec les PdT, le maitre doit estimer à l’avance combien d’exercices vont être faits, pour chaque compétence, sur la durée du plan.
    Ca c’est difficile pour moi. Parfois, je prévois de ne faire qu’un exercice sur une compétence, et je décide d’en faire un ou deux autres le lendemain parce que je me rends compte, en corrigeant les cahiers du jour ou à l’occasion de la correction collective, que c’est mal passé. Je sais que mes estimations « à l’avance » ne seront pas toujours fiables et le manque de souplesse du dispositif me gêne donc.
  • Avec les PdT, les élèves paresseux peuvent plus facilement « se la couler douce ». J’ai l’impression qu’avec certains élèves, moins on leur en donne, moins ils en font. Il me semble aussi que le fait d’avoir beaucoup moins de contrainte de « temps » donne l’illusion aux élèves qu’ils ont deux semaines devant eux et qu’il est inutile de se presser. Certains vont mettre une demi-heure à se mettre au travail et cela se verra moins que dans un dispositif traditionnel. Bref, il me semble que les PdT ne tirent pas tout le monde vers le haut. Je préfère écrire au tableau quelques exercices « pour les plus rapides », voire préparer ponctuellement quelques feuilles de support ou d’exercices spécifiques pour les élèves qui ont des difficultés particulières.

Voilà où en est ma réflexion. Finalement, cette organisation en Plan de Travail me semble moins baguette-magique que je l’avais cru au départ. Ceci dit, je sais que chaque dispositif est efficace dès lors que le maitre se l’approprie et est conscient des faiblesses du dispositif en question. Je sais que celui-ci ne me convient pas,  mais qu’il conviendra très bien à quelqu’un d’autre (et à ses élèves) dès lors qu’on aura trouvé les moyens de :

  • ne pas laisser les élèves (y compris les bons) trop seuls derrière leurs cahiers,
  • faire des retours fréquents et collectifs sur les difficultés rencontrées,
  • prévoir des plages de temps dans la journée pour assouplir le dispositif, rajouter un exercice collectif par ci par là si besoin,
  • corriger les exercices faits autant que possible au fil de l’eau pour pouvoir réagir vite avec un élève ou un groupe d’élève qui n’a visiblement pas compris.
  • être toujours exigeant sur le soin, l’écriture, la « forme »,
  • être toujours exigeant sur la quantité de travail produite par chacun, tous les jours, sans attendre l’évaluation du plan à la fin,
  • adapter la durée du PdT à l’âge des élèves (sur 1j à une semaine pour des CE à pas plus de 2 semaines pour des CM, à mon avis) .
2016-8-15 14:58:00
Idées en vrac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *