Ciel, mes circonstanciels !

Le jargon grammatical évolue de temps en temps, par petites touches. Nos élèves parlent, depuis quelques dizaines d’années, de noms et non de substantifs, de déterminants possessifs et non plus d’adjectifs possessifs (depuis les années 70) et, depuis les programmes 2008, ils parlent de Compléments de Verbes et de Compléments de Phrase. Petit à petit, ces deux termes remplacent les anciens Compléments d’Objet et Compléments Circonstanciels. Les nouveaux termes ont le mérite, à mon avis, d’être beaucoup plus signifiants pour les élèves, même si, parfois, les parents sont un peu paumés.
Révision (niveau CE2-CM1) :

Compléments de nom, de verbe ou de phrase ?

Prenons l’exemple du groupe de mots : « de la tour Eiffel« 

  1. Gustave Eiffel est le créateur de la tour Eiffel.
    Dans cette phrase, de la tour Eiffel complète le nom créateur : c’est un complément du nom.
  2. Je me souviens de la tour Eiffel.
    Ici, de la tour Eiffel complète le verbe se souvenir : c’est un complément de verbe.
    Dans l’ancienne terminologie, on l’aurait appelé Complément d’Objet.
  3. De la tour Eiffel, on voit tout Paris.
    Ici enfin, de la tour Eiffel complète toute la phrase On voit tout Paris : c’est un complément de phrase.
    Dans l’ancienne terminologie, on l’aurait appelé Complément Circonstanciel.

~~~~~~~~~~

Et le Prédicat dans tout ça ? Le prédicat n’a jamais remplacé le COD (même si je sais que quelques journalistes catastrophistes l’ont écrit ici ou là). Le prédicat, c’est la « boite » qui contient le verbe et ses compléments. Par exemple, dans la phrase : Le petit frère de Léa écrit une lettre à sa grand-mère , le sujet c’est [Le petit frère de Léa] et le prédicat c’est [écrit une lettre à sa grand-mère].

Pour en savoir plus sur le prédicat, allez voir là (clic).
Les enseignants qui souhaitent approfondir le sujet peuvent investir dans un Grevisse . J’adore cet ouvrage. On y apprend plein de choses, y compris sur l’histoire de l’enseignement de la grammaire scolaire.

C’est top, je partage :

9 Commentaires

  1. Timis

    Je trouve ça beaucoup plus clair aussi, et je croise les doigts très fort pour qu’on n’ait pas de nouveaux programmes qui nous ramènent aux anciens termes. Juste petite coquille : ce sont les programmes de 2015 et non de 2008 qui ont introduits ces termes.

    Répondre
    1. charivari (Auteur de l'article)

      Les CdV déjà présents dans les IO 2008 « Connaître la distinction entre compléments du verbe et compléments du nom ».
      Ils parlaient aussi de « Complément d’objet du verbe »… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !
      Pour les compléments de phrase, je n’en suis pas sure en effet. Il faudrait rechercher.

  2. Gwenda

    ajoutons une petite dose de « prédicat »… qui d’ailleurs disparait des l’entrée en 6eme (pour mes élèves …)

    Répondre
  3. Isa

    Je nenseigne pas en CM mais l’exemple Gustave Eiffel est le créateur ; le créateur n’est donc plus attribut du sujet ? Cela signifie t’-il donc que les attributs du sujets disparaissent aussi du jargon grammatical?

    Répondre
    1. Isalaure

      Si,si, « le créateur de la tour Eiffel » est bien attribut du sujet. Mais ici, Charivari nous parle de la fonction du groupe de mot « de la tour Eiffel » seulement. Lui est complément du nom « créateur ». 🙂

    2. charivari (Auteur de l'article)

      C’est ça. Merci Isalaure !

    3. charivari (Auteur de l'article)

      Non, cela n’a pas changé (et rien n’a disparu, contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire : au pire cela a été renommé)

      Attention, ici, l’attribut du sujet ce n’est pas [le créateur], mais bien c’est [Le créateur de la tour Eiffel]
      Et dans ce groupe AdS, le nom créateur a un complément : [de la tour Eiffel].

      Les Compléments de nom font partie de groupes plus grands. Ce n’est pas une nouveauté. D’ailleurs, même les Compléments de nom n’ont pas changé. Cette phrase était analysée de la même manière, avec le même « jargon », il y a 40 ans, quand j’étais en primaire.

  4. vinnigor

    Bienvenue en Suisse. Ou presque 😉

    Répondre
  5. Kat35

    Et dire que dans les ESPE, ils forment nos futurs collègues en leur disant « bon, le prédicat et la nouvelle grammaire, vous essayez mais bon… pour le concours, on accepte l' »ancienne » grammaire, et puis, il faut voir… On attend la synthèse d’un groupe de travail sur le sujet… Peut-être que finalement… » Il faut dire que le ministre lui-même a laissé entendre qu’il n’y était pas favorable, qu’il trouvait cela trop compliqué… Alors qu’on a justement simplifié et clarifié la grammaire pour nos élèves, et qu’ils ne s’en portent que mieux !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial